Dossier d’œuvre architecture IA44004574 | Réalisé par
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Maison, 11 rue du Général-De-Gaulle ; 10 rue Pierre-Jubau, Paimbœuf
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paimbœuf (commune)
  • Commune Paimbœuf
  • Adresse 11 rue du Général-De-Gaulle , 10 rue Pierre-Jubau
  • Cadastre 1810 196  ; 1999 A 2ème feuille 276

La parcelle, d'une largeur de près de sept mètres, comprise à l'origine entre la Loire et l'actuelle rue Pierre-Jubau a été arrentée par la duchesse de Lesdiguières en novembre 1693 à un arquebusier Abraham Bertaud. La maison reconstruite en 1752 par Marc Moreau, forgeron, a remplacé une petite maison construite à la fin du XVIIe siècle dont les murs peu épais et liés avec de la terre ne permettaient pas la surélévation prévue initialement, comme en témoigne le marché passé le 18 août 1750 avec les propriétaires des maisons voisines pour la construction de nouveaux murs mitoyens (texte annexé). L'ouverture du chantier en 1750 suivait l'acquisition par le même propriétaire de la maison Berg op Zoom (n° 28 quai Chassagne) en 1746. Au sud de la maison jusqu'à l'actuelle rue Pierre-Jubau, cinq pièces qualifiées de petites maisons construites avant 1764 appartenaient aux membres de la même famille Julien Videment (capitaine de navire) et Françoise Moreau. Ne restent de ces pièces couvertes en appentis, adossées au mur mitoyen à l'est et ouvertes sur l'allée reliant les deux rues, que les vestiges de cheminées. Au sud des cinq pièces a été élevée avant 1791 la maison d'un étage carré actuellement adressée n° 10 rue Pierre-Jubau. L'ensemble adressé n° 11 rue du Général-De-Gaulle a été récemment divisé en cinq logements.

  • Période(s)
    • Principale : milieu 18e siècle
  • Dates
    • 1752, porte la date

La maison est composée de deux corps de bâtiment simple en profondeur de plan en L articulés par un escalier en charpente accessible de l'allée ou de la cour, le corps secondaire couvert en appentis. Si la géométrie de la parcelle n'a eu aucune incidence sur le plan du corps principal aligné sur la rue, elle s'avère contraignante pour la construction du corps secondaire, le corps de l'escalier devant amortir la liaison entre les deux corps de bâtiment. L'ouverture de l'angle vers le sud-ouest permet ici la pénétration de la lumière dans l'allée étroite reliant à l'origine les deux rues du nord au sud. La façade sur la rue est composée de deux travées centrées, l'entrée latérale isolée n'étant pas retenue dans le décompte des travées. La distribution est restée proche de celle déclarée en 1785 malgré le changement de destination de la pièce ouvrant sur la rue ; accessible de la rue et de l'allée, elle servait à l'origine de magasin de commerce (boutique). Chaque étage du corps principal est divisé entre les deux baies par une cloison perpendiculaire au mur de façade ; les deux pièces ainsi créées sont chacune accessibles depuis l'escalier par une lourde porte palière. Le corps secondaire comprend deux pièces en enfilade séparées par une cloison en planches. Les cheminées en tuffeau dont ne subsiste aujourd'hui qu'un trumeau au second étage du corps principal étaient présentes dans toutes les pièces sur le modèle de celle existant encore au n° 46 de la même rue.

  • Murs
    • gneiss moellon
    • granite moellon
    • brique
    • tuffeau pierre de taille
  • Toits
    tuile mécanique, ardoise, ciment amiante en couverture
  • Plans
    plan régulier en L
  • Étages
    2 étages carrés
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier hors-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente
  • Techniques
    • ferronnerie
  • Statut de la propriété
    propriété privée