Dossier thématique IA72059474 | Réalisé par
Ferey Marie (Rédacteur)
Ferey Marie

Chercheur auprès du Service Patrimoine de la Région des Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Les faubourgs manceaux
Maisons "H.B.M" modèle Levesque
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Précisions anciennement commune de Saint-Pavin-des-Champs ; anciennement commune de Sainte-Croix ; anciennement commune de Saint-Georges-du-Plain ; anciennement commune de Pontlieue

Maurice Levesque est un architecte manceau formé chez Louis Raoulx, architecte départemental de la Sarthe à partir de 1897 en même temps qu'Albert Carré-Lemaitre.

Il est mentionné à son compte en 1907. Il s'installe en 1911 rue Montoise, ce qui lui permet de développer un réseau de commandes à l'ouest de la ville. Le repérage de nombreuses de ses maisons dans les quartiers de Saint-Pavin-des-Champs et de Saint-Georges-du-Plain en atteste. En 1926, il fait construire sa maison qui contient également son cabinet au 51 de la rue Auvray, selon ses plans. Il s'associe à Raymond Baroin à partir de 1930 et lui cède son cabinet en 1946. Le rythme de commandes au fil de sa carrière reste globalement constant avec une moyenne de douze constructions par an, en excluant les années durant lesquelles il est mobilisé (1917-1919). 

À l'exception de quelques réalisations dont l'esthétique a vraisemblablement été soufflée par les commanditaires, le style de Maurice Levesque est particulièrement reconnaissable. Dès les années 1900, il développe un intérêt marqué pour la brique. Il utilise ce matériau aux encadrements de fenêtres (linteau, crossettes, appuis), en bandeau ou motifs losangés. La maison signature de Levesque se développe dès les années 1910. Elle est composée de deux travées et d'un étage carré. La modénature de la porte piétonne et des fenêtres est en brique et pierre recouverte d'enduit blanc. Les variations architecturales sont donc à la marge d'une maison à l'autre. La demeure boulevard Paul Chantrel, datée de 1908, associe la lucarne coiffée d'un vase d'amortissement avec des lambrequins de bois, typiques du début du XXe siècle et une modénature de brique. Les quelques constructions qui dénotent sont surtout le fruit d'un dialogue inévitable avec les commanditaires. Bien que peu de sources mentionnent expressément les liens directs entre architectes et clients, le rôle du commanditaire dans les choix architecturaux ne peut être négligé. C'est par exemple le cas pour la demeure avenue Bollée construite en 1910. Outre la brique utilisée ici pour des décors variés, l'imbrication de plusieurs volumes architecturaux est également caractéristique de Levesque. En revanche, le traitement du pignon est tout à fait inédit dans son corpus.

Ces maisons, qui arborent des formes isolées pour l'architecte sont majoritairement des maisons cossues au volume ample et placées sur des voies réputées. Au-delà de la brique que Maurice Levesque utilise presque comme une signature, l'architecte propose deux types de maisons individuelles qu'il produit localement en série. La première est une maison économique aux formes simples. Pour les plus modestes d'entre elles, l'architecte réalise un décor de brique en trompe-l'œil, peint aux linteaux et en bandeau sur l'enduit. Ce type correspond à celui publié en 1928, dans la revue mensuelle Habitations à bon marché. Quelques détails architecturaux indiquent une économie de la construction ; la disparition de la corniche au profit d'aisseliers débordants en sapin notamment. Ces maisons sont présentées comme économiques avec un prix de revient de 20 650 francs. Les matériaux utilisés sont produits en série dans les usines de la région. La brique provient de Thorigné, l'ardoise d'Angers et le mortier, sable et chaux sont fabriqués à Doué-la-Fontaine. La maison Levesque des années 1920 connaît un certain succès dans les faubourgs manceaux avec une quarantaine de ce type repérée. Le second type est agencé de plusieurs corps de bâtiments pour une maison plus grande avec un décor plus développé.

La maison construite en série au Mans par Maurice Levesque présente deux travées et un étage carré, des briques en encadrement, et un toit à deux pans couverts d'ardoise.

La distribution intérieure reste relativement simple. La porte d'entrée ouvre sur un couloir traversant qui dessert deux pièces en rez-de-chaussée. Un escalier, sous lequel se trouvent les WC. L'étage est également composé de deux pièces et d'un cabinet de toilettes.

Le corpus de Levesque est localement important. Plus de deux cents constructions ont été identifiées dont 90% correspondent à des maisons individuelles.

Documents d'archives

  • Archives départementales de la Sarthe ; non coté. Annuaires de la Sarthe, 1845-1912.

  • Médiathèque Louis Aragon ; MAINE 4° 7008. Charles MONTEL, Livre d'or départemental illustré. Annuaire et album : département de la Sarthe. Nantes, 1908.

Bibliographie

  • CHAIILOU, Françoise, PÉNEAU, Jean-Pierre, NICOLAS, Chantal. Les architectes des régions Bretagne-Pays de Loire dans la première moitié du XXe siècle. [Rapport de recherche] 254/84, Ministère de l’urbanisme et du logement / Secrétariat de la recherche architecturale (SRA) ; Ministère de la recherche et de l’industrie ; Centre de recherches méthodologiques d’architecture (CERMA). 1984. hal-01888782.

  • LORGEOUX, Alain, MASQUELIN, Brigitte. Le Mans, regard sur la ville. Editions Bordessoules, 1988, 214 p.

Documents figurés

  • Reproduction de l'article de journal de la revue Habitations à Bon Marché pour le modèle Levesque, 1924. (Archives départementales de la Sarthe ; 4 Fi 508).