Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maisons, 19, 21 rue du Faisan ; 62, 64 rue Pierre-Jubau, Paimbœuf

Dossier IA44004692 réalisé en 2004

Fiche

Appellationsdites de la Cour Caillet
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : 19, 21 rue du, Faisan , 62, 64 rue
Pierre-Jubau
Cadastre : 1810 183 ; 1999 A 2ème feuille 378 ; 1592 ; 1590 ; 1589 ; 971 ; 909 ; 910 ; 911 ; 1994 ; 1995 ; 968

Le terrain compris entre la rue du Faisan (n° 19, 21) et la rue Pierre-Jubau (n° 62, 64) a été arrenté par la duchesse de Lesdiguières à un marchand, Jean Bodin, le 9 octobre 1691 dans la continuité du lot situé au nord de l'autre côté de la rue (n° 26) cédé au même le 29 mai 1684. La rente due en 1785 par le propriétaire à Julie Lafite (héritière de Jean Bodin) et Claude Lory le confirmerait. En 1784, Jean-Noël Martin, un traiteur résidant à Paimbœuf, se porte acquéreur de l'ensemble accessible depuis la rue du Faisan par un passage piéton traversant alors l'une des trois pièces en simple rez-de-chaussée ouvrant chacune sur la rue. De part et d'autre de l'allée traversant le terrain du nord au sud, des pièces en rez-de-chaussée ou à étage bordaient la cour dont l'une à l'ouest servait de cuisine, la seconde en vis-à-vis de salle de restaurant ; la cour accueillait également au sud-ouest un magasin et un jeu de boules couvert et, à l'est, trois magasins séparés par des planches dont deux contenaient chacun une salle de billard (emplacement du n° 62 rue Pierre-Jubau). L'hôtel de voyageurs situé en vis-à-vis de l'autre côté de la rue du Faisan (n° 26) était vraisemblablement à l'origine de la vocation de la cour dite actuellement la Cour Caillet. De cet état des lieux dressé à la fin du XVIIIe siècle subsistent derrière les deux maisons n° 19, n° 21 rue du Faisan reconstruites dans le deuxième quart du XIXe siècle, une pièce en rez-de-chaussée à l'ouest et les trois pièces à étage en surcroît situées à l'est de la cour ; les entrepôt dits magasins dont on ne précise pas le gabarit au XVIIIe siècle ont pu être surélevés voire partiellement reconstruits à la limite des XVIIIe et XIXe siècle et affectés au logement comme le laisserait croire actuellement la maison n° 62 rue Pierre-Jubau. L'escalier en charpente de la maison n° 62, perpendiculaire au mur gouttereau ouvert sur la ruelle, décentré, d'une largeur inhabituelle, est proche des modèles implantés dans la seconde moitié du XVIIIe siècle malgré ses balustres en bois découpé (sapin) ; la requalification des deux salles de billard a pu se faire autour de l'escalier conservé. La reconstruction de la maison n° 64 est vraisemblablement tributaire du projet d'une nouvelle place du Marché et contemporaine de la construction de la maison n° 23 rue du Faisan (demande d'alignement en 1812).

Période(s)Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Mursgneiss
granite
tuffeau
moellon
Toittuile mécanique, ciment amiante en couverture
Plansplan régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
appentis
croupe
Escaliersescalier dans-œuvre : en charpente
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Etude de Me Trastour. Vente par François Mathurin Guérin, négociant à Nantes, résidant dans l'île Feydau et Anne Jacquette Bramblé d'un ensemble consistant en trois pièces basses sur la rue du Faisan traversées par un passage piéton ; à l'ouest de la cour du nord au sud : une pièce basse, des latrines en bois, un magasin avec deux pièces à l'étage, deux pièces dont celle située au rez-de-chaussée servant de cuisine, un cabinet de travail et un jeu de boules couvert en tuile ; à suivre à l'est de la cour, trois pièces basses, deux pièces dont celle située au rez-de-chaussée servant de salle, un cabinet et trois magasins séparés par des cloisons dont deux servent de billard, le tout bâtis en pierre et couvert en tuile. Un traiteur, Jean-Noël Martin et son épouse Marie Julienne Moreau se portent acquéreur du tout pour 10 050 livres. 14 février 1784

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/43
  • Etude de Me Trastour. Attournance rendue aux héritiers de Michel Grou par Jean-Noël Martin, traiteur et Marie Julienne Moreau avec rappel des biens acquis en 1784. Les propriétaires doivent s'acquitter d'une rente auprès de la famille Grou, et une rente plus importante auprès de Claude Lory, négociant à Nantes et Julie Lafitte, son épouse. 11 octobre 1785.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/44
  • Etude de Me Frèrejouan. Vente d'une boutique donnant sur la rue Neuve, une chambre et un cabinet contenant un escalier, au nord par Jean-Noël Martin, traiteur, à Angélique Magoust, veuve Menard et Philipe, pour 4120 euros. 12 mai 1789.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 51/33
  • Registre de la contribution foncière. Section du bas Paimboeuf. Art. 24. Propriétaire : mineurs Thomas et Martin. Nature de la propriété : 8 chambres basses, 4 chambres hautes, 3 magasins, 1 cour. 19 mai 1791.

    Archives communales, Paimbœuf
  • Voirie urbaine. Demande d'alignement rue du Faisan pour la reconstruction d'une maison au sud de la maison Maurice (actuellement n° 26 rue du Faisan), une largeur de rue de 8 mètres les séparant. 16 avril 1811.

    Archives communales, Paimbœuf : 1201 1 595
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.