Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison forte de la Cour, ferme, actuellement ferme

Dossier IA72001073 inclus dans Village de Jauzé réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale depuis l'est.
    Vue générale depuis l'est.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • douves
    • grange
    • étable
    • fournil
    • remise agricole
    • porcherie
    • four à chanvre

L'ensemble décrit en 1741 et détruit avant 1835 possède tous les attributs d'une maison-forte : n'en subsistent que la plate-forme défendue par des douves, le puits et la ferme. Cette dernière est remaniée dans la première moitié du XIXe siècle : remaniement du logis et du fournil, reconstruction, peut-être vers 1840, de la grange-étables, remarquable par ses dimensions. Le four à chanvre est construit dans la première moitié du XXe siècle, il était équipé d'un hangar en bois à usage de séchoir. L'élévation sur cour du logis est entièrement reprise dans les années 1920.

Précision dénominationdit La Cour
Destinationsferme
Parties constituantes non étudiéesdouves, grange, étable, fournil, remise agricole, porcherie, four à chanvre
Dénominationsmaison forte, ferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Jauzé
Adresse : R.D. 121, La Cour
Cadastre : 1835 A 342, 345-348 ; 1994 B 6-9, A 203

Mention à la fin du XIe siècle de H. de Jazacio, vers 1200 de Willelmus de Jazé. David de Chang (Chansy ?) sieur de Martou et de Jauzé, reconnaît en 1609 une foi et hommage simple au château de Saint-Aignan pour son fief et domaine de Jozé avec ses appartenances. À partir du milieu du XVIIe siècle, la seigneurie de Jauzé fait partie du domaine de La Davière à Courcemont.

En 1741 le château de la Cour est un bâtiment de trois étages avec tour d'escalier, construit en maçonnerie et terrasses et couvert de tuiles et d'ardoises, en très mauvais état. Chaque étage est distribué en chambre à cheminée éclairée par 2 croisées (1 seule pour le dernier niveau), chambre froide et cabinet, grenier et un cabinet sur le tout. La cour close de murs partiellement ruinés abrite une fuie à recouvrir à neuf de tuiles, un ancien fournil, une écurie jouxtant la douve, une halle ou appenty, des toits à porcs en pan-de-bois couverts en bardeaux et un puits. Dans une seconde cour, se trouvent la maison du fermier avec deux chambres à cheminée, l'une avec four, l'autre avec évier à côté, la grange en mauvais état et trois étables, le tout couvert de tuiles et de bardeaux. Le domaine comprend entre autres le champ des garennes et le grand étang.

En 1791, il n'est plus fait mention que d'un logis avec maison et chambre à côté et des bâtiments. En 1835 la plate-forme fossoyée est vide de construction, la ferme comprend 4 bâtiments organisés autour d'une cour carrée à l'extérieur de la plate-forme. Avant 1843 sont signalées la destruction d'un bâtiment attenant au cimetière, avec un toit allongé et des ouvertures longues et coupées par une pierre horizontale et les vestiges d'ouvertures cintrées et niches pour statues sont signalées avant 1843.

En 1875, un petit hangar est construit pour la préparation des aliments. En 1876, l'exploitation comprend 28 ha de labours, 21 ha de prés et un herbage de 30 ha. Elle entretient jusqu'à 78 bovins vendus aux herbagers normands, dont des bouvillons croisés Durham. Une dizaine de vaches et 4 juments de travail sont élevées à la ferme qui produit également blé, orge ou avoine, trèfles et racines (betteraves notamment) destinés à l'alimentation des bovins, et 5000 kg de foin/ha. Le personnel est constitué, outre le fermier, de 3 ou 4 hommes et 2 femmes. L'exploitation obtient la même année le 1er prix de culture au concours départemental.

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates1843, daté par source
1846, daté par source

Les bâtiments sont disposés autour d'une cour régulière bordée à l'ouest par l'église paroissiale et son cimetière et au nord par la vaste parcelle fossoyée. Ils sont principalement construits en moellons de calcaire sans chaînes en pierre de taille et enduits et couverts de tuiles plates. Le logis, de type long, avec comble à surcroît, est complété d'une remise et de diverses annexes appuyées contre l'élévation postérieure. Les baies de l'élévation antérieure ont des chambranles en briques et pierre de taille calcaire. Les porcheries ont des chambranles en briques et bois. Le fournil-remise, adossé au mur du cimetière, possède côté cour des chambranles en pierre de taille calcaire, sauf les piédroits de la porte de la remise reconstruits en briques rouges et blanches, et côté cimetière une fenêtre à chambranle en bois et un jour en archère en pierre de taille calcaire. La grange-étable, avec étage de comble à usage de fenil, se distingue par ses dimensions, son élévation à travées et ses chaînes d'angle en pierre de taille. Les chambranles sont en pierre de taille calcaire ou en bois, certains avec piédroits en briques. Le four à chanvre avec foyer en soubassement est installé en dehors de la cour, sur la déclivité de la douve. Construit en moellons enduits, il est couvert d'un toit conique.

Murscalcaire
grès
enduit
moellon
moellon sans chaîne en pierre de taille
pan de bois
moellon
Toittuile plate
Étagesrez-de-chaussée, étage de soubassement, étage en surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit conique
Typologiesferme de type IV à logis long
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe. 95 AC 10. Archives communales de Jauzé. État des sections. 1791.

    cases 618 et 619.
  • Archives départementales de la Sarthe. H 979. Fonds de l'abbaye de Tironneau. Don de terres sises à Sables au profit de l'abbaye de Tyronneau.

  • Archives départementales de la Sarthe. 18 J 159. Fonds Paul Cordonnier: Dénombrement des terres de la Davière. 1765.

  • Archives départementales de la Sarthe. 18 J 477. Fonds Paul Cordonnier : Jauzé.

  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 151/8. État des sections du cadastre de Jauzé. 1837.

  • Archives municipales de Jauzé. Notice historique sur la paroisse de Jauzé. 1841. Manuscrit commencé par Savinien Ferdinand Charles Guyard, curé de Jauzé, en 1841, avec cartes, et complété par ses successeurs.

    p. 3-4 et 45.
Documents figurés
  • Plan cadastral révisé en 1933 mis à jour en 1994, section B1 (Direction générale des impôts - cadastre).

  • La Cour, photographie, 1915 (Collection particulière).

Bibliographie
  • Cartulaire de l'abbaye de Saint-Vincent du Mans, publié et annoté par l'abbé R. Charles et le vicomte S. Menjot d'Elbenne, Le Mans, 1886-1913.

    Chartes 551 et 658.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien