Logo ={0} - Retour à l'accueil

Statue monumentale de la Vierge, dite Notre Dame du Marais ; Drapelle

Dossier IA85002347 réalisé en 2019

Fiche

Dénominationsstatue monumentale
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Vix
Lieu-dit : Drapelle
Cadastre : 2019 ZA 75

Le culte marial, particulièrement développé à Vix et dans les marais, se manifeste dès les années 1940 par l'organisation sur la Sèvre Niortaise de processions avec bateaux fleuris, à l'occasion notamment du Mois de Marie, en mai. Dès 1947, le curé de Vix, Joseph Bulteau émet l'idée d'ériger une statue de la Vierge "pour rompre l'isolement hivernal des marais". Il va falloir sept ans pour que le projet aboutisse. La construction de la route reliant le bourg à Drapelle, en 1950-1951, accélère les opérations. Dernier acte d'un long processus, le 21 octobre 1954, Berthe Biraud, épouse d'Aristide Sausseau (avec lequel elle demeure près de là, sur l'île de Charouin), propriétaire du terrain, cède à l'association diocésaine le "droit d'ériger une statue à usage cultuel".

Le 28 novembre 1954, enfin, la statue de Notre Dame des Marais est bénite. Fabriquée à Angers, elle est placée sur un socle qui se trouvait auparavant à l'école privée des filles où, à l'origine, selon la tradition orale, il supportait déjà une statue de la Vierge. Ce socle en pierre est en fait celui de l'ancienne croix du cimetière qui se trouvait au Clouzy jusqu'en 1889. La statue est amenée en procession depuis l'église et le bourg. Elle est portée sur une jeep appartenant à Honoré Fillon, du chantier Pouvreau, véhicule orné pour l'occasion de tentures bleues et blanches et d'un arc de roses en papier confectionnées par les paroissiennes du quartier du Pont aux chèvres. Entre le bourg et Drapelle, l'itinéraire emprunté par la procession est décoré de guirlandes de fleurs et d'arcs de triomphe. Deux files de guirlandes aux flammes bleues et blanches encadrent les dernières centaines de mètres du parcours. A son arrivée, accueilli par la musique paroissiale, le char de la statue passe sous un arc de triomphe de roses blanches sommé d'une étoile, fabriqué par les paroissiens du quartier du Clouzy, puis sous un second arc, surmonté de l'initiale "M" de Marie et réalisé par les habitants des Marais Bas.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1954, daté par source

Le monument se trouve au milieu du hameau de Drapelle, à quelques mètres du bord de la Sèvre Niortaise. Il comprend un socle en pierre de taille et une statue en pierre reconstituée et coulée sur moule. La statue représente la Vierge, les mains croisées sur la poitrine, en prière, foulant au pied un serpent, incarnation du Diable, qui essaie d'avaler une pomme, symbolisant le péché originel. Le socle, de plan carré, présente sur chaque face un arc brisé polylobé, inscrit dans un fronton triangulaire qu'ornent des guirlandes végétales.

Murscalcaire pierre de taille
pierre artificielle
Couvrements
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété d'une association diocésaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives paroissiales de Maillé. Paroisse de Vix, carton 14. 1888-1983 : gestion des biens de la paroisse de Vix, travaux divers aux bâtiments paroissiaux, construction d'une salle de patronage.

  • Collection particulière ; Archives paroissiales, Maillé, paroisse de Vix. Depuis 1910 : bulletins paroissiaux de Vix.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis