Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre de Saint-Pierre-du-Lorouër

Dossier IA72001192 réalisé en 2009

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Pierre
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonForêt de Bercé - Le Grand-Lucé
AdresseCommune : Saint-Pierre-du-Lorouër
Adresse : rue de la
Veuve
Cadastre : 1835 A2 206 ; 1982 A2 212

La nef actuelle, qui est l'église romane, remonte aux XIe-XIIe siècles. Autour de 1200, elle est ornée d'un vaste programme de peintures murales partiellement visible aujourd'hui. A la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, un grand chœur liturgique à chevet plat vient prolonger l'ancienne église qui devient nef. Au mur sud du chœur, la porte latérale en arc surbaissé date des environs de 1500. Au XVIIe siècle, un grand retable est venu masquer la baie axiale du chœur. Le portail roman a été remanié à la fin du XVIIIe siècle (les archives attestent d'une importante réfection en 1782) ou au plus tard avant 1830. Sur le plan cadastral de 1835, il est protégé par un auvent formant narthex. Après 1880, la sacristie flanquant l'angle sud-est du chœur est démolie. Une nouvelle sacristie à chaînages en brique et pierre est adossée au chevet de l'église, d'après le devis dressé par François Barbier. Entre 1891 et 1893, d'importants travaux de rénovation sont réalisés sur les plans de Pascal Vérité, architecte au Mans. Ils sont adjugés à Etienne Chérot, entrepreneur au Mans, puis terminés, après moult complications et retards, par Victor Bamas, également entrepreneur au Mans, apparemment sous la direction de l'architecte Laffillée qui œuvre alors à Poncé. Ils permettent de mettre au jour les peintures murales, étudiées par le comte Gaston de Janssens. Dans le même temps, le prêtre, Etienne Vallée, acquiert l'orgue de l'église de La Couture pour sa paroisse. Plusieurs campagnes de travaux sont réalisées au XXe siècle, notamment à cause d'infiltrations dans la toiture.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates1891, daté par source
1892, daté par travaux historiques
1893, daté par source
Auteur(s)Auteur : Vérité Pascal architecte attribution par source
Auteur : Chérot Etienne entrepreneur attribution par source
Auteur : Bamas Victor entrepreneur attribution par source

L'église Saint-Pierre réunit deux constructions : la nef, ancienne église romane, et le chœur à chevet plat, ajouté postérieurement. L'église romane est un simple vaisseau de plan allongé, couvert d'une charpente apparente. Au mur nord, la disparition partielle de l'enduit laisse apparaître un opus en épis. Au mur sud, une porte latérale, probablement pour l'accès au cimetière, est encore visible derrière un contrefort. Une flèche polygonale en bois, de plan carré, couverte en ardoise, surmonte l'entrée de la nef au-dessus de la tribune. Le chœur est à chevet plat. Le pignon est découvert. A la base du rondelis, côté nord, subsiste une gargouille de pierre très endommagée. Au mur nord, les traces d'une litre seigneuriale sont encore perceptibles. Un accès permettait autrefois de communiquer avec le presbytère. Les travaux de la fin du XIXe siècle ont considérablement modifié l'aspect intérieur de l'église, qui est recouvert d'un parement imitant la pierre de taille. La voûte lambrissée en mauvais état est remplacée par une voûte légère en brique hourdée de plâtre sur des nervures en tuffeau. Dans un esprit néo-gothique, le chœur est ainsi voûté en ogive, articulé en deux travées par quatre grosses colonnes à chapiteaux pseudo-corinthien formant deux bas-côtés voûtés en demi-berceau. Il est renforcé de l'extérieur par six contreforts. La nef est voûtée en berceau brisé dans un esprit néo-roman. Elle est renforcée de l'extérieur par quatre contreforts. L'orgue a été installé sur une tribune à laquelle on accède grâce à un escalier en vis, en fonte, provenant des ateliers d'Auguste Bollée, grand constructeur et hydraulicien au Mans.

Murssilex
calcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Plansplan allongé
Couvrementsfausse voûte en berceau brisé
fausse voûte d'ogives
fausse voûte en demi-berceau
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
pignon découvert
Escaliersescalier intérieur : escalier en vis en charpente métallique
État de conservationremanié, restauré, état moyen, inégal suivant les parties
Techniquespeinture
vitrail
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH partiellement, 1926/01/20

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe. 3 J 6. Archives de Gaston de Janssens. Notes préparatoires à l'étude de l'église de Saint-Pierre-du-Lorouër incluant photographies de vêtements liturgiques et de peintures murales, 1892-1896.

  • Archives départementales de la Sarthe. 7 F 50*. Collection Menjot d'Elbenne. B) Papiers Robert Charles : extraits d'archives de fabrique.

  • Archives départementales de la Sarthe. 2 O 322 6. Délibération du conseil de fabrique, 1891. Restauration de l'église (Pascal Vérité, architecte).

  • Archives départementales de la Sarthe. 4 E 5 399. Etude de Louis René Guillon, notaire royal, Saint-Pierre-du-Lorouër, 1782. Réception des murs et croisée de l'église, 10 novembre 1782 et Adjudication de réfection à l'église, 5 mai 1782.

  • Archives départementales de la Sarthe. 4 E 5 296. Etude de Pierre Vérité, notaire à Saint-Pierre-du-Lorouër, 1709. Réparations à l'église (couverture et cloche), 14 avril 1709.

Périodiques
  • FROGER, Louis. Eglises et presbytères de l'arrondissement de Saint-Calais en 1801. Province du Maine, Société des archives historiques du Maine, 1905.

    tome XIII, p. 198
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie
Stéphanie Aquilon

Chargée de mission Inventaire du Patrimoine - Syndicat Mixte du Pays Vallée du Loir.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.