Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de maître puis ferme, dite Le Bordage, actuellement maison

Dossier IA72001528 inclus dans Village de Briosne réalisé en 2010

Fiche

Genrede maître
AppellationsBordage (Le)
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesétable, porcherie, remise, hangar agricole, puits, cour, jardin
Dénominationsmaison, ferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Briosne-lès-Sables
Adresse : 1 rue du
Puits
Cadastre : 1835 A 382-386 ; PCI 010 A 328-329

En 1747-48, l'édifice comprenait deux bâtiments, l'un aligné et l'autre perpendiculaire à la rue, sur un terrain jouxtant des jardins. Il s'agit peut-être du bordage du Bourg compris dans la dot de Marie Orry, fille d'un négociant et échevin manceau. En 1835, le fonds était formé de quatre parcelles. Le logis, aligné sur la rue, était de plan en L, le corps principal était divisé en deux maisons ouvrant côté rue sur une cour, l'aile en retour était une autre maison ouvrant sur une seconde cour avec un bâtiment rural également en L. Après 1835, l'aile en retour du logis fut prolongée, et le corps principal du bâtiment rural détruit. Synthèse Le corps principal du logis est le bâtiment aligné sur la rue du plan de 1747-1748. Il date du 1er quart du XVIIe siècle (date portée 1612). Le gros-œuvre associant rez-de-chaussée en pierre et étage en pan-de-bois et le décor des croisées évoquent des modèles urbains (Bonnétable, Saint-Cosme-en-Vairais, Le Mans), mais aussi la maison de maître disparue de Réveillon, distante de quelques mètres seulement (cf dossier). Le hourdis en moellons du pan-de-bois est difficile à dater, les rares équivalents locaux sont des bâtiments agricoles fortement remaniés (grange de Chauny à Jauzé). Le toit a probablement été modifié. Ce corps de bâtiment semble distribué en logis de maître, occupant la partie gauche du rez-de-chaussée et l'étage, et logement de fermier dans la pièce droite du rez-de-chaussée (porte à chambranles en bois). Contrairement à ce qu'indique le plan de 1747-1748, l'aile en retour est probablement contemporaine du logis (porte à chambranle chanfreiné). Elle est très remaniée. Les porcheries datent de la limite des XVIIIe et XIXe siècles (entre 1748 et 1835). L'étable-remise est construite au milieu du XIXe siècle à la place d'un hangar existant en 1835, dont la trace du toit subsiste dans le pignon droit du logis. La construction du puits n'est pas datée.

Période(s)Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates1613, porte la date

L'étude de l'édifice n'a porté que sur les élévations visibles de la rue, complétée par un examen rapide de l'élévation postérieure du corps principal. L'étude de l'intérieur a été refusée. Le logis est de plan en L, le corps principal est aligné sur la rue, une étable-remise est accotée au pignon droit, l'aile en retour à l'ouest ouvre sur la cour. Le corps principal, à un étage carré et élévation antérieure à travées, est construit en moellons de calcaire sans chaînes en pierre de taille (rez-de-chaussée) et en pan de bois hourdé de moellons et enduit (étage carré). L'aile en retour, en rez-de-chaussée surélevé, est construite en maçonnerie enduite. Les chambranles des baies sont en pierre de taille (rez-de-chaussée du corps principal et une porte de l'aile en retour, avec chanfrein), en bois (une porte du rez-de-chaussée du corps principal et croisées de l'étage) ou sont remaniées (aile en retour). Les fenêtres côté rue sont fermées par des grilles en fer, les croisées de l'étage étaient closes de panneaux vitrés (une vergette en place dans la croisée de l'élévation postérieure) et de volets (en place). Les fenêtres jumelées côté jardin portent la date 1613. Les témoignages oraux font état d'un escalier intérieur en vis, en pierre de taille dans sa partie basse et en bois pour le reste. L'étable-remise, la porcherie et le puits sont en moellons sans chaîne en pierre de taille, la porcherie est couverte d'une croupe, le puits d'une voûte conique bloquée au mortier. Le hangar agricole sur poteau de métal est couvert de tôles ondulées.

Murscalcaire
grès
bois
essentage de matériau synthétique
enduit
maçonnerie
moellon sans chaîne en pierre de taille
pan de bois
pan de métal
Toittuile plate, tôle ondulée
Plansplan régulier en L
Étagesétage de soubassement, en rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
États conservationsmauvais état, menacé
Techniquessculpture
Précision représentations

Le décor porté orne les trois fenêtres à chambranles de bois de l'étage carré du corps principal du logis. Les piédroits et le meneau sont traités comme des pilastres à chapiteau inspiré de l'ordre ionique. Ils sont ornés de palmes, avec écu muet sur les croisées de l'élévation antérieure. Le meneau de la croisée postérieure est orné d'une cariatide engainée, la traverse d'écailles. Une cible de tir en bois, portant la date du 14 juillet 1898, est fixée sur l'élévation antérieure du logis.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Sarthe. 3 P 49/13. Etat de section de la commune de Briosne. 1835.

Documents figurés
  • Plan d'une partie de la route de Paris au Mans et Angers... Levé par Oudry. 1747-48. (Archives départementales de la Sarthe ; C additif 142).

  • AD Sarthe. PC\049\5. Plan cadastral de la commune de Briosne. Section A, feuille 3. 1835.

Bibliographie
  • ESNAULT, Gustave. Inventaire des minutes anciennes des notaires du Mans (XVIIe et XVIIIe siècles). Publié et annoté par l'abbé Em.-Louis Chambois. Le Mans : Leguicheux, 1895-1898

    T. IV, p. 95-96
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien