Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 112 rue Gambetta

Dossier IA72058993 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesmur de clôture, porte, jardin
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonMans (Le)
AdresseCommune : Le Mans
Adresse : 112 rue
Gambetta
Cadastre : 2019 AN 179

La maison aurait été construite par la famille Martin, propriétaire de la fonderie d'Antoigné et du siège social voisin construit en 1908. En effet, le recensement de population indique la famille comme y résidant en 1901. Pourtant, aucune source n'a pu confirmer leur implication dans la commande de la maison à l'architecte Louis Jardin en 1900.

La façade était en briques non enduites jusque dans les années 1980. Une extension a été créée sur la façade arrière.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1900, porte la date
Auteur(s)Auteur : Jardin Louis
Jardin Louis (1870 - )

Louis Jardin naît à Paris en 1870. Il vit au Mans en 1885 où il habite avec sa mère Augustine Jardin et sa sœur Valentine rue Saint-Dominique puis à Pontlieue en 1890 où il apparait comme « commis architecte ». L’année suivante, sur son contrat de mariage avec Marie Côneau il est appelé « dessinateur ». De 1891 à 1905, il s’installe comme architecte rue de la Motte. A partir de 1906 il part à Paris où il poursuit sa carrière au moins jusqu’en 1919, date à laquelle on perd sa trace.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte signature

La maison est alignée rue Gambetta et mitoyenne sur un côté.

Elle se développe sur un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé de trois marches, un étage carré et un comble à surcroît éclairé d'une lucarne sur le versant et d'une grande lucarne surmonté d'un tympan triangulaire. La maison, de gabarit relativement fin en façade avec deux travées, se développe en profondeur. Elle reprend la distribution locale avec un couloir latéral menant au jardin arrière et desservant deux pièces dans la longueur. L'escalier dessert les étages où les pièces se positionnent autour du palier.

Malgré une distribution locale, la façade présente des originalités notables. L'avant-corps constituant travée rehaussé par des chainage en pierre de taille, décoré au fenêtres et surmonté d'un pavillon apporte un rythme certain.

Des cheminées de marbre ornent les pièces du rez-de-chaussée. Elles sont plus simples aux étages.

Le toit à longs pans brisés et croupes couvert d'ardoise est soutenu par une corniche moulurée à entablement précédée d'un bandeau.

La maison ouvre à l'arrière sur un jardin clos par un mur.

Murspierre de taille enduit
brique enduit
Toitardoise
Plansplan régulier en L
Étagessous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît, rez-de-chaussée
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier dans-œuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
Techniquessculpture

Précision représentations

Les linteaux des fenêtres sont décorés de bas-reliefs représentants une coquille végétale en rez-de-chaussée, des éléments serpentiformes au premier étage et à l'étage sous comble.

La maison a été modifiée à l'arrière.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Ferey Marie
Ferey Marie

Chercheur auprès du Service Patrimoine de la Région des Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.