Logo ={0} - Retour à l'accueil
Edito

Région Pays de la Loire - Service du patrimoine

Une compétence régionale

Fondé en 1964 par André Malraux, ministre de la Culture, l’Inventaire général du patrimoine culturel a pour mission de « recenser, étudier et faire connaître » le patrimoine urbain, architectural, artistique et mobilier de la France. Cette compétence a été transférée aux Régions par la loi de 2004 sur les libertés et responsabilités locales.

Ainsi, depuis 2007, la Région des Pays de la Loire poursuit cette mission sur l’ensemble du territoire régional, en partenariat avec les communes et leurs groupements, les Départements, les Pays.

Des ressources sur le patrimoine régional

L’ensemble des études réalisées lors des opérations d’inventaire forme des dossiers généraux ou individuels sur les œuvres retenues (édifices ou objets mobiliers) largement documentés, qui comprennent des textes de synthèses, des notices historiques et descriptives, des photographies, des cartes et des plans, des sources. Des liens facilitent la navigation entre les dossiers.

Sur cette page, vous pouvez accéder à ces dossiers par terrain ou thématique d’étude (lien ci-dessus) ou par requête dans le moteur de recherche.

Bonne découverte !

Pour en savoir plus : http://www.patrimoine.paysdelaloire.fr/linventaire/

 

Lumière sur

Village de Courcival

Le village est composé de deux noyaux distincts séparés par le cours du Tripoulin. Le noyau ancien est l'ancien site castral, incluant l'église paroissiale installée depuis le XIe siècle au moins au sommet du coteau, mais qui ne prend sa forme actuelle qu'après le déplacement du château dans le 2e quart du XVIIe siècle. L'hypothèse d'un premier village situé au hameau de la Rue Dorée, composé en 1835 de plusieurs écarts dont l'un nommé La Chapelle, ne peut être vérifiée, le hameau ayant presque totalement disparu.

Le second noyau, créé avec la construction de la mairie-école dans le 3e quart du XIXe siècle, semble très lié à la famille Baigneux de Courcival : les terrains lui appartiennent et les deux seules maisons construites ex-nihilo le sont par des fermiers du château. L'utilisation du toit à croupes distingue nettement ces bâtiments construits après la création de la mairie-école (remise de la Croix, qui est probablement l'ancienne forge de maréchal construite en 1865, et les maisons de la Rame et de l'Écoute-s'il-Pleut) des bâtiments antérieurs de La Croix (aujourd'hui La Croix et Le Carrefour), couverts d'un toit à longs pans.

En savoir plus…