Logo ={0} - Retour à l'accueil

Presbytère, puis maison de retraite, actuellement EHPAD Georges Delante

Dossier IA72001318 inclus dans Village de Nogent-le-Bernard réalisé en 2010

Fiche

Destinationsmaison, maison de retraite
Dénominationspresbytère, maison de retraite
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Nogent-le-Bernard

En 1762, le presbytère au moins partiellement en pan-de-bois (maison suportée sur des etaches) est reconstruit pour Jarray de la Mairie, curé, depuis le vestibule exclusivement, jusqu’au fournil et la cuisine inclusivement (emploi de pierre de taille prise à Marcilly, de grosses et petites briques, tuiles et pavés). Resté invendu sous la Révolution, il servait en 1801 pour partie de mairie et était composé, dans la première moitié du XIXe siècle, d'un logis, placé entre une cour avec avant-cour et un jardin avec vivier, d'une grange dimière (détruite en 1808), d'une écurie avec chambre pour domestique, de poulaillers et toits à porcs. En 1832, il était question de surélever l'ancienne écurie, occupée depuis longtemps par l'instituteur, afin d'y établir une école d'enseignement mutuel.

La décision de reconstruire le presbytère fut prise en 1871, et le projet établi en 1873 par Ernest Pieau, architecte d'arrondissement, qui devait s'inspirer du presbytère de Saint-Cosme-de-Ver (actuellement Saint-Cosme-en-Vairais, canton de Mamers), en laissant de côté tous les embellissements. Le logis, au centre de la cour, en rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement, à un étage carré et couvert d'un toit à croupes, devait comporter sur chaque façade une travée centrale en avant-corps et, côté cour, des baies d'inspiration néo-gothiques (décor en accolade). Le soubassement était prévu en granit d'Alençon, certains parements en pierre de taille de Marcouet ou de Villaines, la couverture en ardoises. L'étage de soubassement devait être distribué en cave, le rez-de-chaussée en cuisine avec laverie et chambre de domestique, salle à manger, salon, vestibule avec grand escalier en chêne dit à l'Anglaise, et l'étage en quatre chambres à feu.

Ce projet fut corrigé en 1874 par Boeswillwald, architecte diocésain pour en réduire le coût (modification des parties saillantes du corps central, croupes du toit à remplacer par des pignons en maçonnerie, distribution revue). La réalisation par René Adet, entrepreneur en maçonnerie, débuta en 1875, fut interrompue une première fois après la découverte de souterrains et caves obligeant à modifier l'emplacement du bâtiment et une seconde fois en octobre 1875 avec l'effondrement d'une partie des maçonneries déjà édifiées, et ne fut achevée qu'en 1878. Le portail à deux piliers sur la rue du lavoir a été construit en 1891.

Désaffeté et loué comme maison à partir de 1907, le presbytère fut approprié en 1926 en maison de retraite (EPHAD depuis 2004) avec les fonds légués à la commune par Georges Delante, maire décédé en 1912. Des extensions ont été construites en 1974, 1987, 1991, 2004 et 2010.

Synthèse

Le presbytère a été reconstruit entre 1875 et 1878. Si le parti général à trois étages et trois travées est bien celui établi par Ernest Pieau en 1873, les élévations sans avant-corps avec baies à chambranles de briques et le toit à longs-pans à pignons découverts sont dues aux modifications apportées par Boeswillwald en 1874. La distribution a été entièrement reprise entre 1926, date de l'appropriation en maison de retraite, et la 1ère moitié du XXIe siècle. La plaque portant la devise républicaine, absente des vues du milieu du XXe siècle, pourrait provenir de la façade sur rue de la mairie.

Les bâtiments de l'EPHAD construits entre 1974 et 2010 occupent les anciennes cours et le jardin, transformé en cour intérieure.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 2e moitié 20e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Auteur(s)Auteur : Pieau Ernest
Ernest Pieau

architecte d'arrondissement.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Boeswillwald Emile
Emile Boeswillwald

architecte diocésain. architecte.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte diocésain attribution par source

L'ancien presbytère est actuellement l'un des bâtiments de l'EPHAD Georges Delante. L'élévation antérieure et les murs pignons sont partiellement masqués par les autres bâtiments de l'EPHAD (non étudiés). Le gros-oeuvre en maçonnerie enduite, avec chaînes d'angle en pierre de taille pour l'élévation antérieure et en briques pour l'élévation postérieure, est couronné d'une corniche en pierre de taille. Le toit est à longs-pans avec pignons découverts. Les élévations sont à trois travées, les chambranles des baies sont en briques pour l'élévation antérieure et en briques pour l'élévation postérieure. L'élévation postérieure porte l'inscription REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE.

Mursmaçonnerie enduit
brique
calcaire pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré, comble à surcroît, rez-de-chaussée surélevé, sous-sol
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon découvert
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Sarthe : 2 O 221/6. Nogent-le-Bernard. Bâtiments communaux. Eglise. presbytère. 1814-1936.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 223/38. Etat des sections de la commune de Nogent-le-Bernard. 1836.

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Nogent-le-Bernard. 1835. (Archives départementales de la Sarthe ; PC 223).

    section D
Bibliographie
  • Coutadeur, Chantal. Impulser une logique de domicile en EPHAD... Mémoire de l'Ecole Nationale de la Santé Publique de Rennes, 2006. [consulté en 2013]. Accès internet : http://fulltext.bdsp.ehesp.fr/Ensp/memoires/2006/cafdes/coutadeur.pdf

    Ecole Nationale de la Santé Publique, Rennes
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien