Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Guérande - Guérande
  • Commune Guérande
  • Lieu-dit Saint-Nom
  • Cadastre 1819 X2 1006  ; 2000 ZI 94
  • Dénominations
    manoir
  • Appellations
    manoir de Saint-Nom
  • Parties constituantes non étudiées
    étable, logis, four à pain, pigeonnier

Les terre et seigneurie de Senon, relevant de Lauvergnac, appartenaient dès 1444 à Yves Sorel. En 1536, Henri Sorel est seigneur de Senon. Saint-Nom reste visiblement dans le giron de cette famille jusqu'en 1563, date à laquelle le domaine fut vendu à Jan du Boys, sieur de Baullac et de Bissin, pour la somme de 6000 livres. Le 2 septembre 1566, Pierre Yviquel, sieur de Bray, acquiert les terres, maison et métairie de Saint-Nom. Le 28 août 1582, Françoise Jollan, veuve de Michel Yviquel, sieur de Bray, rend aveu pour la « maison et métairie noble de Saint-Nom, avec cour, jardins, bois de haute futaye, avec ses dépendances, sise en la frairie de Couëspéan, paroisse de Guérande ». Saint-Nom devient ensuite propriété, dans le courant du XVIIe siècle, de la famille Lepaige. Jean Lepaige, sieur de Kerguen, en rend aveu en 1681. La terre restera en possession de cette famille jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, date à laquelle est elle vendue à la famille de Combles. En 1857, elle appartient à la famille Méresse.

Le logis pourrait dater du tout début du XVIe siècle, comme semble le suggérer la facture de la cheminée : hotte droite à angles adoucis, opérant des retours latéraux en contre-courbe, divisée par un large cordon mouluré et surmontée d'une corniche. L'appui saillant de la croisée sur la façade principale et le couvrement de la porte d'entrée tendent à conforter cette datation. Dans le courant du XVIIIe siècle, des modifications furent visiblement apportées au logis principal : remaniement des cheminées de l'étage, des ouvertures sur la façade nord. La toiture a visiblement été rabaissée comme le suggère les reprises aux niveaux des pignons et la présence d'une baie bouchée (vestige de lucarne ?) au-dessus de la croisée de la première travée de la façade sud. La partie est de cette façade semble aussi avoir fait l'objet d'une reprise comme en témoigne le changement d'appareil et l'enduit couvrant. Sur le cadastre de 1819, le logis effectuait à l'ouest un retour d'angle aujourd'hui détruit. La partie est pourrait avoir été bâtie dans le courant du XVIIIe siècle. Les parties agricoles à l'est et à l'ouest ont été construites après 1819.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 16e siècle
    • Principale : 18e siècle
    • Principale : 19e siècle

Le logis principal est construit en moellons de granite. Un traitement particulier semble avoir été réservé à la façade principale, à travées, élevée avec des blocs relativement bien équarris.

De plan rectangulaire régulier, le logis s'élevait sur trois niveaux (rez-de-chaussée, étage carré et niveau de comble) desservis par une tour d'escalier de plan circulaire abritant une vis en pierre sur la façade nord.

Au rez-de-chaussée, il se composait, à l'ouest, d'une petite salle ayant sans doute vocation de cuisine et d'une grande salle, à l'est. L'accès principal se faisait directement dans la grande salle par une porte couverte en anse-de-panier située au centre de la façade sud. La grande salle était ajourée au nord et au sud par deux croisées et chauffée par une cheminée à faux manteau dont les vestiges sont encore observables sur le mur pignon est. L'accès à la cuisine se faisait soit depuis la grande salle par la tour d'escalier, soit par une porte secondaire percée dans le mur pignon est à gauche de la cheminée. La tour d'escalier assurait la distribution des parties privatives à l'étage et du comble. Elle pourrait, en outre, avoir desservi une tour de latrines comme le suggère la présence de portes ouvrant sur le vide à l'est. Elle était, enfin, surmontée par un dôme en pierre abritant un pigeonnier.

  • Murs
    • granite
    • moellon
    • moyen appareil
  • Toits
    ardoise, matériau synthétique en couverture
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • pignon couvert
  • Escaliers
    • escalier hors-œuvre : escalier en vis en maçonnerie
  • État de conservation
    remanié
  • Statut de la propriété
    propriété privée