Logo ={0} - Retour à l'accueil

Village dit bourg de la Madeleine

Dossier IA44003756 réalisé en 2007

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellationsbourg de la Madeleine
Parties constituantes non étudiéesmaison, ferme, église, presbytère, école
Dénominationsvillage
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Lieu-dit : la Madeleine
Cadastre : 1819 E2 ; 2000 AL

Une léproserie aurait existé à la Madeleine au Moyen Âge. À la fin de l'Ancien Régime, la Madeleine n'est qu'un simple écart, composé de quelques bâtiments : une chapelle, sans doute frairienne, dédiée à Sainte-Marie-Madeleine, la maison du chapelain la desservant, et une métairie signalée dès 1691 dans l'égail des fouages de la frairie de Léveno. Jacques Santerre est signalé comme vicaire-rural de la chapellenie en 1789 et Pierre Santerre, comme chapelain.

En 1850, une ordonnance épiscopale de l'évêque de Nantes, confirmée par un décret du Président de la République érige l'ancienne chapelle de la Madeleine en succursale des paroisses de Guérande et de Saint-Lyphard. À cheval, sur les deux communes, le dessin de la nouvelle paroisse se borne aux limites de Saint-Molf au nord-est et de Saint-André-des-Eaux à l'est, et englobe les écarts de Kermarais, Trépied, Bouzeray, Troffigué, suivant une diagonale sud-est-nord-ouest, au sud, et Léquignac, Kerozan, Kermouraud, Kerradet, Kerinet, le Pénelo et Bréca, suivant une ligne nord-ouest/sud-est, au nord. François-Nicolas Loiseau (1805-1868), vicaire de Saint-Joachim, est nommé prêtre de la nouvelle paroisse. Dès son installation, l'abbé Loiseau envisage la construction d'un cimetière et d'une nouvelle église paroissiale en remplacement de l'ancienne chapelle de la Madeleine trop petite et vétuste. Sur ses propres deniers, il achète dès septembre 1850, un terrain de 2, 80 ha (la Demenne) et part en quête des fonds nécessaires à la réalisation de son projet. En octobre 1850, le cimetière accueille les premières sépultures. La nouvelle église, dédiée à Sainte-Marie-Madeleine, construite sur les plans de l'architecte Henri Gilée est consacrée en 1860. Elle s'accompagne de l'érection d'un nouveau presbytère en 1867.

La création de la paroisse entraîne dès 1856, la fixation d'une population de commerçants à la Madeleine. Le recensement de la population atteste ainsi de l'installation d'un débitant de tabacs en 1856, d'un cordonnier en 1861 puis d'un épicier, d'un aubergiste, d'un maréchal-ferrant et d'un second cordonnier en 1871. En 1881, sur les 19 ménages installés dans le bourg, 5 des chefs de foyer sont cabaretiers, 2 cordonniers, 2 buralistes et 1 maréchal-ferrant contre 4 laboureurs.

Les premières maisons sont construites entre 1852 et 1861 près de l'ancienne chapelle, au sud de la rue des Parcs-Neufs, puis entre 1864 et 1881, au nord puis le long de l'actuelle rue Saint-Exupéry. Le recensement atteste de l'installation d'un instituteur en 1861. La maison d'école est d'abord installée dans l'ancienne chapelle. Une école publique de garçons est construite en 1882 puis une école publique de filles en 1886. L'électricité est installée à La Madeleine en 1925. En 1926, la mairie-annexe est transférée dans l'école privée de filles construite vers 1905.

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine

D'abord implanté autour de l'ancienne chapelle, l'habitat s'est "recentré", après la construction de la nouvelle église paroissiale, autour de la place et le long de l'actuelle rue Saint-Exupéry, tronçon de la route départementale 48 reliant Saint-Molf à Saint-André-des-Eaux. La Madeleine fonctionne en entité autonome grâce aux services qu'elle rassemble (écoles, commerces, mairie-annexe). Elle constitue actuellement un pôle d’urbanisation susceptible de se développer sur les communes de Guérande et de Saint-Lyphard.

États conservationsétat moyen
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Guérande. 1 G 19. Matrices cadastrales. Augmentations-diminutions. 1827-1882.

  • Archives communales de Guérande. 1 G 25. Matrices cadastrales. Augmentations-diminutions. 1883-1894.

Documents figurés
  • Cadastre ancien, 1818-1820 (Archives départementales de Loire-Atlantique ; 7 P 2492).

Bibliographie
  • COLLECTIF. La Madeleine : un petit pays, une longue histoire. Association la Madeleine d'hier et d'aujourd'hui. La Madeleine, 2000.

  • COLLECTIF. La Madeleine : son histoire. Bulletin de l'association préhistorique et historique de Saint-Nazaire, Le Pouliguen : J.-M. Pierre, 1978.

  • GALLICÉ, Alain. Guérande au Moyen Age. Guérande, Le Croisic, le pays guérandais du milieu du XIVe au milieu du XVIe siècle. Rennes : PUR, 2003.

    p. 187.
  • PINSON, Félix-Joseph. Dictionnaire des lieux habités du département de la Loire-Inférieure. Nantes : Guéraud et Cie, 1857.

    p. 314.
  • YVIQUEL, Louis, Historique de la paroisse de la Madeleine. Paroles de métais, chroniques de la paroisse de la Magdeleine. Bulletin de l'Association La Madeleine d'Hier et d'Aujourd'hui, n° 3.

    p. 8-15.
  • YVIQUEL, Louis, Historique de la paroisse de la Madeleine. Paroles de métais, chroniques de la paroisse de la Magdeleine (suite). Bulletin de l'Association La Madeleine d'Hier et d'Aujourd'hui, n° 4.

    p. 13-21.
  • YVIQUEL, Louis, Notice sur l'abbé François-Nicolas Loiseau, premier curé de la paroisse de la Madeleine. Bulletin de l'Association La Madeleine d'Hier et d'Aujourd'hui, n° 4.

    p. 22-28.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Durandière Ronan