Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, école primaire privée puis boucherie, actuellement maison ; 3 rue des Loges

Dossier IA85002583 réalisé en 2020

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, jardin
Dénominationsmaison, école primaire, boucherie, magasin de commerce
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Maillé
Lieu-dit : Bourg (le)
Adresse : 3 rue
des Loges
Cadastre : 1835 B 1437 ; 2020 B 836

Le plan cadastral de 1835 mentionne à cet endroit une maison, au fond du jardin actuel, appartenant à Jean-Baptiste Lambin, gendarme à la retraite. Aucune maison n'existe alors le long de la rue. La propriété est achetée en 1848 par Dominique Gaudineau, curé de Maillé, qui fait aussitôt construire la maison actuelle à la place de la bâtisse précédente. Il propose alors à la commune de l'échanger contre le presbytère (actuelle mairie) : il y établirait l'école de filles qu'il projette de créer à Maillé, et sa maison nouvellement construite deviendrait le presbytère. Dans cet optique, l'architecte Auguste Garnereau effectue une visite des lieux, le 8 février 1849, et en dresse un plan, le 10. Tournée par la cour et le jardin qui s'étendent à l'est, la maison du curé Gaudineau comprend, au rez-de-chaussée, un corridor central desservant, au nord, une salle à manger et, au sud, un salon de compagnie. Un vestibule avec escalier, une chambre et une cuisine prennent place à l'ouest, avant une cour qui ouvre sur la rue des Loges, face à l'église. A l'étage, on compte quatre chambres à coucher, sans grenier.

Pourtant autorisé par le conseil municipal dès le 8 février 1849, par l'évêque de Luçon le 19 mai, et même un décret présidentiel le 21 août, l'échange proposé par le curé Gaudineau n'a pas lieu et, dès la fin de l'année, il installe dans sa maison la congrégation des ursulines de Jésus, de Chavagnes-en-Paillers, pour qu'elle y établisse une école de filles. La congrégation est alors représentée par trois religieuses, à l'état-civil Suzanne Soyer, Julie Sergent (sœur Sainte Euphémie) et Balzamie Bourget (sœur Hippolyte), et la vente leur est consentie le 22 décembre 1849 devant Me Daniel-Lacombe, notaire à Fontenay-le-Comte. En 1854, laissant la paroisse de Maillé, le curé Gaudineau devient missionnaire à Chavagnes-en-Paillers où il devient économe du collège Sainte-Marie en 1867 et où il s'éteindra en 1879.

Le 27 août 1873, les ursulines de Chavagnes quittent Maillé. Le 31 mars, sœur Sainte-Euphémie et sœur Hippolyte vendent l'école à la congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, de Mormaison, représentées par Angèle Hupé (sœur Saint Thomas d'Aquin), Marie Lucas (sœur Saint Hilaire) et Angélique Poupelin (sœur Louis Augustin). Dès le 15 novembre 1873, sœur Marie Chrysogone, née Clémence Garnier, a été installée comme directrice de l'école. En 1882, un plan des lieux montre que, côté jardin, le rez-de-chaussée est divisé en deux salles de classe, tandis qu'un dortoir et un oratoire occupent en partie l'étage. L'école accueille alors 101 élèves et un poste d'institutrice adjointe est demandé, ce qui est refusé, les locaux étant insuffisants. L'école demeure ici jusqu'à son transfert sur le site actuel de l'école primaire Saint-Pient, en 1889. Le terrain sur lequel est construit la nouvelle école faisait partie des ventes de la maison du curé Gaudineau en 1849 et 1874.

Dans les années 1920, Honoré Plaire, boucher, établit là sa boucherie avec un abattoir au fond du jardin, à l'est (à la place des anciennes latrines de l'école). Cette tuerie est régularisée par arrêté préfectoral du 18 avril 1931, après enquête publique. A Honoré Plaire succède son fils, Louis Plaire dit Léo, en 1947.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1848, daté par source

La maison est située en alignement sur la voie, avec une cour et un jardin postérieurs. Si la façade sur la rue a été remaniée, la façade sur la cour, à l'est, a conservé sa structure d'origine. On y compte encore trois travées d'ouvertures, réparties symétriquement autour de la porte centrale, chaque travée comprenant une petite baie rectangulaire au niveau du comble. Les pleins de travées sont appareillés et les appuis des baies sont saillants.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
TypologiesMaison attenante ; 3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée ; 5 M 184. 1908-1937 : autorisation d'établissements classés à Maillé.

  • Archives départementales de la Vendée ; 1 O 409. 1816-1889 : travaux à l'église et au presbytère de Maillé, transfert du cimetière.

  • Archives départementales de la Vendée ; 1 O 410. 1836-1906 : construction et travaux aux écoles de Maillé.

  • Archives départementales de la Vendée ; 3 P 1460 à 1465, 3578, 3579 (complétés par les registres conservés en mairie). 1836-1914 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Maillé.

  • Archives départementales de la Vendée ; 1 T 1849. 1817-1939 : fonctionnement des écoles primaires de Maillé.

  • Archives municipales de Maillé ; 1 D 1 à 15. Registres des délibérations du conseil municipal depuis 1821.

  • Archives paroissiales de Maillé ; Paroisse de Maillé, carton 16, dossier 4. 1692-1951 : gestions des biens immeubles de la fabrique de Maillé.

Documents figurés
  • Plan cadastral de Maillé, 1835. (Archives départementales de la Vendée ; 3 P 132 ; complété par l'exemplaire conservé en mairie).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.