Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à blé de la Ferrière, actuellement maison

Dossier IA72001297 réalisé en 2010

Fiche

Précision dénominationà eau
Destinationsforge, maison
Parties constituantes non étudiéesboulangerie, dépendance, maison, hangar agricole
Dénominationsmoulin à blé
Aire d'étude et cantonForêt de Bercé - Château-du-Loir
Hydrographiesle Dinan
AdresseCommune : Jupilles
Lieu-dit : le Moulin de la Ferrière
Cadastre : 1818 E1 32 ; 1982 E1 313

La Ferrière était un fief et une seigneurie. Au XIIe siècle, le lieu de la Ferrière est cité dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Vincent du Mans. En 1405, 1489 et 1492, Guillaume de Villers rend aveu pour le domaine de la Ferrière et la métairie de la Tonnardière, paroisse de Jupilles. Au XVIIIe siècle, le moulin de la Ferrière, qui appartient à M. et Mlle de Thomant, dépend de la Fransolière, qui a un fermier général : François Leroy, laboureur demeurant paroisse de Pruillé-l´Eguillé, est dit fermier général de la terre, fief et seigneurie de la Ferrière, située paroisse de Jupilles, et de la Fransolière. Il représente André François Carpigny (?), tuteur honoraire des enfants mineurs de défunt très haut et très puissant seigneur Monseigneur le Maréchal Comte de Thomant et très haute et très puissante dame Marie Geneviève de Gauttine (?) de Chiffreville, son épouse : la terre de la Ferrière consistant en la métairie et le moulin de la Ferrière, la métairie et le fief de la Fransolière, la métairie de la Brouarie et le lieu de la Tonnardière. En 1818, le moulin à blé appartenait au prince Charles de Beauvau, demeurant rue des Champs-Elysées à Paris. En 1887, il est exploité comme moulin à blé à deux meules et scierie de bois à une lame, l'ensemble étant entraîné par une roue à augets. Il était encore en activité en 1924, travaillant à façon. En 1936, un incendie détruit la scierie. Face au moulin, à proximité de caves et de soues anciennes, a été aménagée en 1887 une petite maison d'habitation tirant parti de la déclivité du terrain. Elle dispose d'un étage de caves couvertes d'un plancher à entrevous appareillé d'I.P.N et briques.

Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1887, daté par source

Le moulin était alimenté par le Dinan, dont le cours a été par la suite modifié. Il constituait avec la maison et la dépendance un plan en L. Il ne reste plus que la maison et dans son prolongement la petite meunerie, qui tire parti de la dénivellation. Des arches en maçonnerie maintiennent le coteau perpendiculaire au moulin. La meunerie conserve de nombreux mécanismes et un bluttoir complet. Le mur entre la maison et la meunerie est en pierre de taille au rez-de-chaussée, il n'est plus qu'une cloison en pan de bois au niveau du comble à surcroît. La charpente est sur potence.

Mursbois
silex
calcaire
essentage de planches
enduit
pan de bois
moellon
moellon sans chaîne en pierre de taille
pierre de taille
Toittuile plate, ardoise
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
appentis
Escaliersescalier dans-œuvre : échelle en charpente
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Périodiques
  • COUTARD, André. Moulins sur les affluents en rive droite du Loir. Moulins de la Sarthe, 1999, n° 31.

    p. 26.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie
Stéphanie Aquilon

Chargée de mission Inventaire du Patrimoine - Syndicat Mixte du Pays Vallée du Loir.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.