Dossier d’œuvre architecture IA44004703 | Réalisé par
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Maison, 22 rue Pitre-Chevalier, Paimbœuf
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paimbœuf (commune)
  • Commune Paimbœuf
  • Adresse 22 rue Pitre-Chevalier
  • Cadastre 1810 254  ; 1999 A 3ème feuille, 974, 975, 976

La maison est dite neuve en 1785. Elle a été construite pour le fils d'un constructeur de navires, Julien Couraud, dont le chantier naval en rive était accessible par un passage charretier laissé libre à l'est, entre la maison et la cale, dite alors la Grande chaussée. Cette maison, d'une importance notable (sept travées), s'insère dans le contexte de la campagne de construction lancée au sud de la rue Pierre-Jubau. Elle est contemporaine de la maison, 11 rue Pierre-Jubau construite pour le même (père ou fils ?) Julien Couraud dans le lotissement créé en 1779 par les demoiselles Grou. Le registre de la contribution foncière daté de 1791 décrit une maison contenant trois boutiques au rez-de-chaussée, six pièces au premier étage, six pièces au second étage, cette distribution correspondant vraisemblablement au plan en L (de couleur grise) sur le plan joint. Il est également fait mention d'une deuxième maison, de magasins, de hangars, d'un cellier et diverses pièces aujourd'hui détruits. En 1817, la maison appartient à la veuve Couraud. Un cordier, Affilé, est propriétaire d'une dépendance située au nord, dite la petite maison. En 1882, le propriétaire (Jarnet) souhaite étendre la maison alors composée au rez-de-chaussée de pièces à louer et d'un appartement à l'étage, la salle-à-manger et la cuisine étant séparée par l'escalier accessible depuis la cour. Quatre magasins occupaient encore la cour. L'architecte paimblotain, Louis Charpentier, greffe au plan en L originel (couleur grise), un corps de bâtiment à l'ouest de la cour (couleur jaune) comprenant au rez-de-chaussée un magasin, des toilettes, un bucher et l'escalier conduisant à l'étage ouvrant d'un côté sur une nouvelle cuisine et une pièce liée à un cabinet de travail et de l'autre sur l'ancien appartement. La division de la maison en nombreux logements a modifié récemment la distribution d'origine, le premier escalier ayant été déplacé dans le corps principal au sud et le second, à l'ouest condamné.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 18e siècle
  • Murs
    • gneiss
    • granite
    • tuffeau
    • moellon
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan régulier en L
  • Étages
    1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Escaliers
    • escalier dans-œuvre
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Etude de Me Baullin. Afféagement par Marie-François-de-Bruc colonel d'Infanterie à François Fidel Bidaud d'un terrain proche de la Grand Chaussée et au derrière de la maison neuve du sieur Couraud, borné au nord un autre terrain vague face à la Loire, au midi la maison neuve du sieur Couraud, chemin de 10 pieds entre deux pour la servitude desdits Couraud et Bidaud, du levant la grande chaussée, route de charrette entre deux pour l'utilité des pompes à incendie, des magasins et chantier dudit Couraud et autre, du couchant autre terrain vague. 28/11/1785. Mention d'un terrain situé à l'ouest de la grande chaussée entre un terrain borné par la Loire au nord et au sud la maison neuve du sieur Couraud ; mention d'un passage charretier laissé entre la chaussée et la maison Couraud pour l'accès au chantier et au magasin Couraud. 28 novembre 1785

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 1/5
  • Etude de Me Dorfeuille-Cabal. Dècès depuis au moins six ans de Julien Couraud. Partage de ses meubles, effets, crédits de la communauté de Julien Couraud, constructeur de navire, avec Catherine Villaine entre les héritiers : Catherine Villaine, Julien Couraud, le fils aîné (épouse Blineau), Joseph Couraud, le cadet et Jeanne Couraud, sa fille : demeurant tous ensemble avec la veuve Couraud au bas Paimboeuf près la grande Chaussée. 19 mars 1770.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 51/22
Date d'enquête 2004 ; Date(s) de rédaction 2004
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.