Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme de la Fontaine, actuellement maison

Dossier IA72001085 réalisé en 2007

Fiche

Le corps principal du logis peut remonter au XVIIe siècle au moins (charpente à chevrons porteurs et pannes). Le pavillon mentionné en 1835 est très probablement un logis avec jardin d'agrément (?) à l'usage des propriétaires de la ferme, qui sont à la fin du XVIIIe siècle les héritiers de Gabriel Collet de la Bertherie, écuyer, officier de la Maison du Roi. La reconstruction de 1854 n'est qu'une restauration du corps principal : reconstruction de l'élévation sur cour et création des 2 croupes. Le pavillon à étage en prolongement est construit en 1874 en remplacement du pavillon ancien : la laiterie qui y partiellement adossée est construite ou agrandie en même temps, la 2e croupe du corps principal disparaît.

Les étables englobent peut-être le bâtiment existant en 1835 (un poteau de bois subsiste sur l'élévation postérieure). L'élévation antérieure est reconstruite dans la 1ère moitié du XXe siècle, le bâtiment rattaché au logis dans la seconde moitié du XXe siècle. Les porcheries, reconstruites après 1835, englobent un bâtiment plus ancien dont subsiste la porte, de même que les étables et écuries reconstruites à la fin du XIXe ou début du XXe siècle. Les 2 hangars métalliques datent de la première moitié du XXe siècle, le 3e est plus récent.

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéeslogement, étable, étable à chevaux, étable à vaches, porcherie, fournil, remise agricole, hangar agricole
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Jauzé
Lieu-dit : la Fontaine
Cadastre : 1835 B 358-362 ; 1994 B 251, 252, 356-359

La Fontaine figure sur la carte dite de Cassini, réalisée vers 1760. La ferme comprend en 1791 un logis distribué en maison et chambre à côté, et compte en 1835 quatre bâtiments dispersés autour du logis, ainsi qu'un bâtiment qualifié de pavillon, isolé au centre d'une parcelle quadrangulaire dénommée le jardin neuf fermée par une douve à l'ouest. Entre 1854 et 1856 le logis est déclaré reconstruit pour Louis Mouton. Le même déclare également en 1875 la destruction du pavillon, alors que le logis fait l'objet d'une augmentation la même année.

Période(s)Principale : 17e siècle , (?)
Principale : milieu 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1854, daté par source
1874, daté par source

La ferme s'organise autour d'une cour triangulaire fermée à l'est par la mare et l'ancien chemin d'accès. En fond de cour, le logis est composé d'un logis simple en rez-de-chaussée flanqué à l'ouest d'un second corps de bâtiment de plan carré, à un étage carré, formant pavillon. La laiterie est accotée à l'élévation postérieure, les étables sont construites en prolongement du logis.

Le logis est construit en maçonnerie enduite, les baies sur la cour sont encadrées de pierre de taille calcaire, les toits sont à croupes, avec noues. Le pavillon est distribué par un escalier tournant en bois, une échelle de meunier appuyée contre le mur-pignon sud-est du logis et abritée par un essentage de planches donne accès au comble à usage de grenier (pavement).

Les étables sont en briques (élévation postérieure), en pan-de-bois partiellement essenté de planches (mur-pignon nord) et en parpaings de ciment (élévation sur cour).

Au sud, les porcheries, construites en moellons de calcaire, grès et silex sans chaînes en pierre de taille et enduits, prolongent un bâtiment disparu (porte à chambranle en pierre de taille calcaire conservée).

Au nord de la cour, les étables à chevaux et à vaches, sont bâties en briques creuses, sauf le pignon ouest en pan-de-bois, et sont couvertes sur cour de tuiles plates et sur l'arrière de tuiles mécaniques. Elles sont complétées d'une remise à structure métallique, essentée de tôle et couvert de ciment amianté, portant l'inscription SR SOCOMEL Loué. Un hangar métallique, construit par CMO de Coulaines, est construit en vis-à-vis, un troisième, associant un mur en parpaing de béton à une structure sur poteaux de bois, est construit en dehors de la cour.

Murscalcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
pan de bois
torchis
brique
brique creuse parpaing de béton essentage de planches
pan de fer essentage de tôle




Toittuile plate, tuile mécanique, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur : échelle
escalier intérieur : escalier tournant en charpente
Typologiesferme de type III, logis court avec pavillon
État de conservationremanié
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe. 95 AC 10. Archives communales de Jauzé. État des sections. 1791.

    Cases 206 à 210.
  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 151/8. État des sections du cadastre de Jauzé. 1837.

  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 151/9. Matrice des propriétés foncières. 1838-1913.

Documents figurés
  • Plan cadastral révisé en 1933 mis à jour en 1994, section B3 (Direction générale des impôts - cadastre).

Bibliographie
  • SORIAU Jacques et LABBÉ James. Beaufay, vieilles demeures et patrimoine local. Publication Regards sur Beaufay, Beaufay, 2003.

    p. 26 et 40.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien