Logo ={0} - Retour à l'accueil

Scierie dite scierie Yvon à Bonnétable, actuellement entrepôt commercial de la Société Forestière du Maine

Dossier IA72000426 inclus dans Le faubourg dit de Saint-Etienne ou de Melleray à Bonnétable réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

La scierie créée en 1882-1884 par les marchands de bois Honoré Beaudouin et/puis Alexandre Yvon occupait l’îlot délimité par les rue du Maréchal-Gallieni, Gaillard et de la Longueraie. Fermée à la limite des XXe et XXIe siècles, il n'en subsiste que la maison construite vers 1890 au 48, rue du Maréchal-Gallieni (B du plan) et la machine à vapeur de 1927 déplacée. Le fonds actuel est celui des maisons acquises vers 1889 et augmenté ensuite pour installer le chantier de dépôt des bois. La reconstruction des cinq maisons entre 1890 et 1900 (maisons 41 à 49 rue du Maréchal-Gallieni, A du plan) a permis de former un front de rue homogène autour d'un accès (commercial ?) au chantier marqué par les pans coupés des maisons n° 41 et 43. Les deux maisons jumelles n° 35 à 39 de la même rue (C du plan) sont probablement celles construites en 1914, sur un fonds ancien pour la première. Sur le chantier, les deux magasins industriels sur poteaux essentés de planches peuvent dater de la limite des XIXe et XXe siècles ou de la première moitié du XXe siècle, les autres sont du XXe siècle. La salle des machines, vue en 2005, était construite en brique et en béton et couverte de tôle.

Destinationsentrepôt commercial
Parties constituantes non étudiéeshangar industriel, magasin industriel, maison
Dénominationsscierie
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Bonnétable
Adresse : 41 rue du
Maréchal Gallieni
Cadastre : PCI 2016 AE 104, 383, 608, 613

Le chantier et la scierie mécanique équipée d'une machine à vapeur, créés vers 1882-1884 pour le marchand de bois Honoré Beaudouin à l'angle de la rue du Cimetière et du chemin allant vers La Longueraie, semblent avoir été exploités dès 1884 par Alexandre Yvon, également issu d'une famille de marchand de bois. Ce dernier en devint propriétaire vers 1889 et en augmenta alors le fonds de quatre maisons avec jardin bordant l'autre côté de la rue du Cimetière. Entre 1890 et 1900, il fit construite en lieu et place de ces dernières cinq nouvelles maisons, dont une avec fournil et hangar pour lui même et quatre pour la location (par exception à des employés). Dans le même temps, il augmenta la scierie d'une maison et d'un magasin, puis d'un atelier vers 1909. Vers 1910 le fonds fut à nouveau augmenté d'une maison mitoyenne des précédentes, et de plusieurs portions de terre voisines, et chantier fut probablement déplacé sur ces nouvelles parcelles : un hangar y fut d'abord construit, puis une nouvelle maison quatre ans plus tard. La scierie fut augmentée une nouvelle fois vers 1911-1912. Vers 1926, le fonds engloba plusieurs parcelles situées de l'autre côté de l'actuelle rue Gaillard et les maisons qui y étaient situées furent démolies. A cette date, la voie ferrée de type Decauville équipant la scierie fut prolongée d'un tronçon traversant la rue pour rejoindre le chantier de dépôt des bois situé derrière les maisons. L'usine comprenait alors la machine à vapeur et son bâtiment, le moteur et son bâtiment et un bureau. Vers 1964, la scierie fut une nouvelle fois augmentée pour le compte de la SARL Yvon et fils. Vers 1976, l'entreprise était comptée au nombre des cinq plus gros employeurs de la ville (effectif entre 20 et 50 personnes) et était équipée de diverses scies, de trois palans de 5, 3 et 1 T, d'une écorceuse et de deux affûteuses. Le chantier pouvait stocker 5000 à 6000 m 3 de chêne et la cheminée du bâtiment de la machine à vapeur était haute de 32 m. L'entreprise possédait dès la première moitié du XXe siècle un second chantier rue Saint-Nicolas et des bureaux au n° 33, rue du Maréchal-Leclerc, et plus tardivement un chantier de stockage de bois exotique à Champagné. Elle fut absorbée en 1993 par la Société Forestière du Maine, créée en 1946 par la même famille.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : limite 19e siècle 20e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source

L'édifice comprend une première série de 3 maisons (n° 35 à 39), une seconde série de 5 maisons (n° 41 à 49), une maison avec commun (n° 48) sur un fond aujourd'hui séparé (?), ainsi qu'une dizaine de hangars ou magasins industriels.

Les maisons, en rez-de-chaussée sur sous-sol et avec étage en surcroît (sauf les maisons 35 à 39), sont construites en maçonnerie de moellons et briques sans chaînes en pierre de taille et enduites. Les chambranles des baies sont en pierre de taille. Les toits à longs pans, avec croupes sur les pans-coupés des maisons n° 41 et 45, sont couverts d'ardoises. Deux hangars ou magasins industriels sont sur poteaux essentés de planches et sont couvertes de tuiles plates. Les autres, à charpente métallique ou de bois, sont couvertes de tôles ou de ciment amianté.

Murscalcaire maçonnerie enduit
brique maçonnerie enduit
bois essentage de planches
métal

Toitardoise, métal en couverture, tuile plate, ciment amiante en couverture
Étagessous-sol, en rez-de-chaussée, étage de comble
Couverturestoit à longs pans croupe

Énergiesénergie thermique produite sur place machine à vapeur à piston

États conservationsvestiges
Statut de la propriétépropriété d'une personne morale
Éléments remarquablesmachine énergétique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 29/31. Matrice des propriétés foncières 1838-1913. (3 P 29 : folios 1 à 700. 3 P 30 : folios 701 à 1400, avec table alphabétique générale des propriétaires pour les trois volumes. 3 P 31. folios 1401 à la fin).

  • Archives départementales de la Sarthe : 3 P 40 / 38-39. Matrice des propriétés bâties 1882-1911. (3P 38 : cases 1 à 600. 3 P 39 : cases 601 à la fin, avec table alphabétique générale des propriétaires pour les deux volumes).

  • Archives départementales de la Sarthe : 3 P 40 / 40-42. Matrice des propriétés bâties. 1911-1975. (3 P 40 : cases 1 à 696, avec table alphabétique générale des propriétaires pour les trois volumes. 3 P 41 : cases 697 à 1516. 3 P 42 : cases 1517 à la fin).

  • Archives départementales de la Sarthe : 3 O 341. Voirie vicinale. I. C. 17 Saint-Célerin-Bellou-le-Trichard (Orne) devenu CD 44 en 1939. Alignements et travaux : Bonnétable. 1845-1935.

  • Archives départementales de la Sarthe : 8 S 56. Déclarations d'appareils à vapeur et documents annexes. 1880-1884.

  • Archives départementales de la Sarthe : 8 S 62. Déclarations d'appareils à vapeur et documents annexes (demandes et parfois enquêtes ultérieures). 1911-1940.

  • Archives départementales de la Sarthe : 1015 W 14. Bonnétable : assainissement, plan sommaire d'urbanisme. (1965-1971).

(c) Conseil général de la Sarthe - Hardy Julien - Truillet Jonathan