Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir - les Croisnières, Saulges

Dossier IA53003302 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéesfournil, étable, grange, oratoire
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Meslay-du-Maine
AdresseCommune : Saulges
Lieu-dit : les Croisnières
Cadastre : 1838 D9 4, 5, 8 à 14  ; 1982 D 211, 274, 315, 317

Le lieu seigneurial de la Croisnière dépendait de la châtellenie de Thévalles. D'après la liste des anciens titres établie lors de la rédaction du terrier de Thévalles au XVIIIe siècle, Jean de Cordon en rend aveu en 1413. La seigneurie est acquise en 1587 par Michel Le Duc et passe au milieu du XVIIe siècle à la famille Aveneau par le mariage d'Antoine avec Jeanne Le Duc. Leur fils René en hérite puis, au XVIIIe siècle, son propre fils Julien, Alexandre Bérot, mari de Madeleine Aveneau et enfin Julien Aveneau (mort en 1792) qui rend aveu au comte de la Rochelambert vers 1772. A cette date, le lieu n'a plus fonction de résidence seigneuriale : il est divisé en plusieurs fermes. La carte de Jaillot (1706) localise à la Croisnière un manoir et celle de Cassini une simple ferme. En 1846, cinq familles y habitent, dont quatre de cultivateurs. Le corps sud du logis manorial a été construit au XIVe siècle ou au XVe siècle, comme en témoignent sa cheminée (rétrécie et peut-être déplacée) et sa fenêtre bouchée à coussièges. Le pavillon date de la deuxième moitié du XVIe siècle. René Aveneau a ajouté le corps nord du logis en 1685, en s'appuyant au nord sur un mur antérieur (inscription sur le linteau de la fenêtre) et le porche en 1691 (inscription sur l'arc de la porte charretière). Le remplacement de la cheminée du rez-de-chaussée du pavillon est peut-être le fait de Julien Aveneau au début du XVIIIe siècle si le chiffre sculpté est bien le sien. Le réaménagement de l'intérieur du corps sud (cloison, portes) datent aussi de la fin du XVIIe siècle ou du début du XVIIIe siècle. La réfection de la cheminée de la pièce ouest de cette partie est par contre sans doute postérieure car la pierre portant les initiales RA et la date de 1694 semble être un remploi. La reconstruction de la charpente du corps sud et l'adjonction, dans son prolongement de l'aile postérieure qui servait de logis secondaire peuvent remonter au XVIe siècle ou au XVIIe siècle. Au XIXe siècle, le corps nord du manoir est pourvu d'une nouvelle charpente et l'aile de dépendance nord, qui abritait deux logis en 1838, est entièrement remaniée. La dépendance sud a été construite en deux phases : la structure constituée des poteaux et de la charpente sans doute au XVIe siècle, les murs en pierre au cours des siècles suivants. La cheminée et son four, dans leur forme actuelle ne sont pas antérieurs au XIXe siècle. La partie logis du logis-étable situé à l'arrière a été construite en deux phases sans doute au XVIe siècle ou au XVIIe siècle. Sa façade a été remaniée durant la deuxième moitié du XIXe siècle, puis dans la deuxième moitié du XXe siècle. La partie étable, antérieure à 1772, a subi d'importantes transformations à ces deux périodes. Le petit oratoire dédié à saint Nicolas situé au-devant du jardin à l'est figure sur le plan de 1772. Le manoir a été restauré par l'actuel propriétaire à la fin des années 1970 et au début des années 1980. La partie supérieure de la porte charretière, qui avait été démontée à la fin des années 1950, a pu alors être rétablie.

Période(s)Principale : Fin du Moyen Age
Principale : 2e moitié 16e siècle
Principale : limite 17e siècle 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1685, porte la date
1691, porte la date
1694, porte la date

Le manoir présente un plan complexe dû à la juxtaposition de corps d'époques et de fonctions différentes. La cour, presque fermée, est accessible par un double porche piétonnier et charretier. Le jardin, animé par une pièce d'eau en L, s'étend au-devant et au sud de la cour et des bâtiments. A l'arrière prend place la cour de la ferme. La partie principale du logis, en rez-de-chaussée surélevé sur un sous-sol, est couverte d'un haut toit en pavillon abritant un étage de comble éclairé par une grande lucarne et desservi par un escalier en vis hors-œuvre à noyau et marches en bois dont la toiture forme à l'extérieur une croupe ronde. Sur la cour il est prolongé au nord par un corps qui s'appuie contre l'aile de dépendance nord, dotée partiellement d'un comble à surcroît. Au sud, il est adossé à un corps disposé perpendiculairement, divisé en deux pièces, que prolonge une aile vers l'arrière. Les bâtiments sont construits en moellons de grès et de calcaire marbrier : grès sur le corps principal et le corps nord, calcaire marbrier sur la dépendance sud et l'aile de dépendance nord (avec une surélévation en grès), grès mêlé à du calcaire marbrier sur le corps sud et l'aile postérieure. Les toitures sont en ardoise sauf sur la dépendance sud et sur le logis-étable de la ferme, actuellement couverts d'ardoises en fibrociment, qui sur ce dernier ont remplacé des tuiles plates. Les baies du XVIe et du XVIIe siècle du logis manorial sont en tuffeau taillé, sauf la porte de la tour, en granite. Les autres sont à piédroits en moellons et linteaux de bois, en grosses briques (partie est de l'aile de dépendance nord) et en calcaire marbrier taillé (partie logis du logis-étable). La charpente du corps principal est à chevron porteur avec deux sous-faîtières, l'une chevillée aux entraits retroussés qui dégagent l'étage de comble, l'autre placée sous les faux-entraits. Les charpentes du corps sud et de l'aile postérieure sont du type à ferme et à panne sous chevron porteur, celles du corps nord et de l'aile de dépendances nord du type à potence. La dépendance sud était originellement constituée d'une structure de poteaux portant une charpente du type à ferme et à panne sous chevron porteur. Quatre des cinq poteaux sont encore en place au nord. Ils ont été supprimés au sud lors de la reconstruction des murs en pierre. La nature du remplissage originel n'a pas pu être déterminée. Inscriptions : "R AVENEAU / M'A FT FRE / 1691" (gravé sur un écu sculpté sur la clef de la porte charretière, accompagné d'une étoile et d'un cœur) ; "RENE AVENEAU / M'A FAICT BASTIR / EN L'AN 1685" (gravé sur le linteau de la fenêtre du corps nord) ; "RA 1694" (gravé sur une pierre remployée sur le contre-cœur de la cheminée de la pièce ouest du corps sud).

Mursgrès moellon sans chaîne en pierre de taille
calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
bois
Toitardoise, tuile plate, matériau synthétique en couverture
Étagesen rez-de-chaussée surélevé, sous-sol, étage de comble, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
croupe ronde
noue
Escaliersescalier hors-œuvre : escalier en vis en charpente
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1935/10/07

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire-Atlantique : 1397 W 0117. Service des monuments historiques. Saulges. Restauration d'un retable du maître-autel, d'un retable de la Trinité, 3 statues et 6 chandeliers (1960-1964), dorure de chandeliers (1964, 1966). Château de la Croisnière, dommages causés par le propriétaire (plainte retirée) (1959-1961), maçonnerie, charpente, couverture (1975-1977, 1984), façade principale et entrée, maçonnerie, vitraux (1976-1977), portail d'entrée, maçonnerie (1981-1982) : fonds de concours, devis, mémoire, pièces comptables, correspondance, arrêté préfectoral.

  • Archives départementales de la Mayenne : 6 M 435. Recensement de la population de Saulges, 1846.

  • Collection particulière. Chartrier de Thévalles. Terrier des fiefs et châtellenies de Thévalles et Saulges et des fiefs du Plessis et de Chantemelle réunis. 1773-1787. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 32 162).

    art. 24, 16 avril 1787
  • Collection particulière. Chartrier de Thévalles. Censifs ou livre de recette des fiefs des châtellenie de Sauge, Thévalles réunies ensemble du fief du Plessis aussi réuni, .... lesquelles ... s'étendent es paroisses de Sauge, Chemeré-le-Roi et Ballée. [1772-1775]. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 33 163).

    art. 13, fol. 13
Documents figurés
  • Chartrier de Thévalles. Plans de la terre de Thévalles et environs : plans terriers de la châtellenie de Thévalles, Saulges et Saint-Pierre. 1772-1777. 56 plans pos. en 1 album : encre et gouache ; 46 X 60 cm. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 34 166). (Collection particulière).

    pl. 16
  • Saulges (Mayenne). Ancien château de la Croisnière. Sablé-sur-Sarthe : J. Malicot. S.d. [début XXe siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale). (555).

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 5 Fi 227 12
  • Saulges (Mayenne). Le Vieux Logis. Laval : Hamel-Jallier & Cie. S.d. [début XXe siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale).

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 5 Fi 227 39
  • Saulges (Mayenne). Ferme de la Croisnière, ancien château, XVIIe siècle. Le Mans : A. Dolbeau, s.d. [milieu XXe siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale).

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 5 Fi 227 52
Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 1, p. 827 ; t. 4, p. 271
  • ANGOT, Alphonse (abbé). Epigraphie de la Mayenne. Laval : A. Goupil, Paris : A. Picard, 2 vol., 1907.

    p. LIV
  • LE DIGOL Yannick (dir.), CABARET Olivier, BERNARD Vincent (concours scientifique). Rapport d'étude dendrochronologique : église paroissiale de Saint-Léger, la Chevalerie à Saulges, la Croisnière à Saulges. Dendrotech, Rennes, août 2007.

    Conseil départemental de la Mayenne, service du patrimoine
  • MAITRE, Léon. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes. Mayenne. Paris : Imprimerie nationale, 1878.

    p. 104
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Davy Christian

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.