Dossier IA44004669 | Réalisé par
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Maisons, 10, 12 rue du Général-De-Gaulle, Paimbœuf
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paimbœuf (commune)
  • Commune Paimbœuf
  • Adresse 10, 12 rue du Général-De-Gaulle
  • Cadastre 1810 195  ; 1999 A 2ème feuille 945

Les deux parcelles mitoyennes comprises à l'origine entre la rive et l'actuelle rue Pierre-Jubau ont été arrentées par la duchesse de Lesdiguières, la première (n° 10) le 13 novembre 1693 à Abraham Bertrand (arquebusier) et Marie Guillot, la seconde (n° 12) le 28 juillet 1695 à Etienne Guillebaud (maître charpentier de navire) qui ont chacun fait bâtir une maison au nord et au sud de l'actuelle rue du Général-De-Gaulle à la fin du XVIIe siècle. La distribution des maisons n° 10 et n° 12, chacune actuellement composée de deux corps de bâtiments parallèles séparés par une cour commune est vraisemblablement contemporaine de la reconstruction des maisons n° 11 et n° 13 élevées de l'autre côté de la rue. Les corps de bâtiment sur la rue pourraient renvoyer à la première campagne de construction à la fin du XVIIe siècle. Le forgeron Marc Moreau commanditaire en 1752 de la reconstruction de la maison n° 11 est également le propriétaire de la maison n° 10, maison dans laquelle une forge est signalée au rez-de-chaussée du second corps de bâtiment en 1780. Depuis longtemps inhabitées, ces deux maisons ont été photographiées en cours de travaux. La maison n° 12 devrait accueillir six logements.

  • Période(s)
    • Principale : milieu 18e siècle

Chacune des deux maisons d'un étage carré et d'un comble ou d'un étage en surcroît est composée de deux corps de bâtiment parallèles séparés par une cour, dont le second au nord, double en profondeur, ouvre sur la Loire. Depuis la rue, un couloir central (n° 10) ou latéral (n° 12) permet l'accès à la cour commune de laquelle part actuellement un unique escalier en charpente à balustres articulant les deux corps (n° 10), le second escalier (n° 12) ayant récemment été détruit. L'unique travée du corps sur la rue de la maison n° 12 était sommée à l'origine d'une lucarne passante. On peut remarquer au rez-de-chaussée l'arrière-voussure en pierre de taille d'une ancienne baie. Au moment des travaux un escalier droit dans-œuvre desservait, à partir du premier étage, l'étage en surcroit du bâtiment aspectant la Loire.

  • Murs
    • gneiss
    • granite
    • tuffeau
    • moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse, tuile mécanique
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    1 étage carré, étage en surcroît, comble à surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Escaliers
    • escalier hors-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Loire-Atlantique. 1 E 757. Rolle rentier de Mesdemoiselles Grou pour les rentes qui leur sont dues sur les maisons de Painbeuf. Arrentement du 13 novembre 1693 fait à Abraham Bertrand, arquebusier, et Marie Guillot, sa femme : 21 pieds de terre à prendre en largeur dans la pièces des Embrasures située en l'isle de painbeuf. [1772].

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 757
  • Rolle rentier de Mesdemoiselles Grou pour les rentes qui leur sont dues sur les maisons de Painbeuf. Arrentement le 28 juillet 1695 fait à Etienne Guillebaud, maître charpentier de navire : 20 pieds de terre à prendre en largeur dans la pièces des Embrasures. [1772].

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 757
  • AD Loire-Atlantique. 4 E 90/44 : Etude de Me Trastour. Aveu rendu par Anne Coisnelleau, veuve du forgeron Marc Moreau sur une maison située vis à vis de leur maison d'habitation, n° 11 de la même rue : une maison consistant en deux corps de logis d'un étage carré, le premier sur la rue consistant en deux boutiques séparées par un couloir central au-dessus d'un niveau de caves, deux pièces au dessus et deux greniers ; le second est occupé par une forge installée au rez-de-chaussée, deux pièces à l'étage et deux greniers. 6 septembre 1785 (maison n° 10).

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/44
Date d'enquête 2004 ; Dernière mise à jour en 2004
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.