Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite maison de la Foresterie ou de la Focetterie, impasse de la Suifferie

Dossier IA72058983 réalisé en 2017

Fiche

Appellationsmaison de la Foresterie ou de la Flocetterie
Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonMans (Le)
AdresseCommune : Le Mans
Adresse : 18 impasse de la
Suifferie
Cadastre : 2019 MT 412

La maison dite de la Fossetterie apparaît dans les sources à la période révolutionnaire. Celle-ci dénommée "maison de maître" appartient alors à l'abbaye du Pré et est vendue comme Bien national à Jean Maineville dot la profession n'est pas précisée. L'ensemble est composé alors de trois bâtiments et c'est également ainsi qu'il apparaît sur les plans cadastraux de 1813 et 1846. Seule la maison de maître est toujours en place aujourd'hui.

Les appuis d'ouverture de deux fenêtres sur les façades gouttereaux, la taille de l'encadrement de la porte, la cage d'escalier en pans de bois et l'escalier à vis en bois ainsi que la toiture aigüe et la charpente permettent une datation du XVIIe siècle. Cependant, la maison paraît avoir connu des remaniements internes avec, notamment l'adjonction d'un niveau intermédiaire (certainement au XVIIIe siècle) ayant entrainé le percement d'une porte vers l'extérieur accessible depuis des escaliers adossés à la façade principale.

A appentis a été adossé à la façade latérale nord au XXe siècle. Les lucarnes éclairant l'étage sous comble sont également contemporaines.

Les analyses dendrochronologiques effectuées en décembre 2019 par Dendrotech....

Période(s)Principale : 17e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 20e siècle

La maison est en milieu de parcelle, entourée d'un jardin et de plan rectangulaire. Elle est composée d'un corps central aux travées non régulières et développée sur plusieurs niveaux : un rez-de-chaussée semi-excavé, un premier étage carré contenu en partie nord du corps composé de deux pièces, un deuxième étage en partie sud composé d'une pièce et un étage sous comble sur l'ensemble du bâti, ancienne pièce sous charpente où se retrouvent les parties inférieures des poinçons. L'escalier à vis sans jour en bois, compris dans une cage en pans de bois, est positionné au niveau de la porte d'entrée principale et dessert tous les étages. La partie supérieure de la charpente est accessible depuis une trappe.

La toiture à deux pans et croupes est percée au niveau de l'étage sous comble de lucarnes. Elle est pentue à pans coupés et recouverte d'ardoises.

La cave est accessible depuis la façade postérieure grâce à un escalier extérieur.

Le corps principal est flanqué de deux petits bâtiments couverts d'un toit d'ardoise en appentis, formés chacun d'une pièce éclairée d'une fenêtre sur chaque façade gouttereau et surmontée d'un niveau de comble non habitable accessible par l'extérieur. Ces deux pièces communiquent avec le corps principal.

Mursenduit
Toitardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à deux pans croupe
appentis
Escaliersescalier dans-œuvre : escalier en vis sans jour en charpente
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • Résultats des analyses dendrochronologiques effectuées le 10 décembre 2019

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; PC\183\324. Plan cadastral napoléonien de 1844, Saint-Pavin-des-Champs.

Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de Saint-Pavin-des-Champs, 1813. (Archives départementales de la Sarthe ; PC/313).

    Section B
Bibliographie
  • GIRAULT, Charles. Les biens d’Église dans la Sarthe à la fin du XVIIIe siècle. Laval : Goupil, 1953.

Liens web

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Ferey Marie