Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de la Plée, puis ferme, actuellement maison

Dossier IA72001070 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • fournil
    • étable
    • toit à porcs

L'ensemble décrit dans le 2e quart du XVIIIe siècle peut correspondre à la structure de la maison actuelle, à savoir un édifice comprenant deux pièces à feu (maison) indépendantes construites sous même faîte. Néanmoins la maison et son fournil semblent être une construction homogène, de la fin du XVIIIe siècle ou début XIXe siècle au plus tard. La pièce ouest avec sa cheminée en pierre de taille peut correspondre à la maison possédée par les seigneurs de la Paysanterie. Elle aurait possédé un décor peint, encore visible dans les années 1950.

L'adjonction après 1835 d'annexes agricoles au logis (toits à porcs, laiterie détruite en 2007) et la construction des petites étables correspondent sans doute à la transformation de la Plée en petite exploitation agricole.

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesfournil, étable, toit à porcs
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Jauzé
Lieu-dit : la Plée
Cadastre : 1835 B 162-164 ; 1994 B 99, 100

Mention en 1728-1731 de la petite maison à pignon four et cheminée, grenier dessus, droit à la cour commune, issues et au puits avec une portion de jardin, située au lieu de la Pelée, et mitoyenne d'autres bâtiments non décrits. Elle est tenue par le seigneur de la Paysanterie de la seigneurie de Jauzé. En 1735, la maison joint à l'est une autre maison sous même faîte, elle est couverte de tuiles et bardeaux, son four n'est pas couvert. Le lieu compte en 1791 trois maisons à cour commune. En 1835, outre la maison avec son fournil en prolongement à l'ouest, un second bâtiment (ancien logis ?) existe dans la cour. Il est détruit par la suite. Sont construits après 1835 les toits à porcs en prolongement du fournil, la laiterie et l'étable.

Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , (?)

Le logis est de type double, à comble à surcroît, avec fournil en prolongement à l'ouest. Il est construit en moellons de calcaire sans chaines en pierre de taille et enduits, et couvert de longs pans. Les baies sont encadrées de pierre de taille calcaire. L'intérieur est divisé en 2 pièces à cheminée séparées par une pièce froide, desservies depuis l'entrée par un petit couloir longitudinal. La cheminée de la pièce de gauche est en pierre de taille calcaire, les piédroits sont ornés de cannelures. La laiterie adossée à l'élévation postérieure a été détruite peu avant l'enquête.

L'étable est construite en moellons de calcaire sans chaines en pierre de taille et enduits et couverte en appentis. Les chambranles sont en briques et bois.

Murscalcaire
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toittuile plate
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
appentis
Typologieslogis double
État de conservationrestauré
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe. 95 AC 10. Archives communales de Jauzé. État des sections. 1791.

    f° 2 et cases 565 à 569.
  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 151/9. Matrice des propriétés foncières. 1838-1913.

  • Archives privées La Paysanterie. Bail de la maison et jardin de la Pelée par François Bertand de Mainville. 21 juin 1792.

  • Archives privées La Paysanterie. Bail d'une chambre au lieu de la Pelée. 20 juillet 1728.

  • Archives privées La Paysanterie. Déclaration des choses héritaulx tenus par Françoise Elisabeth d'Espaigne. 28 juillet 1731.

  • Archives privées La Paysanterie. Détail des biens sis paroisse de Jauzé appartenant à madame de Verneil. 3 décembre 1735.

Documents figurés
  • Plan cadastral révisé en 1933 mis à jour en 1994, section B2 (Direction générale des impôts - cadastre).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Hardy Julien