Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Vallée de la Sèvre Niortaise dans le Marais poitevin : présentation du territoire

Dossier IA85001873 réalisé en 2017

Fiche

Á rapprocher de

Le Marais poitevin, deuxième plus grande zone humide de France, est un territoire à forte identité paysagère, environnementale et historique. Il est traversé par la Sèvre Niortaise qui en constitue la colonne vertébrale. Le fleuve participe à la richesse écologique mais aussi patrimoniale de cet espace unique, sans cesse modelé par l'homme.

D'une Sèvre Niortaise à l'autre

La Sèvre Niortaise est un fleuve côtier bien plus étendu que dans sa seule traversée du Marais poitevin : long de plus de 158 kilomètres, il prend sa source à l'est de Niort, sur la commune de Sepvret. De Sepvret à Niort, en dessinant des boucles sur plus de 50 kilomètres, la Sèvre Niortaise n'est pas navigable. Elle le devient dans le chef-lieu des Deux-Sèvres, au port situé au pied des anciennes chamoiseries Boinot.

À partir de là, la Sèvre Niortaise s'écoule sur plus de 100 kilomètres en direction de la baie de l'Aiguillon, via le Marais poitevin. Elle traverse 7 communes dans les Deux-Sèvres (Niort, Magné, Coulon, Sansais, Le Vanneau-Irleau, Arçais, Saint-Hilaire-la-Palud), 5 en Charente-Maritime (La Ronde, Taugon, Saint-Jean-de-Liversay, Marans et Charron), et 7 en Vendée (Benet, Le Mazeau, Damvix, Maillé, Vix, l'Ile-d'Elle, Sainte-Radegonde-des-Noyers et Puyravault).

À travers les marais mouillés

D'une commune à l'autre, la Sèvre Niortaise traverse une de ses principales entités paysagères du Marais poitevin : les marais "mouillés". Ainsi appelés parce qu'ils sont toujours inondables, ces marais sont situés de part et d'autre de la Sèvre et de ses affluents, surtout en amont de Damvix, mais aussi sur une bande de territoire plus ou moins étroite qui accompagne le fleuve jusqu'à la mer. Ces marais ont été aménagés à partir du 19e siècle afin de faciliter l'écoulement de l'eau, notamment par la création de barrages pour étager le niveau d'eau, et de canaux de redressement pour éviter certains méandres.

Avec ses affluents, le Mignon, les Autises et la Vendée, la Sèvre Niortaise constitue depuis cette époque le réseau "principal" des voies d'eau des marais mouillés (auquel viennent se greffer un réseau "secondaire" et un réseau "tertiaire d'intérêt collectif"). Pour une bonne gestion de son niveau d'eau et de sa navigabilité, la Sèvre est, comme ses affluents, divisée en une dizaine de biefs principaux, délimités par des barrages auxquels sont associées des écluses pour le passage des bateaux : barrages et écluses de Comporté et de la Roussille à Niort, des Bourdettes et de Bazouin à Damvix, des Enfrenau à Marans, du Brault à Charron...

Jusqu'à la baie de l'Aiguillon

À partir de Maillé et de La Ronde, la Sèvre et les marais mouillés sont encadrés par une ligne de digues édifiées au 17e siècle pour protéger les marais situés de l'autre côté : les marais desséchés. Canaux et fossés rectilignes y drainent les terres vouées aujourd'hui principalement à la céréaliculture. Les principaux canaux de dessèchement convergent vers la baie de l'Aiguillon, au Brault, pour y déverser les eaux des marais desséchés, via des écluses ou des portes à flot.

Ils y retrouvent la Sèvre Niortaise, qui achemine de son côté l'eau des marais mouillés vers la mer. À Marans puis à Charron, Sainte-Radégonde-des-Noyers et Puyravault, autour des écluses du Brault, le fleuve dessine des derniers méandres, à travers des espaces plus maritimes que fluviaux, puis se jette dans la baie de l'Aiguillon.

Une composante de la richesse écologique du Marais poitevin

Axe structurant du Marais poitevin, la Sèvre Niortaise et ses rives recèlent une bonne part de sa richesse écologique. Depuis les prairies des marais mouillés jusqu'aux vasières de la baie de l'Aiguillon, elles abritent de nombreuses espèces animales et végétales remarquables. L'intégralité du parcours du fleuve est dès lors compris dans une ZNIEFF (zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique) et dans la liste des sites Natura 2000. En amont de Maillé, la Sèvre traverse le site classé du Marais poitevin, et un arrêté de protection de biotope protège ses derniers kilomètres en amont du Brault.

Aires d'études Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin

Références documentaires

Documents figurés
  • 1767 : Plan général des marais mouillés et desséchés des provinces du bas Poitou, de l’Aunis et de la Saintonge, à prendre de la mer à Niort pour leur longueur et des Coteaux du Poitou à ceux d’Aunis pour leur largeur, par l"ingénieur Jacques Parent. (Bibliothèque nationale de France, Ge A 1199).

  • 1648 : Plan et description particuliere des maraits desseichés du petit Poictou avecq le partaige sur icelluy faict par le sieur Siette escuier conseiller ingenieur et geografe ordinaire du roy et controleur general des fortiffications de Daulfiné et Bresse, le 6 aoust 1648. (Bibliothèque nationale de France, GE DD 2987)

  • 1701 : Carte contenant une partie du Bas Poitou et de l'Aunis où se trouve Marans et l'embouchure de la Seyvre Niortaise, par Claude Masse. (Service historique de la Défense, Vincennes. J10C 1293, pièce 7).

  • 1818, 30 septembre : carte itinéraire de la Sèvre Niortaise pour l'intelligence du projet général qui a pour but le perfectionnement de la navigation, la conservation des marais desséchés et le dessèchement des marais mouillés, par l'ingénieur en chef des Ponts et chaussées François-Philippe Mesnager. (Archives départementales des Deux-Sèvres, 3 S 17).

  • Vues aériennes depuis 1945 sur le site internet de l'IGN www.geoportail.gouv.fr.

Bibliographie
  • Atlas du Marais poitevin, Etablissement public du Marais poitevin, 2015, 37 p.

  • CLOUZOT, Etienne. Les marais de la Sèvre Niortaise et du Lay du Xe à la fin du XVIe siècle. Paris : H. Champion éditeur ; Niort : L. Clouzot éditeur, 1904, 282 p.

Liens web

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis