Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maisons, 17, 19, 21 rue Pasteur ; 44 rue Pierre-Jubau, Paimbœuf

Dossier IA44004593 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : 17, 19, 21 rue, Pasteur , 44 rue
Pierre-Jubau
Cadastre : 1810 196 ; 1999 A 2ème feuille 298, 299

Sur le plan figuré de Paimbœuf daté de 1749, rue de la Corderie ou du Bois-Gautier (actuellement la rue Pasteur), est représenté à la lettre P, un long bâtiment de deux étages comprenant neuf travées (3x3), en légende duquel il est écrit : Maison à Rondineau où est l'hôtel des fermes (= bureau des finances). Il occupait, avant sa démolition partielle, l'emprise des n° 17, n° 19 et n° 21 rue Pasteur, ces derniers renvoyant aujourd'hui à trois corps de bâtiment distincts. Les baux de locations passés en 1754 et 1755 attestent la division de la maison Rondineau en trois unités d'usage. En 1791, le registre de la contribution foncière le confirme ; il signale (art. 114, 115, 116), du nord au sud, trois ensembles successifs de douze pièces chacun liées, pour le premier à neuf celliers et un grand magasin (propriétaire : Blanchard), pour le second à une boulangerie et une buanderie (propriétaire : Rondineau aîné à l'Amérique), pour le troisième à un grand hangar dans la cour (propriétaire : veuve Gauvin), chacun imposé 560 livres. Ils sont désignés chacun comme : appartement de maison. L'actuel immeuble de rapport (n° 21) situé à l'angle témoigne seul aujourd'hui de ce que fut l'ensemble. A l'origine simple en profondeur, il a été doublé à l'est, au milieu du XVIIIe siècle, par un second corps de moindre hauteur. Le marché passé en novembre 1748 entre Jean Rondineau et deux maçons entrepreneurs précise que l'extension est destinée à accueillir le bureau de la Prévôté (voir annexe). Au mois de janvier de l'année 1748, les mêmes maçons avaient été sollicités pour clore le jardin de murs derrière la maison originelle, Rondineau ayant acquis en 1747 l'ancien lieu de répurgation de la ville ; l'enclos ouvrait au nord par un portail du côté de l'actuelle impasse Forest. La maison a été récemment divisée en divers logements. L'actuelle maison n° 19 est également double en profondeur : elle comprend le corps de la première maison et séparée par un couloir longitudinal une extension simple de deux étages carrés l'ensemble sans doute remanié à la limite du XVIIIe et du XIXe siècle (?). Après démolition, un magasin de commerce d'un étage carré a remplacé, dans la seconde moitié du XXe siècle, le corps de bâtiment préexistant au n° 17. Mentionné comme aubergiste sur le registre de la capitation de 1739, Jean Rondineau investit tôt la rue de la Corderie (actuelle rue Pasteur) prolongée en rive par une cale qui porte au milieu du XVIIIe siècle son nom. Il apparaît autour de 1750 comme propriétaire de deux ensembles situés aux angles diagonalement opposés de la rue de la Corderie : le premier face à la Loire (n° 58 et n° 60 rue du Général-De-Gaulle), le second, l'ensemble ici considéré (n° 21, n° 19 et n° 17 rue Pasteur). En 1754, Jean Rondineau semble être l'un des deux fermiers généraux des domaines, rentes et revenus du duc de Villeroy à Paimbœuf.

Période(s)Principale : 1ère moitié 18e siècle

La maison n° 21 a été divisée en plusieurs logements ; un escalier métallique hors-œuvre ancré contre la façade postérieure distribue les deux étages. La maison n° 19 double en profondeur abrite une seule famille. Un couloir central divise longitudinalement (du nord au sud) les pièces sur la rue et les pièces ouvrant sur la cour. Celles de l'étage sont accessibles par un escalier droit latéral (à l'origine dans l'axe), l'entrée de la maison ayant été reportée au nord.

Murscalcaire
gneiss moellon
granite
brique
tuffeau pierre de taille
Toittuile mécanique, ardoise
Plansplan régulier
Étages2 étages carrés, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
Escaliersescalier hors-œuvre : escalier tournant en charpente métallique
escalier dans-œuvre : escalier droit en charpente
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • AD Loire-Atlantique. 4 E E 2/109 : Etude de Me Baullin. Marché passé par Jean Rondineau pour la construction d'une extension à la maison lui appartenant rue de la Corderie. 28 novembre 1748.

    L´an mille sept cent quarante huit, le vingt huitième novembre avant midi, devant nous notaires du Roi du nombre des quarante six héréditaires de la ville et comté de Nantes résidant à Paimboeuf et du marquisat de la Guerche audit lieu soussignés avec soumission et prorogation de juridiction audit marquisat (), ont comparu les sieurs Jean Bordé et Jean Dousset maçons et entrepreneurs d´une part et le sieur Jean Rondineau, marchand d´autre part, demeurant séparement au bas Paimboeuf, paroisse de Sainte Opportune entre lesquels s´est fait le marché qui suit :

    savoir que les dits Bordé et Dousset s´engagent de faire en maçonne une maison au derrière de celle que le sieur Rondineau a ci-devant fait bâtir rue de la Corderie et où va à la fête de la Saint Jean Baptiste prochaine se placer le bureau de la prévôté qui est au joignant de la maison appartenant à la veuve Thomazeau, marchande à Paimboeuf ; laquelle maison sera double à un étage près et consistera dans deux chambres basses, un escalier au milieu, deux chambres hautes au-dessus, un cabinet dans le milieu et deux greniers aussi au-dessus, un petit dans le milieu. Ils feront deux plinthes, une corniche, les jambages et (les) plate-bandes de toutes les cheminées, le tout en tuffeau, comme aussi feront une ouverture dans les murs de la maison bâtie, pour y faire un passage pour passer d´un côté à l´autre de la dite maison et aller dans la cour ; feront pareillement un parpaing de tuffeau ou un mur à l´option dudit Rondineau, tous les carrelages, enduits, hérissonnage et ragréage et garniront les pans de bois de ladite maison batie ou parembas ; seulement seront tenus lesdits Borde et Dousset d´éteindre la chaux que le dit sieur Rondineau achètera pour faire ladite bâtisse et feront tirer la pierre, où ledit sieur Rondineau leur indiquera une perrière, et le dit sieur Rondineau fournira de sable, grison et tuffeaux parce que les dits Bordé et Dousset les prendront à bord de bateaux et au surplus ledit Rondineau de sa part promet leur payer neuf livres par toise de maçonne de six pieds en carré, les cheminées comme tous les autres ouvrages dont est ci-devant fait mention ne seront point toisés ni payer de quelques façons que ce soit ; il ny aura comme est ci-devant dit que les murs et le parpaing de tuffeau seulement et enfin que ledit sieur Rondineau juge à propos de faire démolir le mur de refend de l´escalier de la maison actuellement bâtie et au-derrière de laquelle ils doivent faire l´ouvrage dont est ci-dessus fait mention les dits Bordé et Dousset s'engagent de le faire à leurs frais en ce que pour toute récompense et raccomodage, ils auront la pierre qui proviendra du dit mur ()

    signé : Rondineau, (Louis) Gautier pour Dousset, (Joseph) Villainne pour Bordé, Thebault notaire, Baullin notaire.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Etude de Me Baullin. Marché passé entre Jean Rondineau et Jean Doucet pour la construction de six maisons mitoyennes ou magasins sur la rue de la Corderie. 11 août 1746.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E E 2/108
  • Rolle rentier de Mesdemoiselles Grou pour les rentes qui leur sont dues sur les maisons de Painbeuf. Mention d'une grande maison et d'un terrain joignant la maison appartenant au sieur Rondineau ; arrentement le 29 août 1747 du terrain servant de clouac et réceptacle des immondices dudit Painboeuf par la duchesse de lesdiguières au sieur Rondineau. [1772].

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 757
  • AD Loire-Atlantique. 4 E 2/109 : Etude de Me Baullin. Marché passé entre Jean Rondineau et les maçons entrepreneurs Jean Bordé et Jacques Dousset, pour la construction de murs pour enfermer le jardin derrière la maison, les six magasins et les latrines, le tout à couvrir en tuile. 31 janvier 1748.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 2/109
  • Etude de Me Baullin. Marché passé entre Jean Rondineau et les entrepreneurs Jean Bordé et Jean Dousset pour la construction d'une maison derrière la maison qu'il a fait bâtir rue de la Corderie (ou va se plasser à la feste de st-Jean-Baptiste) prochaine le bureau de la prévosté (.) laquelle maison sera double. 28 novembre 1748.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E E 2/109
  • Etude de Me Marot. Location de deux appartements séparés, rue de la Corderie, qui font partie d'une grande maison : deux chambres basses quatre chambres hautes, deux greniers, escalier et allée entre eux et cour au derrière par Jean Rondineau à Jean Chervisse, marchand cafetier. Il est précisé que Rondineau fera faire trois cabinets (de travail), une écurie, latrines, un jeu de boules couvert et un petit four à patisserie. 26 septembre 1754.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 51/18
  • Etude de Me Marot. Location du tiers d'une maison, le dit tiers compris entre la maison du bureau de la Prévôté (au sud) et Chervisse, locataire (au nord). 1er août 1755.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 51/18
  • Etude de Me Baullin. Location par Rondineau rue de la Corderie dans un corps de logis joignant celui dont jouit LeClair, boulanger, de 4 chambres basses, 3 cabinets en la cour avec cheminée, magasin en bois, latrines, jeu de boules, 3 petits caveaux 2 du côté de la cour et l'autre à l'entrée de la porte de la cuisine. 4 juin 1765.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 1/4
  • Etude de Me Trastour. Copie du procès verbal des réparations à faire à la maison Rondineau, rue de la Corderie, servant de caserne. P.V. des réparations concernant 23 chambres par Jean Renaud, entrepreneur au Clion. 17 octobre 1781.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/42
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.