Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à farine puis minoterie - le Moulin-de-la-Roche, Fromentières

Dossier IA53000550 réalisé en 2001

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesporcherie, étable à vaches, étable à chevaux, bergerie, poulailler, fournil, buanderie, remise
Dénominationsmoulin à farine, minoterie
Aire d'étude et cantonMayenne - Château-Gontier Est
Hydrographiesla Mayenne
AdresseCommune : Fromentières
Lieu-dit : le Moulin-de-la-Roche
Cadastre : 1833 B 1093 à 1095 ; 1984 B 664, 1116, 1159

Le moulin de la Roche-de-Maine, sur la rive gauche de la Mayenne, est mentionné en 1326. En 1829, il est constitué de deux bâtiments accolés abritant chacun une roue : elles entraînent au total trois paires de meules. En 1850, le corps de bâtiment est du moulin est démoli et une construction nouvelle reliant la maison du meunier au corps ouest est réalisée. Ce dernier est alors sans doute également réédifié selon un parti reprenant son plan parallélépipédique mais ajoutant un étage. La reconstruction du barrage entraîne en 1879 celle du coursier du large et vraisemblablement une nouvelle reprise du corps ouest (ses ouvertures et leur encadrement en briques et pierres pourraient dater de cette campagne). La porcherie remonte aussi à la seconde moitié du XIXe siècle. L'ancienne maison du meunier peut être datée du XVIIIe siècle. La force motrice - 25 chevaux en 1917 -, ne s'élève qu'à 12 chevaux en 1935, faisant fonctionner au moins 4 broyeurs à cylindres. Après 1940, le moulin n'assure plus la transformation que de céréales secondaires. La mouture est alors effectuée par une paire de meules et un unique broyeur. Le dernier meunier, Paul Lemonnier cesse son activité en 1971. Le premier étage du moulin est alors transformé en espaces d'habitation. Une cheminée du XVIIIe siècle est installée dans l'ancienne maison. Le fournil, la buanderie, le poulailler, la remise et le bâtiment contenant l'étable à vaches, l'étable à chevaux et la bergerie, décrits par l'état des lieux du 19 mars 1909, ont été détruits.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1850, daté par source
1879, daté par source

L'ancien bâtiment du moulin est constitué de deux corps adossés l'un à l'autre, à un étage carré. Le plus long et le plus élevé, à l'est, présente 4 travées disposées irrégulièrement sur sa façade principale sur cour au sud et 5 sur sa façade nord. La partie est de son rez-de-chaussée, largement ouverte au sud par deux grands arcs surbaissés à claveaux de granite, devait servir de remise à véhicules. Elle communique avec le jardin au nord par une petite porte. Les fenêtres sont à encadrement de tuffeau. Le comble est éclairé par de petites ouvertures carrées percées dans le surcroît. Le corps ouest présente par rapport à son voisin un léger désaxement vers le nord. Il ne se compose que d'une travée à fenêtres encadrées de briques et de pierres et son comble est dépourvu de surcroît. Les espaces intérieurs des deux parties communiquent, sans mur de séparation, y compris dans le comble où à l'est la charpente est d'origine. Les deux coursiers, à ouvertures cintrées, sont précédés à l'amont de courts canaux d'alimentation. Le coursier de rive a été couvert. La cage de la roue du large, séparée du reste du rez-de-chaussée par un mur, est par contre conservée mais sans la roue verticale qui s'y trouvait. Toute la machinerie du moulin a été supprimée, y compris le système d'engrenage. L'ancien logement du meunier est partiellement accolé au moulin au nord-ouest. Son implantation rattrappe la dénivellation du terrain. Construit en rez-de-chaussée, il s'élève à l'ouest sur un niveau de soubassement contre lequel est établi au sud un escalier droit conduisant à la terrasse sur laquelle donne la porte d'entrée. Celle-ci est encadrée de pierres de taille harpées de même que les trois fenêtres (deux au sud, une à l'ouest) qui possèdent en outre un chambranle à simple filet. La forme du toit à croupes, adouci à sa base par des coyaux, et des trois lucarnes, si elles sont d'origine, autorise à dater le bâtiment du XVIIIe siècle. Les fenêtres de la façade nord percées dans une partie formant appentis sont modernes. Un seul bâtiment de dépendance est conservé : la porcherie située à une centaine de mètres au sud. Construite en rez-de-chaussée, elle présente une alternance régulière de quatre petites ouvertures rectangulaires et de trois portes. Le second-oeuvre est en bois (linteaux, appuis) et en grosses briques (encadrements, chaînes harpées).

Mursschiste moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, en rez-de-chaussée, en rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît, étage de comble
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
toit à longs pans croupe
Énergiesénergie hydraulique
Typologiesmoulin de rive
État de conservationremanié
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Ravitaillement. Tableau des minoteries et moulins d'après l'importance de leur production, 1914, 1917.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 6 M 629
  • Ravitaillement. Liste des moulins et minoteries du département, 1935.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 6 M 630
  • Enquête préalable au contingentement de la production des moulins, 1936.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 6 M 631
  • Matrices des propriétés foncières bâties et non bâties de Fromentières : augmentations et diminutions.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 3 P 169
  • Moulin de la Roche, à Fromentières. Reconstruction, 1848-1850. Règlement, 1877, 1880. Reconstruction du coursier du large, 1879

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : s 538
  • Rôle général des contributions directes de Fromentières, 1940-1972.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 1366 W 422
  • État des lieux du moulin de la Roche, à Fromentières, établi par G. Chevrollier, expert à Château-Gontier, 19 mars 1909.

    Archives privées
Documents figurés
  • Moulin de la Roche à 1 lieue de Château Gontier, dépt de la Mayenne / dessiné par Charles-Etienne Domaine. 2e quart 19e siècle. 1 dess.

    Collection particulière
  • Projet de reconstruction du moulin de la Roche, à Fromentières / dessiné par Eugène Caillaux. 1850. 1 dess. : encre.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : S 538
Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 3, p. 425
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.