Logo ={0} - Retour à l'accueil

Îlot 14, 5 à 15 rue de l' Eglise ; 2 à 20 rue de la Vierge ; 10 à 22 rue de l' Hôpital ; 5 à 25 rue Saint-Gilles, Paimbœuf

Dossier IA44004625 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsîlot
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : 5 à 15 rue de l', Eglise , 2 à 20 rue de la, Vierge , 10 à 22 rue de l', Hôpital , 5 à 25 rue
Saint-Gilles
Cadastre : 1810 131 à 144 ; 1999 A 2ème feuille 488 ; 490 492 ; 495 499 ; 503, 504 ; 506, 507 ; 509 514 ; 1004 à 1006 ; 1338 1339 ; 1442 ; 1810 1811 ; 1888 1889 ; 2081 ; 2091

Borné par la rue Saint-Gilles, la rue de L'Eglise, la rue de la Vierge et celle de l'Hôpital, à l'ouest duquel il se trouve, cet îlot dépendant de la métairie du Bois Gautier dite la pièce du Bois a été dessiné, divisé et arrenté par la duchesse de Lesdiguières entre le 21 mars 1702 et le 25 mars 1705. Il s'est peu à peu constitué autour de l'Auditoire et du four banal de la seigneurie de la Guerche (actuellement détruits) anciennement situés sur le terrain compris entre le n° 5 rue Saint-Gilles et le n° 4 rue de la Vierge, d'où le nom de rue de l'Audience donnée au XVIIIe siècle à l'actuelle rue de la Vierge. L'orientation parcellaire reste celle des îlots bordant la Loire, un découpage du nord au sud en lanières régulières, traversantes, d'une dizaine de mètres en façade pour une longueur variant autour de quatre vingt mètres pour la partie orientale, la partie occidentale de l'îlot étant divisée en deux parcelles plus vastes de 27,50 et 18,50 m. Les deux parcelles bordant l'ilot à l'est et à l'ouest ont été divisées postérieurement, chaque nouvelle parcelle créée orientée perpendiculairement à la rue de l'Hôpital ou à la rue de l'Eglise. Contrairement aux îlots situés en amont, il n'y a pas de continuité parcellaire à l'origine entre l'îlot 14 et l'îlot 13, même si certains bâtisseurs investissent des deux côtés de la rue Saint-Gilles. Pour l'exemple, Pierre Lebrun, arrente la parcelle comprise entre le n° 4 quai Gautreau et le n° 8 rue Saint-Gilles en 1702 et la parcelle bordant la rue de l'Hôpital entre la rue Saint-Gilles et la rue de la Vierge en 1705. Des maisons en simple rez-de-chaussée, comme celles toujours présentes à l'angle des rues de l'Hôpital (n° 22) et de la Vierge, celles adressées n° 7 et n° 19 rue Saint-Gilles ou n° 10 et n° 12 rue de la Vierge, y ont été élevées dès l'origine, à l'exception de la rue de l'Eglise investie tardivement. Associées par lot de deux à onze modules d'une pièce, elles étaient destinées à la location. Elles vont être détruites dans le dernier quart du XVIIIe siècle et remplacées par des maisons d'un étage sommé d'un comble à surcroît. Pour l'exemple, en 1760, la rue de l'Hôpital est bordée par onze maisons basses d'une porte et d'une fenêtre appartenant à un propriétaire unique ; il subsiste aujourd'hui les maisons n° 20 et n° 22 de la rue (devenues la prison des femmes dans le premier quart du XIXe siècle), les maisons n° 10 et n° 12 ayant été surélevées voir reconstruites au XIXe siècle, les autres détruites. Quelques maisons échappent à la campagne de reconstruction lancée dans le dernier quart du XVIIIe siècle, la maison n° 15 rue de l'Eglise reconstruite dans le troisième quart du XIXe siècle (1855) ainsi que la maison mitoyenne au nord.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.