Logo ={0} - Retour à l'accueil

Mélasserie Ladmirault et Bertholomey (Clarification des sirops des Grandes Raffineries de Nantes), 1-2 quai du Cordon-Bleu

Dossier IA44004812 inclus dans Prairie industrielle du Bas-Chantenay réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationmélasserie
AppellationsMélasserie Ladmirault et Bertholomey, puis féculerie L. Levesque et compagnie
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, cour
Dénominationsraffinerie de sucre, féculerie
Aire d'étude et cantonBas-Chantenay - Nantes
AdresseCommune : Nantes
Adresse : 1-2 quai du
Cordon-Bleu
Cadastre : 1835 C2 1954-1955-1956 ; 2009 IK 105

Au cours du 1er trimestre de l'année 1865, Eugène Bertholomey, ingénieur civil, et Paul Ladmirault, négociant, constituaient pour quinze ans la société Clarification des sirops des Grandes Raffineries de Nantes, commanditée par les Massion-Rozier (rue Richebourg), Gustave Étienne (raffinerie des Ponts) et la société des Raffineries Nantaises (raffineries de Launay et des Récollets) pour travailler exclusivement leurs mélasses. Avant avril 1866, l'usine était construite ex nihilo sur un terrain loué le 1er décembre 1865 au général de Goyon, puis acheté en 1870 par la société. Conçue pour traiter huit millions de mélasses, l'usine en manqua rapidement et la fermeture des raffineries de la plupart de ses commanditaires entraîna la sienne entre 1872 et 1876. En 1881, le terrain et les bâtiments étaient partagés entre eux. Après un projet de transformation en raffinerie (1885-1886) sans suite, Gustave Massion-Rozier et Henri Rougier-Laganne constituaient une société civile immobilière dont, en 1892, Louis Lévesque était le principal actionnaire et la société Louis Lévesque et compagnie le locataire. Une partie de l'usine était louée en 1901 à Émile Gicquiau et Gabriel (?) Fonteneau, qui y créaient sous le nom de Raffinerie de l'Abbaye, une usine d'agglomérés de sucre, transférée quai Magellan en 1902. L'ancienne mélasserie était aménagée en féculerie à une date indéterminée, peut-être avant 1918, date de son acquisition par la société Louis Lévesque et compagnie qui possédait la rizerie du boulevard Jules-Launay. Les locaux auraient servi à la fabrication d'obus pour la société Dion-Bouton durant la Première Guerre mondiale. En 1943, la société anonyme Wesafic y produisait des aliments pour bétail et de l'engrais. Elle appartenait avant 1981 à la société Wessanen-France SA (filiale de Wessanen, Amsterdam, distribution de produits alimentaires bio), de 1981 à 1994 à la Société d'équipement de Loire-Atlantique (SELA). Elle appartient depuis 1994 à la ville de Nantes qui l'a fait restaurer. Elle est occupée en 2010 par les ateliers de la compagnie de théâtre Royal de Luxe. Il subsiste aujourd'hui l'essentiel de l'ancienne mélasserie construite en 1866 : les trois halles parallèles en moellons, à chaînes d'angle, bandeaux et chambranles des baies en brique ou brique et pierre, le mur de clôture et le portail d'entrée sur la rue Réaumur. La tour a été construite pour la société Louis Lévesque et compagnie à une date indéterminée, entre 1892 (?) et 1918 (?).

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1866, daté par source

Implantée au milieu de la parcelle, la mélasserie d'origine comporte trois bâtiments allongés parallèles à la rue Réaumur, d'une superficie au sol d'environ 1 140 m² chacun. Les bâtiments ouest (D du plan) et est (C du plan) sont des halles sous charpente, à deux niveaux de fenêtres et ouvertures régulières. Le bâtiment central (A, G, B du plan) comporte un corps central (G du plan) à quatre étages. Les chaînes d'angle en pierre de taille du corps G pourraient être une reprise datant de la construction de la tour.

Mursschiste
brique
appareil mixte
Toittuile plate, ardoise
Étagesen rez-de-chaussée, 3 étages carrés
Couvrementscharpente en bois apparente
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
Escaliersescalier intérieur : échelle
État de conservationétablissement industriel désaffecté, restauré

L'ensemble est inscrit sur la liste du patrimoine nantais du plan local d'urbanisme.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Loire-Atlantique : 4 E 50/5.

  • Archives municipales de Nantes : G 1 587.

  • Collection particulière, Arnaud Biette.

  • DRAC Pays de la Loire, Coordination patrimoine, 2002.

Bibliographie
  • FIERAIN, Jacques. Les raffineries de ports en France. Lille : Atelier de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1976.

    p. 329, 340-343, 352, 443, 445
Périodiques
  • FIERAIN, Jacques. L'armement Viot et le déclin de l'économie de plantation, Nantes, 1880-1921, in : Enquêtes et documents, 1987, XIII.

    p. 50-51
  • Raffineries, in : L'Industrie nantaise, 15 mars 1886, n° 2.

    p. 3
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Robineau Evelyne
Robineau Evelyne

Chercheur, Service du Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.