Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 56 rue du Général-De-Gaulle ; 26 quai Sadi-Carnot, Paimbœuf

Dossier IA44004584 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : 56 rue du, Général-De-Gaulle , 26 quai
Sadi-Carnot
Cadastre : 1810 195 ; 1999 A 2ème feuille 169

Le 9 octobre 1691, Guillaume Mouraud arrente à la duchesse de Lesdigière un lot à bâtir correspondant aux n° 54, n° 56 et n° 53 rue du Général-De-Gaulle. Une famille d'officiers, de magistrats et de négociants, la famille Phélipon se porte acquéreur de l'ensemble, vraisemblablement déjà bâti, pour le revendre en plusieurs lots au milieu du XVIIIe siècle : le premier (n° 56) en 1746 au chirurgien Pierre Sibille, le second (n° 54) en 1754 à un marchand de vin, François Loquais. Pierre Sibille est à l'origine de la reconstruction de la maison ici considérée, composée de deux corps de bâtiment de part et d'autre d'un escalier centré accessible de la rue Pasteur. Le corps situé du côté de la Loire a été élevé peu avant 1765 sur des terres cédées par l'Amirauté, le second commencé en 1765, date du marché passé par Pierre Sibille pour la démolition d'une maison en simple rez-de-chaussée ouvrant sur la rue du Général-De-Gaulle. La hauteur du premier corps du côté de la Loire a servi de référence au moment de la reconstruction du second sur la rue. Les héritiers Sibille cèderont l'ensemble à Jean Audubon, capitaine de navire, demeurant à la Fosse de Nantes, qui en prend possession en 1777. La description contenue dans l'aveu rendu au marquis de Bruc en 1785 par Anne Moinet (l'épouse de Jean Audubon) renvoie à la maison actuelle.

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle
Dates1765, daté par source

Les deux corps de bâtiment, double en profondeur, l'un aspectant la rue, le second la Loire, sont articulés par un escalier en charpente mis en œuvre au XXe siècle. Le rez-de-chaussée sur la rue a conservé sa vocation commerciale ; le rez-de-chaussée sur le quai, surélevé, est habité ainsi que les étages. Des cheminées en tuffeau sont présentes au niveau du comble. Les planchers du rez-de-chaussée visibles depuis le niveau des caves sont constitués de larges planches de remploi de plus de quatre centimètres d'épaisseur provenant vraisemblablement de bateaux voués à la démolition.

Mursgneiss
granite
tuffeau
moellon
Toitardoise
Plansplan régulier
Étagessous-sol, 2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier hors-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente
Techniquesferronnerie
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • AD Loire-Atlantique. 4 E 51/20 : Etude de Me Dorfeuille Cabal. 24 juin 1765

    Marché pour la batice d´une maison entre le sieur Pierre Sibille maître chirurgien et pierre Sauvaget jean Moreau, Julien Grasset et Jacques Gilaizeau, maîtres maçons et entrepreneurs ...les conditions du marché suivant ; savoir lesdits Sauvaget, Moreau, grasset, Gilezeau s´obligent de découvrir a commencer lundi prochain la maison appartenant à Sibille située à la Grande rue du côté de la mer, actuellement occupée par le sieur Hautcoeur maître perruquier d´arranger les tuiles dans la cave de ladite maison, ensuite de démolir la façade de devant avec les deux coins dudit pignons jusques au roch pour le relever à la hauteur de la maison neuve de derrière contigue à celle dont il s´agit en faisant autant d´ouverture de ce côté là et du côté de la cale que le dit sieur Sibille jugera à propos fourniront les dits entrepreneurs pour la dite batice les pierres le sable qu´ils prendront à leurs frais sur les bancs (?) de la rivière ainsi que l´eau et la terre franche s´il en faut eteindront la chaux et déchargeront jusqu´à la concurrence de 300 tufeaux venant de Nantes tailleront à leur frais les grisons et tufeaux necessaires pour ladite batisse, construiront les murs d´icelle de l´épaisseur de deux pieds feront les foyers et cheminées carreleront enduiront commenceront à faire la cheminée du bas...à la hauteur qu´il sera bon être et les autres cheminées à la hauteur que le sieur Sibille jugera à propos et en tel lieu et place que bon lui semblera ôteront les délivres et decombres aussi à leur frais et rendront leur renable de ladite batice ..dans le courant du mois de septembre prochain.

    Et le dit sieur Sibille s´est obligé de fournir aux dits maçons entrepreneurs la chaux, les grisons, les tuffeaux les carreaux, la brique, autant qu´il jugera necessaire pour ladite batice et de leur payer le montant d´icelle à raison de neuf livres la toise parcesque lesdits foyers et cheminées ne seront point toisés mais seulement le mur contre lequel elles seront assiseset le haut d´icelles depuis la couverture jusqu´au sommet ...

    Signé : Laurens Gueritault pour Sauvaget, Jean Baptiste Naud pour Grasset, Jacques Charles Trastour pour Moreau Jean Guérin pour Gilaiseau, Baullin, Dorfeuille.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Rolle rentier de Mesdemoiselles Grou pour les rentes qui leur sont dues sur les maisons de Painbeuf. Arrentement le 9 octobre1691 fait à Guillaume Mouraud dans la pièces des Embrasures. [1772].

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 757
  • Etude de Me Baullin. Vente par les héritiers Phelipon (Pierre Delaville conseiller du roi et juge magistrat, Elisabeth Phelipon, sa femme, Guillaume Phelipon, prêtre, Me Alain Phelipon, conseiller du roi et contrôleur à l'hôtel des monnaies de Nantes, Pierre Phelipon, négociant, delle Thérèse Phelipon) d'une maison bornée à l'ouest par la cale qui conduit à la rivière et à l'est par une maison appartenant aux vendeurs, à Pierre Sibille, me chirurgien et Françoise Denis sa femme. 21 septembre 1746.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E E 2/108
  • Etude de Me Dorfeuille Cabal. Marché passé entre Pierre Sibille, maître chirurgien et Pierre Sauvaget, Jean Moreau, Julien Grasset, Jacques Gilaizeau, maître-maçons, entrepreneurs pour la démolition et la reconstruction de la maison située à l'angle des rue du Général-De-Gaulle et de la rue Pasteur. 24 juin 1765.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 51/20
  • Etude de Me Trastour. Prise de possession par Jean Audubon, capitaine de navire et Anne Moinet (Moynet) de la maison acquise des héritiers de Pierre Sibille, chirurgien et Anne Clouet, sa femme. 7 janvier 1777.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/29
  • Etude de Me Trastour. Attournance par Jean Audubon, capitaine de navire : près de la cale Rondineau, une maison consistant en boutique, chambres au derrière, cave au dessous, et deux étages au-dessus. Acquet par contrat judiciaire du 4 janvier 1777 de François, Alexandre et Louis Sibille, Nicolas Frèrejouan, jeanne Sibille, sa femme et Jeanne Clouet la veuve de Pierre Sibille. 30 avril 1778.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E E 90/41
  • Etude de Me Trastour. Aveu rendu au marquis de Bruc par Anne Moinet, épouse et procuratrice de Jean Audubon, capitaine de navires demeurant à la Fosse de Nantes : une grande maison, 3 parembas, 2 étages ayant 3 chambres chacun, 3 greniers, 3 caves. Acquet du 4 janvier 1777 des héritiers de Pierre Sibille (François Sibille, Jeanne Clouet veuve de Pierre Sibille, Alexandre Sibille, Louis Sibille, Me Nicolas FrèreJouan et Marie Sibille, sa femme). 24 septembre 1785.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/44
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.