Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir - la Havardière, Saulges

Dossier IA53003318 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéesétable, remise, garage, chapelle
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Meslay-du-Maine
AdresseCommune : Saulges
Lieu-dit : la Havardière
Cadastre : 1838 C4 3, 4, 6 ; 1982 C 61, 104

La seigneurie de la Havardière était vassale de la châtellenie de Thévalles. Le terrier de Thévalles établi au XVIIIe siècle mentionne un acte de foy et hommage rendu par Blaise Louvet le 31 septembre 1463. La seigneurie est la propriété de la famille Ferrand au XVIe siècle, de René Derouetz en 1615, puis au moins à partir de 1645 des Provost. Simon Provost la vend en 1745 à Pierre Lefèvre de la Barre. Le terrier décrit le logis principal en 1773 : "la maison manable dudit lieu de la Havadière composée d'un corps de logis dans lequel il y a une salle basse des greniers au-dessus, un cellier à un des bouts de la ditte salle avec une chambre au-dessus, à l'autre bout de la ditte salle un corps de logis dans laquelle il y a deux chambres hautes, greniers au-dessus, une boulangerie à un des côtés de la ditte salle, une cour close avec deux pavillons aux deux coins de la ditte cour, l'un servant de chapelle fondée d'une messe par chaque semaine par ses prédécesseurs propriétaires dud lieu de la quelle led sieur rendant est présentateur et l'autre pavillon servant d'écurie auprès duquel est adossé un appentis servant de pressoir, le tout clos de murs contenant demi journal ou environ". Angot mentionne "deux tours rondes ruinées" dont J.-H. Boufflet a cru reconnaître les vestiges à l'angle nord-ouest du manoir et à l'intérieur de l'aile nord : il s'agirait des restes d'une construction médiévale (intérieur non vu). Les deux pavillons antérieurs, dont l'un au sud-est, abritait la chapelle, peuvent dater de la deuxième moitié du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle, de même que le pavillon sur cour du logis. Le reste du logis a vraisemblablement été fortement remanié au XVIIe siècle ou au XVIIIe siècle. Le manoir a fait l'objet d'une importante transformation dans les années 1990 par l'architecte des bâtiments de France Jacques-Henri Boufflet. L'arrière de l'aile sud, ruinée, a été reconstruite, les deux pavillons d'angle postérieurs ont été construits, les ouvertures de la façade antérieure ont été en partie modifiées, le porche et les lucarnes ont été créés. La maison de métayer décrite vers 1775 ("la maison de la métairie dud lieu de la Havardière composée d'un corps de logis où il y a une cheminée aux deux bouts deux chambres basses deux greniers dessus") occupait, d'après l'état des sections cadastrales de 1842, l'emplacement de l'étable nord, actuellement ruinée, qui l'a remplacée dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Les dépendances semblent toutes figurer sur le plan terrier du XVIIIe siècle, à l'exception du garage, construit à la fin du XXe siècle à la place d'un logis sans doute édifié dans le courant du XXe siècle. La dépendance sud peut dater du XVIIIe siècle mais sa charpente a été modifiée à la fin du XXe siècle. L'étable sud, porte sur son pignon nord la date de 1743, mais peut-être celle-ci correspond-elle au remaniement d'un bâtiment plus ancien. Le dernier bâtiment peut dater, d'après sa charpente, du XVIIe siècle. Il a été transformé en remise au XIXe. Un four à chaux, autorisé en 1841, se trouvait à une centaine de mètres au sud-ouest du manoir. Il a cessé son activité vers 1867 d'après les matrices cadastrales et a totalement disparu aujourd'hui.

Période(s)Principale : 2e moitié 16e siècle , (?)
Principale : Temps modernes
Principale : 4e quart 20e siècle
Secondaire : 17e siècle
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Dates1743, porte la date
Auteur(s)Auteur : Boufflet Jacques-Henri
Boufflet Jacques-Henri

Architecte des Bâtiments de France.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

Le manoir de la Havardière définit actuellement un rectangle irrégulier cantonné de quatre pavillons. Les deux pavillons du front antérieur, en rez-de-chaussée et à comble à surcroît, sont reliés entre eux et au logis par des murs délimitant une cour. Il sont percés en partie haute de bouches à feu circulaires en tuffeau taillé à ébrasements externes. Les deux pavillons postérieurs, à un étage carré, appartiennent au logis. Celui-ci, pourvu d'un rez-de-chaussée et d'un comble à surcroît aménagé en étage de comble, est constitué d'un corps central, qui se prolonge partiellement à l'ouest par un appentis, et de deux ailes en retour de longueur différente. La toiture de l'aile nord est dotée d'une croupe sur la cour. L'aile sud se termine à chaque extrémité par une toiture en pavillon. Le gros-œuvre du bâtiment est constitué de moellons de calcaire marbrier. Les encadrement de baie, anciens et contemporains sont en pierre de taille de tuffeau. Les dépendances sont disposées irrégulièrement au devant du logis à l'est. La dépendance sud est pourvue d'une toiture à croupes en ardoises. Sa porte est à piédroits en moellons et à linteau de bois, sa fenêtre est encadrée de pierre de taille de calcaire marbrier. L'étable sud a été récemment dotée d'une couverture de bardeaux. Une porte bouchée, à arc surbaissé, est visible sur son mur gouttereau ouest. Contre l'étable nord, actuellement dépourvu de toiture, vient s'appuyer le garage, également couvert de bardeaux. La remise est couverte de tuiles plates. Elle s'ouvre par une grande porte cintrée en moellons. Sa charpente est du type à ferme et à panne sous chevron porteur. Une aire à battre en appentis s'y adosse.

Murscalcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitardoise, tuile plate, bardeau
Étagesen rez-de-chaussée, comble à surcroît, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans croupe
appentis
toit en pavillon
Techniquespeinture
Représentationsarmoiries
Précision représentations

Angot mentionne dans la chapelle (intérieur non vu) les armoiries de la famille Ferrant qu'il décrit ainsi : "d'émaux inconnus, écartelé, aux 1 et 4, chargé d'une rencontre de bœuf ; aux 2 et 3, d'une fasce losangée".

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Mayenne : B 1518. Vendition des lieux de la Havardière et Bidaudière, devant Me Charles-François Coutelle, notaire royal de Sainte-Suzanne. 6 novembre 1745.

  • Archives départementales de la Mayenne ; 6 M 739. État des fours à chaux alimentés par le combustible minéral. 1846.

  • Archives départementales de la Mayenne ; P 318. Département de la Mayenne. Contrôle de Chateau-Gontier. Carnet portatif : établissements industriels imposables aux droits de patentes. [ca 1850].

  • Archives départementales de la Mayenne ; 3 P 729. Matrices des propriétés foncières bâties de Saulges. 1883-1911.

  • Collection particulière. Chartrier de Thévalles. Terrier des fiefs et châtellenies de Thévalles et Saulges et des fiefs du Plessis et de Chantemelle réunis. 1773-1787. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 32 162).

    art. 6, fol. 194, 16 janv. 1773
  • Collection particulière. Chartrier de Thévalles. Censifs ou livre de recette des fiefs des châtellenie de Sauge, Thévalles réunies ensemble du fief du Plessis aussi réuni, .... lesquelles ... s'étendent es paroisses de Sauge, Chemeré-le-Roi et Ballée. [1772-1775]. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 33 163).

    art. 9, fol. 9
  • SDAP Mayenne. Commune de Saulges. Département de la Mayenne. Manoir de la Havardière (XVIe-XVIIe s.). Renouvellement d'agrément. 20 octobre 1995. [recueil factice].

Documents figurés
  • Chartrier de Thévalles. Plans de la terre de Thévalles et environs : plans terriers de la châtellenie de Thévalles, Saulges et Saint-Pierre. 1772-1777. 56 plans pos. en 1 album : encre et gouache ; 46 X 60 cm. (Microfilm : Archives départementales de la Mayenne, 1 Mi 351 R 34 166). (Collection particulière).

    pl. 12
  • SDAP Mayenne. Commune de Saulges. Département de la Mayenne. La Havardière : plan du rez-de-chaussée du logis, coupe de la chapelle ; plan des combles et coupe longitudinale du logis, plan des dépendances sud et est / dessinés par G. Coulonnier et J. Guérin, dessinateurs au Service Départemental de l'Architecture de la Mayenne. 1989. 2 tirages de plan ; 70 X 90 cm et 90 X 90 cm [env.] ; éch. : 1/50 et 1/100.

  • [La Havardière] / photogr. par Jean-Pierre Griveau. S.d. [années 1980]. 2 phot. pos. (diapositives).

    Collection particulière
Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 2, p. 412 ; t. 4, p. 458, 459
  • ANGOT, Alphonse (abbé). Armorial monumental de la Mayenne. Laval : imprimerie Goupil, 1913.

    p. 464
  • MAITRE, Léon. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes. Mayenne. Paris : Imprimerie nationale, 1878.

    p. 167
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Davy Christian

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.