Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir de Kercassier

Dossier IA44003764 réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsmanoir de Kercassier
Parties constituantes non étudiéespigeonnier, mur de clôture, four à pain, puits, jardin d'agrément, portail
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Lieu-dit : Kercassier
Cadastre : 1819 D2 393 ; 1969 D2 239 ; 2000 YN 50

La seigneurie de Kercassier n'est pas mentionnée dans les sources avant 1576. À cette date, Pierre Jouan, seigneur de Kercassier et de Trénevez, fils ainé et héritier principal de Pierre Jouan, seigneur de Trénevez, et de Marie Le Guennec, y réside. Procureur du roi, Pierre Jouan devient lieutenant de la Sénéchaussée de Guérande en 1591 et pourrait être le commanditaire du manoir. En 1618, Jean Jouan, son fils ou petit-fils, rend aveu au Roi pour le lieu et maison de Kercassier avecq sa court, fuie au-dedans, le tout dans l'anclos du jardin de ladite maison cerné de murailles. La seigneurie passe à la fin du XVIIe siècle dans la famille d'Andigné. Jean-Baptiste d'Andigné, chevalier, est seigneur de Kercassier en 1700, puis Charles-René d'Andigné en 1749. En 1857, Kercassier appartient à la famille Méresse.

Le manoir, en ruine dans la seconde moitié du XXe siècle, pourrait dater du 3e quart du XVIe siècle comme le suggère la porte d'entrée du logis flanquée de deux pilastres et surmontée d'un fronton triangulaire accueillant les armes des Jouan : D'azur au chevron d'or, chargé de 3 molettes de gueules et accompagné de 3 soleils d'or. Le manoir a visiblement été augmenté d'une aile au nord à la fin du XVIIe siècle ou au début du siècle suivant. L'aile est a été reconstruite en partie en 1972. Le bâtiment au sud, signalé sur le cadastre de 1819, a été détruit après cette date. La Carte des côtes de Bretagne, dressée vers 1780-1785, figure un jardin d'agrément et un bois de hautes futaies à l'arrière du logis, à l'est. Le pigeonnier, mentionné au centre de la cour en 1618 ne l'est plus dans l'aveu de 1749. Il ne figure pas non plus sur la carte des Côtes de Bretagne et pourrait donc avoir été détruit avant le milieu du XVIIIe siècle. La métairie de Kercassier, à l'entrée du chemin d'accès au manoir, est attestée dès 1618, de même que l'étang, le moulin à vent et la maison du meunier, situés près du village du Petit-Poissevin (voir dossiers). Le four à pain, signalé sur le cadastre de 1819, a été reconstruit en 1874 comme l'indique un chronogramme sculpté sur une pierre à droite de la gueule du four.

Période(s)Principale : 3e quart 16e siècle
Principale : limite 17e siècle 18e siècle , (?)
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1874, porte la date

L'accès au manoir se fait depuis le sud, par une longue allée d'arbres (rabine), à l'entrée de laquelle se trouve la métairie du domaine. La cour, avec puits au centre, est ceinte d'un mur de clôture. On y pénétrait, à l'origine, par un portail, à l'ouest, visiblement formé de deux tours circulaires figurant encore sur le cadastre de 1819.

Au fond de la cour, le logis noble, de plan en L, s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble à surcroît. L'entrée principale se fait à l'ouest, par une porte couverte en plein cintre avec agrafe à la clé, encadrée de pilastres et surmontée par un fronton triangulaire. Elle ouvre sur un escalier rampe-sur-rampe en granite, de part et d'autre duquel s'ouvrent les pièces, au nord et au sud. Les repos de l'escalier sont éclairés sur la façade ouest par des oculi, le palier par une croisée. Bien qu'entièrement reconstruite, la partie sud conserve ses portes d'origine, au rez-de-chaussée et à l'étage, couvertes en plein-cintre et décorées à la clé d'un mascaron.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
Plansplan régulier en L
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant en maçonnerie
États conservationsremanié
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique. B 1458. Aveu rendu au Roi pour la terre et le manoir de Kercassier possédés par Jean Jouan, écuyer, J.-B. d'Andigné et Charles-René, son fils, agissant pour lui et ses frères et sœurs. 1618-1749.

  • Archives départementales de Loire-Atlantique. E 977. Titres de famille. Famille Le Guennec. 1576.

Documents figurés
  • Cadastre ancien, 1818-1820 (Archives départementales de Loire-Atlantique ; 7 P 2492).

  • Plan des landes de la Commune. Plan terrier. Toisé et dessiné par V. Lhermite du Croisic, 1753 (Archives communales de Guérande ; 1 N 9).

  • Archives communales de Guérande. 10 W 83. Inventaire du patrimoine. Dossiers manoirs. 1990.

Bibliographie
  • CORNULIER, Ernest de. Dictionnaire des terres et des seigneuries du comté nantais et de la Loire-Inférieure. Annales de la société académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, 1860.

    p. 479.
  • LEGRAND, Paul. Documents sur Kercassier (seigneurie). Bulletin de l'Association préhistorique et historique de la région nazairienne, n° 39, 1982.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Durandière Ronan