Logo ={0} - Retour à l'accueil

Village de Briosne

Dossier IA72001532 inclus dans Cimetière de Briosne réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Dénominationsvillage
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Briosne-lès-Sables
Cadastre : 1835 section A feuille 3 ; PCI 010 feuille 000 A 03

Le site du village de Briosne, établi au carrefour de la voie antique Le Mans Evreux (tracé supposé : rue de la Conterie puis VC 117 puis CR 17) et du grand chemin de Peray à Torcé (tracés possibles CR 8 ou Rue du Centre Bourg), semble avoir été occupé pendant l'Antiquité : des vestiges datés de cette période (mur, tuiles à rebords, céramiques) ont été découverts en 1822 près de la source de Sainte-Anne, à l'ouest du village. Selon le plan de 1747-1748, le village est organisé autour de l'ensemble formé par l'église paroissiale Saint-Georges, mentionnée vers 1330, et la chapelle Sainte-Anne construites dans le cimetière. Il est composé, au sud, d'une rangée de maisons bordant la rue unique longeant le cimetière, à l'est et au nord du presbytère avec vaste jardin et de la maison de Bellevue, et, à l'ouest, des maisons du Bordage et de Réveillon entourées de jardins. Deux maisons appartenaient à la fabrique paroissiale, l'une abritait depuis 1654 le vicaire et l'école de garçons, l'autre fut construite en 1736 pour le curé Louis Ollivier pour y loger l'école des filles. Le seigneur de Bonnétable percevait jusqu'en 1742 un droit de péage dans le village, quelques marchands et officiers de la haute-justice de la seigneurie de La Mousse occupant parfois la charge de notaire royal sont attestés aux XVIIe et XVIIIe siècles. L'église paroissiale Saint-Georges et le presbytère ont été détruits peu après 1796. En 1835, le village comptait 22 maisons (23 après 1839) et regroupait une centaine d'habitants, soit 1/5e des habitants de la commune. Jusque dans la première moitié du XXe siècle, les édifices anciens sont reconstruits (4, dont la mairie-école en 1911-1912) ou remaniés (5) et réaffectés en commerce avec constructions de dépendances en fonds de parcelles (salle de danse). La halte de la ligne de tramways Le Mans Mamers, avec abri pour voyageurs et quai pour les marchandises, construite en 1897 en limite du village près de la ferme de La Maison Neuve, est détruite dans la 2e moitié du XXe siècle. A partir de la seconde moitié du XxX siècle, des zones pavillonnaires sont créées, d'abord au sud puis au nord du village et le long de la RD 83. L'église paroissiale Saint-Georges de Briosne (disparue). L'église Saint-Georges est mentionnée vers 1330, le clocher est construit en 1682 pour M. Ducoudray, curé de paroisse. D'après le plan de 1747-1748, l'église, construite dans le cimetière, était en croix latine, avec une abside semi-circulaire. D'après une description de 1765, le chœur mesurait 26 pieds de long sur 22 pieds de large. Il était fermé côté nef par une porte à deux vantaux fixés dans les colonnes portant la poutre de gloire, et par les deux bancs paroissial et seigneurial. Six stalles occupaient les côtés. Le sol était pavé de carreaux de terre cuite, le lambris de couvrement était à restaurer. Le chœur était séparé du sanctuaire par une grille de communion en fer à panneaux. Ce dernier était habillé de lambris de revêtement, le retable du maître-autel était un retable architecturé à deux colonnes portant frise, architrave et fronton, orné au centre d'un tableau du Christ au Jardin des Oliviers, et sur les côtés des statues de saint Georges et de saint Sébastien posées chacune sur un corbeau. Le maître-autel fut refait en marbre en 1771 pour de M. Benoit Gautier de Vignol, curé de Briosne, qui donne avec sa sœur l'année suivante les orgues et leur tribune à la condition que les deux restent leur propriété. En 1796, l'église Saint-Georges et la chapelle Sainte-Anne sont vendues à Théophile et Henri Leclerc, de Bonnétable. L'église est entièrement démolie peu après. Des réemplois sont visibles dans le mur de clôture nord du cimetière (moellons équarris de grès roussard) et dans le mur sud (pierre de taille avec décor sculpté à l'antique). Synthèse Aucune fouille archéologique récente ne permet de confirmer la présence d'un édifice antique. Le village est organisé autour de l'ensemble paroissial, qui pourrait remonter du XIe siècle au plus tard, au vu de l'architecture de la chapelle Sainte-Anne. Rien ne permet d'affirmer que l'église Saint-Georges et la chapelle Saint-Anne aient été contemporaines. Les maisons situées au 3 et 3 bis de la rue du Centre Bourg sont les maisons d'écoles paroissiales mentionnées au XVIIe et XVIIIe siècles (non étudiées). Les trois maisons du Bordage, de Bellevue et de Réveillon (détruite) sont des maisons de maître construites au XVIIe siècle (Le Bordage, 1612 ; Reveillon) et 2e moitié du XVIIIe siècle (Bellevue, non étudiée), à relier sans doute au milieu de marchands et d'officiers locaux en voie d'intégration dans la bourgeoisie de Bonnétable ou du Mans. Globalement, du fait de l'éloignement des voies de communication, le village ne s'est pas étendu entre 1747-48 et le milieu du XXe siècle. Après 1835, les édifices anciens sont remaniés, plus rarement reconstruits, pour accueillir les nouvelles fonctions commerciales et publiques, notamment l'ancien café Trouillet (7, Centre Bourg) surélevé vers 1852, et l'ancienne épicerie, actuellement café-restaurant (6, Centre Bourg), reconstruit vers 1884-1886 et remaniée par la suite (salle de danse du milieu du XXe siècle). La halte de tramways (détruite) et la mairie-école sont les seuls édifices du village construits selon un programme architectural.

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 2e moitié 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates1612, porte la date
1819, porte la date
1911, porte la date
1912, porte la date
1929, porte la date

Le village de Briosne est situé au carrefour des RD 83 et 181. Le noyau ancien est composé de la rue principale orientée est-ouest, nommée Centre Bourg, de la rue du Puits orientée nord-sud et d'une ruelle transversale nommée rue de Bellevue. Les zones pavillonaires bordant la RD 83 atteignent presque la ville de Bonnétable.

Annexes

  • Réception des réfections et réparations des bâtiments dépendants du temporel de la cure de Briosne, conduite entre les 16 et 23 juin 1763, par Jean Houdayer entrepreneur en bâtiments, expert ordinaire demeurant au Mans paroisse de la Couture, désigné par René Joseph Thébaudin sieur de la Rozette, conseiller du Roi, lieutenant particulier en la sénéchaussée du Maine et siège présidial du Mans, à la réquisition de Maître Benoist Gautier de Vignol, bachelier es lois de la faculté de Paris, prêtre, curé de Briosne, successeur de Me Louis Ollivier, prêtre, vivant curé de Briosne.

    Archives départementales de la Sarthe. B 19. (transcription synthétique).

    Ensuitte nous nous sommes transporté dans l'églize dudit brione pour voir et visitter les réfections et réparations qui sont à faire au choeur et chancel de la ditte eglize de Brione, où étant nous avons observé que l'aire dudit choeur a 17,5 pieds de longueur depuis les stalles jusques à la table de communion sur vingt deux pieds de largeur de dedans en dedans.

    Et le sanctuaire a 8,5 pieds de longueur sur vingt deux pieds de largeur aussy de dedans en dedans.

    Le grand autel est composé d'un fronton, corniche, friges et architraves suporté par deux colonnes avec un cadre dans le milieu garny d'un tableau ou est représenté notre seigneur dans le jardin des oliviers, aux deux cotés sont les figures de St Georges patron de la ditte églize et St Sébastien qui sont suportés par deux corbeaux.

    La table de communion est composée de fer à panneaux, et le choeur de six stalles, le coté a gauche clos par le banc du seigneur et de l'autre coté d'un banc pour les habitants et par le devant de deux vantaux qui sont ferrés dans les deux colonnes au centre qui suporte le Christ, et le sanctuaire est garny d'une boissure de trois pieds de hauteur.

    Faisant la visitte singulière du susdit choeur et chancel nous avons remarqué qu'à l'extérieur des murs faire demie toise d'enduit.

    L'aire du choeur et sanctuaire est pavée de petits careaux de terre cuitte de cinq pouces quarré à l'exception de deux rangs de grand bloc qui se trouvent dans le choeur [...] il s'en trouve plusieurs de cassé et écornez.

    Faire et placer une demie toise de lambris et replacer les lambourdes qui se trouve dérangés.

    La couverture est en bon état.

    Touttes les dittes choses à faire et fournir couteront la somme de huit livres.

    Au surplus le dit choeur et chancel est en bon état de réception,

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Sarthe. B 879. Pièces relatives à la réunion des paroisses de Bonnétable, Aulaines, Briosne, etc... en un seul et même arrondissement dans l'étendue duquel les sieurs Triquet et Livet, notaires à Bonnétable, seront seuls autorisés à instrumenter.... 1770.

  • AD Sarthe. B 5047. Haute justice de La grande Mousse à Briosne. Minutes. 1769-1771.

  • AD Sarthe. G additif 16. Briosne, fabrique. Chapelle Sainte-Anne. 1694-an VI.

  • AD Sarthe. 2 Mi 93. Fonds Charles GIRAULT. Biens nationaux : notices de ventes des biens de 1ère et 2e origine, classées par districts. Vol. 1 : Château-du-Loir - La Ferté-Bernard.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 49/1-17. Archives du cadastre de la commune de Briosne. 1835-1934.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 2 S 539. Route départementale 14 de Sillé-le-Guillaume à Authon-du-Perche. Briosne. Alignements et permissions de voirie ; acquisitions et cessions de terrains. 1836-1878.

  • Médiathèque du Mans. Fonds ancien. F 1614. Arrêt du Conseil d'Etat concernant les réglements sur les péages et bacs dans l'étendue de la Généralité de Tours. 10 Mars 1771.

Documents figurés
  • Plan d'une partie de la route de Paris au Mans et Angers... Levé par Oudry. 1747-48. (Archives départementales de la Sarthe ; C additif 142).

  • AD Sarthe. PC\049\5. Plan cadastral de la commune de Briosne. Section A, feuille 3. 1835.

  • Chemin de fer à voie étroite ou tramways. Avant-projet de la station de Briosne. Par Florent, sous-ingénieur des Ponts et Chaussées. 2 avril 1885. (Non réalisé). (Archives départementales de la Sarthe ; 5 S 790).

Bibliographie
  • BELLEE et MOULARD. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Série E supplément, t. I. Le Mans, Monnoyer, 1870

    Articles GG 1 à 117
  • PESCHE, Julien-Rémy. Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, suivi d'une biographie et d'une bibliographie. 6 tomes. Le Mans : Monnoyer ; Paris : Bachelier, 1829-1842.

    Tome 1, p. 229
  • Pouillés de la province de Tours, publiés par Auguste LONGNON. Paris : Imprimerie Nationale ; Librairie C. Klincksieck, 1903.

    p. 68
  • SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DES PAYS DE LA LOIRE. Liste des entités archéologiques de la commune de : BRIOSNE-LES-SABLES. Consulté le 16 juin 2011

  • VALLEE, E. Dictionnaire topographique du département de la Sarthe : comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Revu et publié par Robert Latouche. Paris : Imprimerie nationale, 1950-1952

    premier fascicule, p. 148
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien