• inventaire topographique
Moulin à farine dit Moulin de Crémeur-en-Crémeur, Moulin de Crémeur ou Moulin du Diable
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Guérande - Guérande
  • Commune Guérande
  • Lieu-dit Crémeur
  • Cadastre 1819 B3 1208  ; 2000 ZL 42
  • Dénominations
    moulin à farine
  • Appellations
    Moulin de Crémeur-en-Crémeur, Moulin de Crémeur, moulin du Diable
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, logement

Moulin à vent construit à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle. Il faisait partie du domaine de la seigneurie de Crémeur appartenant à la famille de Carné, dont il porte les armes. Il a peut-être été construit pour Tristan de Carné (1476-1536) mais une légende veut qu'un meunier, Yves Querbic, trop pauvre pour construire le moulin, ait demandé au diable de la faire à sa place. Ce dernier ayant presque achevé l’œuvre, le meunier y installa une statuette sainte qui fit fuir le démon. Le moulin paraît fonctionner jusqu'à la fin du XIXe siècle ; il est classé au titre des monuments historiques le 7 janvier 1901. En 1972, sa toiture, son arbre et ses verges sont restaurés.

  • Période(s)
    • Principale : limite 15e siècle 16e siècle

La tour de Crémeur d'une hauteur totale de 6,03 m et d'une largeur de 5,33 m, présente une maçonnerie en granite de taille d'un travail extrêmement soigné. Son pied, à large empattement, supporte, par l'intermédiaire d'un encorbellement à trois larges fasces en ressaut et une moulure en bec de corbin, une cage cylindrique d'un diamètre plus important que le pied, formant l'étage de l'édifice (hauteur, 2 m). La tour s'ouvre au rez-de-chaussée par une porte rectangulaire encadrée par deux blasons sculptés aux armes de la famille de Carné. L'une des deux portes hautes de l'étage conserve les consoles, en granit, qui permettait d'installer un treuil servant à monter et descendre les sacs de grains et de mouture. La toiture conique, restaurée, est en bardeaux de châtaignier. À l'intérieur du pied cylindrique, on remarque à l'opposé de la porte et à environ 2 mètres de hauteur un important bûchage de la maçonnerie, postérieur à 1900, emplacement probable d'un petit escalier haut, en pierre, que l'on pouvait atteindre autrefois par une échelle. Le plancher de l'étage est manquant ainsi que la paire de meules. Autour du rouet subsiste la bande métallique et les plaquettes en bois du frein. L'arbre moteur, en place dans la civière, porte deux verges munies de leurs verrons, sans côterets, sur lesquels on disposait les voiles. À l'opposé de la tête de l'arbre, se trouve le guivre qui permet de faire virer la toiture pour mettre le moulin au vent. D'un chien assis existant situé sur la toiture, près du guivre, sort la perche du frein qui permettait de ralentir le moulin en agissant sur le rouet. Au-dessus de l'encorbellement, une niche décorée d'une accolade, contient une statuette de la Vierge à l'Enfant.

La configuration intérieure du moulin pour la fin du XIXe siècle, est connue par un relevé du Service des Monuments historique, en date du 6 juin 1900, préalable à l'arrêté de protection de l'édifice pris l'année suivante. Le plan et la coupe montrent qu'un escalier, sans doute moderne, en bois suivant la courbe intérieure de la tourelle menait au premier étage. Par ailleurs, sur la coupe, on remarque que le petit-fer de la meule courante repose sur un palier porté par une poutre transversale située à environ 0,50 m sous le plancher de l'étage. Le moulin n'ayant pas été pas été modifié pour l'installation du système Berton et conservant sa voilure d'origine, cette configuration est donc ancienne. La poutre sur laquelle s'appuie le petit fer est une trempure ancienne, identique à celle qui devait exister dans les phases primitives des moulins de Drézeux et de Cardinal.

  • Murs
    • granite
    • pierre de taille
  • Toits
    bardeau
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvertures
    • toit conique
  • Escaliers
    • escalier dans-œuvre : échelle
  • Énergies
    • énergie éolienne
  • Typologies
    moulin à vent petit-pied
  • État de conservation
    restauré
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    classé MH, 1901/01/07
  • Référence MH

Bibliographie

  • Parc naturel de Brière. Inventaire du petit patrimoine de Guérande. Fiches de renseignement sur les moulins de Guérande, par Josick Lancien, 1996

  • SÉBILO, Aurélia. L'habitat d'une élite à Guérande durant la période moderne : étude de 7 manoirs. Mémoire de maîtrise d'histoire, Université de Nantes, 2000, 2 vol.

    t. 1, p. 19, 24-27 et 61.
Date d'enquête 2008 ; Date(s) de rédaction 2008
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Ville de Guérande