Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir dit Château de Follet

Dossier IA72001202 réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Appellationsdit Château de Follet
Parties constituantes non étudiéescommuns, puits, cellier, portail
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonForêt de Bercé - Le Grand-Lucé
AdresseCommune : Saint-Pierre-du-Lorouër
Lieu-dit : Follet
Cadastre : 1835 C3 458 ; 1982 C3 352

Follet était un fief du Lorouër. En 1489, noble homme Michel le Jeune, écuyer, seigneur de Follet, rend hommage à la baronnie de Château-du-Loir pour ses terres de Monteaux et de Follet. En 1707, Emery de Malherbe est dit seigneur de Follet. Deux familles ont possédé le domaine depuis le Moyen Age : d'abord les Lejeune de Malherbe, dont le dernier descendant, Charles-Hercule, chevalier mais ruiné, a vendu tous les biens en 1752, puis la famille Lefebvre, grâce à l'achat de Follet par Jean Lefebvre, fermier général du prieuré de Saint-Vincent-du-Lorouër. A la Révolution, sa fille, Jeanne Françoise Lefebvre, épouse de René François Prudhomme de la Boussinière, seigneur de Follet, conseiller du roi, président du siège présidial du Mans, y demeure. Le domaine seigneurial comprenait autrefois un logis, des communs, le moulin de Follet, les métairies des Exemples et de l'Echelardière, les bordages de Malherbe, de la Bourguignière (disparue), de la Biquetterie (disparue), de la Vincenderie (disparue), la Basse-cour de Follet, une maison nommée Haut Follet.

Période(s)Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 2e moitié 18e siècle

Implanté à flanc de coteau sur le versant sud de la Veuve, Follet domine aussi la route de La Chartre-sur-le-Loir au Grand-Lucé. Le logis était à l'origine un manoir-porche cantonné d'échauguettes, avec une tourelle d'escalier sur la façade est. Il a probablement été construit dans la première moitié du XVIe siècle. Au XVIIe siècle, le porche fut muré et une avant-cour créée avec la mise en place d'un portail de pierre (et d'un mur d'enceinte ?). Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le logis est agrandi par l'adjonction d'un bâtiment qui a pu servir de cuisine, sur la façade nord, et par un ensemble de bâtiments sur le côté sud (démoli en 1861, cf. arrachements et vestiges d'une cheminée à l'étage). Les dispositions actuelles sont appauvries : une partie du logis a disparu et les grandes dépendances ont été démolies. Les deux salles nobles se trouvent à l'étage, où subsiste une cheminée monumentale armoriée.

Murscalcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couverturestoit en pavillon
toit à longs pans
toit polygonal
toit conique
appentis
Escaliersescalier demi-hors-œuvre : escalier en vis avec jour en charpente
États conservationsremanié, bon état

Logis-porche.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà étudier
Protectionsinscrit MH, 1928/09/20

Annexes

  • AD Sarthe. 4 E 5 546. Vente de Follet le 30 décembre 1752 ; AD Sarthe. 4 E 24 116 : Bail de Follet le 6 mars 1816

    AD Sarthe. 4 E 5 546. Vente de Follet le 30 décembre 1752 : le château, bâtiments, cours, jardin, parterre, vergers, fuie, pigeons, rivières, droit de passage en icelle, caves en roc dessous bâtiments, pressoir, garenne, fiefs, sujets et vassaux, cens, rente féodale et autres, tous profits et émoluments de fief sans exception....

    AD Sarthe. 4 E 24 116 : Bail de Follet le 6 mars 1816 : de Jacques Prudhomme de la Boussinière, propriétaire demeurant en son château des Touches à Brains (...) à Pierre Zethelly, garde général de la forêt de Bercé demeurant à Château-du-Loir (...) savoir une portion du château de Follet (...) savoir le vestibule donnant sur la cour dite d'honneur, salle à manger, office, fruiterie, chambre à cheminée à faire une cuisine, une petite chambre à gauche en entrant dans le vestibule pour y établir un bureau, un escalier pour monter au premier, composé de cinq appartements complets avec cheminée à trumeaux de glace, dont deux donnant sur un pallier commun, et trois autres habités par un corridor donnant sur une cour de derrière, caves en roc derrière le château (... ) un bâtiment nommé la fuie (...) une cour dite d'honneur, jouissance en commun avec le fermier du puits y attenant, cour derrière dite des caves....

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 5 546. Etude de Louis Letessier, notaire royal au Maine en la résidence de St-Vincent-du-Lorouër, 1752. Vente de Follet, par Charles Hercule Lejeune de Malherbe, chevalier, seigneur de Follet, à Jean Lefebvre, marchand, fermier général du prieuré de St-Vincent-du-Lorouër, le 30 décembre 1752.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 E 24 116. Étude de Léger Louis Jean Grassin, notaire royal au département de la Sarthe, demeurant à Lucé, 1816. Bail de Jacques Prudhomme de la Boussinière à Pierre Zethelly, le 6 mars 1816.

Bibliographie
  • CHAUDUN, Nicolas, DURAND, Jean-Louis, GALARD, Gilles de, Répertoire des manoirs de la Sarthe (XVe XVIe s.). Paris : éd. Nicolas Chaudun, 2013.

    pp. 262-263
  • HAUDRY, Nelly. La noblesse autour du Grand-Lucé Du début du XVIIIe s. à la veille de la Révolution, Mémoire de Maîtrise : Histoire, ss dir. L. Bourquin, J.-M. Constant et F. Pitou, Université du Maine : Le Mans : 2001.

  • NAUDE DES MOUTIS, Jean-Pierre. Vieux logis de la Sarthe. Paris : éd. des anciennes demeures françaises, 1973.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Syndicat de Pays de la Vallée du Loir - Aquilon Stéphanie