Dossier IA49010682 | Réalisé par
Maison, 4 place des Plantagenêts, Fontevraud-l'Abbaye
Auteur
Rousseau Bruno
Rousseau Bruno

Photographe auprès du Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine jusqu'en 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Fontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
  • Commune Fontevraud-l'Abbaye
  • Adresse 4 place des Plantagenêts
  • Cadastre 1813 D3 1171  ; 2009 D 908
  • Dénominations
    maison

Cette maison (ISMH-1975), quoique très remaniée, est remarquable notamment du fait de sa tourelle d'angle et de l'une de ses baies, qui relèvent de l'art de la seconde Renaissance. C'est sans doute l'élégance de cette tourelle qui lui a valu de ne pas être détruite lors des divers alignements et tracés de voirie qui se succédèrent en cet endroit aux XVIIIe et XIXe siècles.

Cette maison date vraisemblablement de la 2e moitié du XVIe siècle. Sa partie haute fut vraisemblablement remaniée à la fin du XVIIIe ou au XIXe siècle. Dans un texte daté de 1756, elle est distinguée comme étant la maison "où pend pour enseigne l'écu de France". Elle accueille en rez-de-chaussée des fonctions commerciales depuis au moins le XIXe siècle (café, boutique). L'élégance de sa tourelle d'angle l'a sans doute préservée d'une mise à l'alignement qui dû la menacer à plusieurs reprises aux XVIIIe et XIXe siècles, lors du percement de la rue Rochechouart, vers 1710-1715, et des remaniements ultérieurs de ce carrefour, notamment lors des travaux d'aménagement de la maison de détention dans ce secteur, dans le premier quart du XIXe siècle .

Protégée par arrêté du 12 mai 1975, elle bénéficie d'une inscription au titre des Monuments historiques de ses façades et toitures. La tourelle fut restaurée en 2010, avec restitution d'un dôme qui avait été un temps remplacé par un toit conique.

Cette maison est située à l'angle de la place des Plantagenêts et de l'avenue Rochechouart, en un emplacement qui assurait à l'origine l'articulation de deux places (avant qu'au début du XVIIIe siècle ne soit percée la rue de Rochechouart), occupant une situation particulièrement prestigieuse face à la Grande porte de l'abbaye de Fontevraud.

Il s'agit d'un logis à tourelle d'angle, construit en moyen appareil de tuffeau, sur un plan rectangulaire, qui comprend un rez-de-chaussée et deux étages-carrés, dont le second résulte d'une reprise de la partie haute du bâtiment. En effet, ce logis ne comptait initialement qu'un seul étage-carré avec comble à surcroît et toit à longs pans, comme on peut le percevoir à l'analyse des maçonneries de la façade sud (photographies anciennes et relevés pierre-à-pierre) où l'on discerne qu'à l'origine le bâtiment présentait un pignon relativement aigu, avec toiture à deux versants, dont le départ se faisait à peu près au niveau du couvrement de la tourelle.

La maison fut reprise en appentis, sans doute à la fin du XVIIIe ou au XIXe siècle, avec création d'un second étage-carré en lieu et place de l'ancien comble à surcroît. La distribution intérieure a été très remaniée, mais un état ancien est connu par une déclaration du 14 août 1720 où elle est décrite comme une composée de deux pièces principales au rez-de-chaussée et à l'étage-carré, d'un grenier, d'une cave et que la tourelle accueille un cabinet (voir texte en annexe).

Aujourd'hui en appentis et à pignons découverts, le toit est couvert d'ardoises.

Le pignon sud donnait sur l'actuelle place des Plantagenêts et était particulièrement mis en valeur. Le traitement originel du rez-de-chaussée est inconnu (remanié en devantures de commerces au XIXe et XXe siècles), mais il ne comptait qu'une baie (très probablement une porte), située dans le même axe que les deux baies supérieures. Deux bandeaux, l'un de niveau et l'autre d'appui, qui filent également sur la tourelle d'angle, séparent sur cette seule façade le rez-de-chaussée de l'étage-carré. Restaurée, la baie de cet étage conserve son décor premier, encadrée de pilastres à chapiteaux corinthiens et surmontée d'une plate-bande qu'une agrafe lie à un larmier. Plus haut, le second étage-carré (originellement le comble), est ajouré d'une plus petite baie couverte en plein-cintre avec petit ressaut soulignant l'arc, la clef et les impostes.

La façade orientale est très remaniée et est simplement couronnée d'une corniche vraisemblablement du XIXe siècle. La disposition des baies qui l'ajourent indique qu'entre les deux salles de chaque étage, une étroite travée centrale devait accueillir un escalier dans-œuvre qui prenait jour en façade orientale, par de petites baies non alignées avec les fenêtres principales.

À l'intersection de ces deux façades, une tourelle d'angle en surplomb se développe sur les deux étages-carrés (à l'origine l'étage-carré et le comble) de la maison. De plan circulaire, elle est supportée par un cul-de-lampe à mouluration complexe et prend le jour par quatre petites baies. Cette tourelle était couverte depuis au moins le XIXe siècle d'un toit conique couvert d'ardoises. Après un récent démontage de ce toit, des traces du couvrement premier ont été découvertes et les restaurations menées en 2010 ont permis de restituer un dôme de tuffeau avec amortissement en pomme de pin.

  • Murs
    • enduit
    • moyen appareil
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    comble à surcroît, 2 étages carrés
  • Couvertures
    • appentis
    • toit conique
    • dôme
    • toit à longs pans
    • pignon découvert
  • Escaliers
    • escalier dans-œuvre
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH partiellement, 1975/05/12

Documents d'archives

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 38 / 180. Notaires. Bail d'une maison, affermée par Jeanne Despiedz à Gabriel Moricet, marchand cabaretier, et sa femme Marguerite Le Bleu (14 août 1720).

    AD Maine-et-Loire. 101 H 159. Abbaye de Fontevraud. Inventaire général de dom Lardier : Volume septiesme, inventaire des titres de la petite recepte de Font-Evraud [...] fait par le P. F. Jean Lardier religieux dudit ordre, 1658 (1658, continué jusqu'en 1756). Titre n° 124.

Annexes

  • Annexe n°1
Date d'enquête 2010 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine
Articulation des dossiers