Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 6 place du Vieux-Marché

Dossier IA44004252 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationspresbytère
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : 6 place du
Vieux-Marché
Cadastre : 1819 Z 29 ; 1989 AK 51

En 1905, une enquête diocésaine qualifie le presbytère de "maison de maître" construite en 1626.

Au XVIIIe siècle, Pierre de la Bouëxière (1676-1759), sénéchal de Guérande de 1706 à 1759 habite la moitié sud de cette maison. Selon le tableau du fief des réguaires de 1778, elle faisait partie d'un vaste ensemble initialement constitué de plusieurs maisons et jardins situés entre la porte Saint-Michel et la place Sainte-Anne.

Le 21 mai 1819, mademoiselle Marie Gabrielle Buard, lègue à la Cure de l'église paroissiale de Saint-Aubin de Guérande cette maison afin de servir de presbytère, à charge pour le curé de "célébrer deux messes par mois à perpétuité à la mémoire de la donatrice et pour le repos de l'âme de ses parents". Jean Augustin Fortuneau, curé de Guérande à cette époque, accepte la donation.

En 1826, des travaux sont effectués. Le cahier des charges précise que le curé n'habite pas encore le bâtiment et qu'il attend la fin des travaux pour s'installer. Le document indique qu'un locataire occupe une partie de la maison. Le devis estimatif décrit la nature des travaux à effectuer : réfection des enduits, démolition d'une lucarne, destruction des cheminées "du salon de compagnie" et de la chambre au dessus, blanchir les chambres, le plafond et les escaliers, reconstruction de la lucarne "de la grande mansarde", remplacement du carrelage des chambres au-dessus du "salon de compagnie" par un parquet, doubler les marches de l'escalier en pierre avec des planches. De nouvelles restaurations sont effectuées en 1852 et 1888. En 1888, la couverture est refaite avec de l'ardoise d'Angers dites "carrées fortes" sur lattis jointif en bois du Nord. Les souches de cheminées sont refaites.

Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Dates1626, porte la date

La propriété est constituée d'une habitation associée à des dépendances. Le plan masse du corps de logis n'a pas évolué depuis le cadastre de 1819. Le logis constitué de deux maisons accolées et réunies par le percement du mur mitoyen adopte un plan en L avec une tour d'escalier quadrangulaire hors œuvre, contre la façade postérieure. L'ensemble construit en moellon de granite sous couverture d'ardoise individualisant chaque maison, comporte quatre niveaux (cave, rez-de-chaussée, étage carré, étage de comble).

Le bâtiment nord présente une façade à travées ordonnées avec fenêtres rectangulaires sans feuillure. Le comble est éclairé d'une lucarne surmontée d'un fronton à volutes. Elle porte une date en partie lisible : (166 ?). Au Nord, le pignon découvert reçoit une souche de cheminée. Au rez-de-chaussée, une porte en arc en plein cintre mise en valeur par un perron est surmontée d'un jour rectangulaire. Elle est flanquée d'une fenêtre qui remplace une porte rectangulaire figurée sur un dessin sans date conservé aux archives municipales de Guérande. Ce même document ne figure pas le perron et précise que les portes sont percées à 70 cm au-dessus de la rue.

Le bâtiment sud présente un traitement différent avec une mise en œuvre en moellons de granite allongés et bien équarris. Deux travées de fenêtres à feuillure surmontées d'arcs de décharge percent la façade sur rue. Elles sont surmontées de lucarnes à fronton segmentaire. Le mur sud est perturbé par la suppression de fenêtres et d'une lucarne.

Les deux bâtiments sont liés par une porte percée dans le mur mitoyen au rez-de-chaussée et au premier étage. À l'est, la tour d'escalier quadrangulaire assure la distribution de la cave au comble. L'escalier en vis en pierre est doublé par des planches de bois. Les pièces de vie ont été entièrement reprises au XIXe siècle avec la pose de boiseries et le remplacement des sols et des cheminées. Dans la cave, au Sud, deux soubassements en encorbellement sur les murs sud et est, attestent l'emplacement de cheminées anciennes chauffant autrefois deux salles séparées par une cloison.

La maison est dotée de dépendances : une au Sud bordant la rue du Vieux Marché, un hangar surmonté d'un séchoir et une petite dépendance à l'est. La petite dépendance sud à été construite en 1852 par l'entrepreneur local Louis Michée. Elle accueillait bucherie, remise et latrines. Le bâtiment est actuellement en cour de réhabilitation. Le hangar avec séchoir adopte un plan rectangulaire. Le rez-de-chaussée consiste en un lieu de stockage tandis que la partie supérieure fermée par un bardage de bois est destinée au séchage. À l'est on observe une dépendance à deux niveaux en moellon de granite monté à la terre. Une couverture d'ardoise sur pignons découverts couvre le bâtiment. Le rez-de-chaussée et le premier étage étaient aménagés de cheminées. L'acte de donation de 1819 désigne ce bâtiment comme une maison avec un pressoir au rez-de-chaussée surmonté d'une chambre et d'un grenier. On observe au rez-de-chaussée une porte murée qui communiquait avec une dépendance de la propriété voisine.

Dans la cour, un gros puits circulaire maçonné est surmonté d'arceaux portant un treuil.

Le logis présente deux campagnes de construction dans le courant du XVIIe siècle. Dans un premier état, la partie nord est construite selon un plan rectangulaire avec une tour d'escalier dans l'angle. Peu après, une deuxième maison est accolée au Sud, contre le pignon. Il est possible que la réunion des deux bâtiments date de cette période. Au XIXe siècle, de profondes restaurations sont engagées.

Le séchoir est une dépendance postérieure à 1819 (non figurée sur le cadastre napoléonien). La petite maison avec pressoir (disparu) semble dater du XVIIe siècle.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
toit à longs pans brisés
pignon découvert
croupe

Le bâtiment présente les caractéres de l'habitat cossu du XVIIe siècle.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Acte de donation passé devant Me Camille Marie Duboys, notaire royal à Guérande et mademoiselle Marie Gabrielle Buard. Le 21 mai 1819.

    "Une maison avec ses appartenances et dépendances, située en cette ville de Guérande, consistant en deux caves, au rez-de-chaussée quatre pièces, au premier étage cinq pièces, au-dessus deux mansardes et deux greniers au-dessus, cour en laquelle se trouvent diverses ménageries, jardin au joignant. Plus, au joignant de la cour susdite, dans la partie orientale, une autre maison consistant en en un embas dans lequel est un pressoir, une chambre au-dessus et grenier et mansarde, ainsi que le tout se comporte.

    Lesquelles maisons, cour, ménageries, jardins et dépendances, la dite delle donatrice estime valoir de revenu annuel la somme de 250 francs et de principal celle de 5 000 francs.

    À la charge de monsieur le curé qui sera en fonctions lors du décès de la dite donatrice de prendre et recevoir ces maisons et dépendances dans l´état où elles se trouveront alors, de laisser aux héritiers de la dite donatrice la jouissance pendant trois mois au plus des appartements qu´elle occupe et qu´elle occupera alors.

    À la charge du curé de célébrer deux messes par mois et à perpétuité pour le repos de l´âme de la dite donatrice".

  • Devis estimatif des réparations à faire à la maison Buard, destinée à servir de presbytère, 1823 (Direction régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire. Conservation régionale des Monuments historiques).

    Article premier concernant la maçonnerie

    1er : Les murs des deux caves ainsi que les trois escaliers servant d´entrée aux dites caves seront rejointoyées en totalité entre les pierres à chaux et à sable ; quatre pierres seront établies dans les caves pour fixer quatre étançons en bois qui soutiendront les poutres de la cuisine, du salon de compagnie et de la salle à manger ; un pilier construit en pierres de maçonne et terre glaise sera posé pour soutenir un étançon à l´effet de supporter une poutre éclipsé dans la petite chambre auprès du salon de compagnie. Le tout estimé cent francs 100.

    2e : Piquer en totalité la vieille chaux de la façade au couchant et la crépir à chaux et à sable, réparer la porte d´entrée qui sera construite également à chaux et à sable ; crépir le bas de la longère du côté du midi et changer la Seuillie (feuillie ?) de la fenêtre de la cuisine du même côté : crépir le bas de la longère du côté du levant, démolir la lucarne de la mansarde et le jambage de la fenêtre en dessous, même la maçonne en dessous de l´appui afin de changer la seuillie (feuillie ?) de la porte de sortie sur la cour ; crépir le petit tourillon donnant sur le jardin et quelques petits endroits dans les grand de la longère, toutes ou parties seront à changer et à sable estimé deux cents vingt francs 220 francs.

    3e : Démolir la cheminée du salon de compagnie et celle de la chambre au-dessous pour les reconstruire à tablette, les dévoyer pour les placer à côté l´une de l´autre et les noyer dans le mur. L´entrepreneur sera tenu de fournir chaux, sable, briques et carreaux nécessaires à la construction des dites cheminées. De plus, il s´obligera à l´enlèvement des décombres, le tout estimé trois cents trente francs.

    4e : Blanchir toutes les chambres, les escaliers et plafonds et garnir les dégradations à l´intérieur, estimé 140 francs.

    Article 2 concernant la charpente

    1er : Les lembrourgs seront au nombre de neuf pièces de bois de chêne ou chataignier et auront vingt et un pieds de longueur sur trois pouces d´épaisseur et quatre à cinq pouces de largeur estimés soixante huit francs

    2e : Trois étançons à établir dans la cave au-dessous de la cuisine et un autre dans la petite chambre à côté du salon de compagnie, construire une lucarne en bois à la mansarde en remplacement de celle en pierre, rapporter une jambe de force à la charpente de la même mansarde, le tout en bois de chêne ou de châtaignier, estimé soixante huit francs

    Article troisième concernant la couverture

    Réparer locativement toutes la couverture de la grande maison ainsi que la lucarne de la grande mansarde qui sera faite à neuf, plus l´emplacement des anciennes cheminées ; l´entrepreneur fournira ardoises, lattes, chevrons, chaux, clous et [f ?]étaux, le tout estimé deux cent soixante dix francs

    Article quatrième concernant la menuiserie

    1er : Les carreaux des chambres au dessus du salon de compagnie seront démolis entièrement pour en faire un plancher à la place du carrelage. Le plancher contenant 28 pieds sur 21 donne seize toises douze pieds de plancher à raison de seize francs la toise, ce plancher sera en planches du nord estimé deux cent soixante francs

    2e : Défaire la cloison du cabinet, l´avancer dans la chambre, fournir d´autres planches sur la largeur ; doubler en planches les marches de l´escalier de pierre jusqu´au premier, le tout estimé cent vingt six francs

    3e : Onze toises de plancher pour le salon de compagnie à seize francs la toise estimé 176 francs

    4e : Dans la mansarde, deux croisées et trois paires d´abat vent tous de quatre pieds six pouces de hauteur sur trois pieds de largeur

    5e : Au premier étage, deux croisées dont l´une de six pieds six pouces de hauteur sur trois pieds six pouces de largeur et l´autre de six pieds de hauteur sur trois pieds de largeur ; plus raccomoder, peindre et percer une autre croisée

    6e : Au rez-de-chaussée, une croisée de sept pieds de hauteur sur cinq pieds de largeur, une autre croisée de six pieds de hauteur sur trois de largeur, plus une autre croisée à changer de place à peindre et raccomoder, cet article estimé à 465 f.

    Signé jacques leveque cherpantie Lequitte Jn entrepreneur J-B Raoul Mcaurier Bouillard menuisier Texier couvreur

    Vu pour légalisation des signatures de jacques Leveque charpentier, J Bte Raoul et Bouillard, menuisier, Texier couvreur et Lequitte Jne entrepreneur apposées ci-dessus en mairie de Guérande le 21 mars 1823.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Guérande. 2 M 29. Presbytère de Guérande. Donation Buard. Maison Curiale de Guérande. Donation entre vifs par Mle Buard d'une maison devant servir de presbytère. Acte de donation, ordonnance du roi. 1816-1819.

  • Archives communales de Guérande. 2 M 31. Presbytère de Guérande. Construction d'un hangar. Presbytère de Guérande. Travaux de construction d'un hangar. Devis, facture, 1890.

  • Archives communales de Guérande. 2 M 32. Presbytère de Guérande. Travaux de réfection. Notes, détail estimatif. Devis, plan.

  • Archives communales de Guérande. 2 M 33. Presbytère de Guérande. Réfection de la couverture du presbytère. Plan, devis, cahier des charges, notes, correspondance, 1886-1888.

  • DRAC des Pays de la Loire. Conservation régionale des monuments historiques. Presbytère de Guérande, réparations. Devis estimatif et cahier des charges, 1823 (reproduction).

  • Archives historiques du diocèse de Nantes. 4 L. Enquête diocésaine de 1905, Canton de Guérande, Paroisse de St Aubin de Guérande.

Bibliographie
  • AUCLAIR, Georges. Les presbytères successifs de Guérande. Les cahiers des Amis de Guérande, n° 25, 1979.

    p. 22-23.
  • LANCIEN, Josick. Le presbytère de Guérande. Notes dactylographiées, février 2007.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Dufrêche Frédéric
Frédéric Dufrêche

Société Atemporelle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.