Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 12 rue Saillé

Dossier IA44004285 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : 12 rue
Saillé
Cadastre : 1819 Z 210 ; 1989 AK 163

Selon la matrice du cadastre de 1819, la propriété était autrefois plus vaste qu'aujourd'hui. Elle comprenait le n°3 rue du Beau Soleil situé à l'Ouest.

Période(s)Principale : 4e quart 15e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Dates1635, porte la date

Un espace étroit, caractéristique des parcellaires anciens sépare les n°12 et 14 de la rue de Saillé.

Cette grande maison bourgeoise adopte un plan rectangulaire flanqué d'une tour d'escalier quadrangulaire contre la façade postérieure, en prolongement du pignon nord. Une petite cour rectangulaire figurée sur le cadastre napoléonien est aujourd'hui couverte d'une toiture offrant une extension en rez-de-chaussée. L'ensemble est édifié en moellon de granite. La toiture d'ardoise à deux longs pans repose sur des pignons découverts avec corbeaux d'amortissement et boule sommitale. La tour d'escalier est couverte d'une toiture à quatre pans.

La façade étroite présente deux travées de fenêtres rectangulaires avec linteaux moulurés saillants. Au centre de la façade, une lucarne sous fronton segmentaire à volutes décorée de feuilles de laurier interrompt la corniche à denticule en granite. Le rez-de-chaussée est ouvert par une vitrine qui remplace une devanture en bois en applique visible sur des photographies du début du XXe siècle. Décalée au Nord, une haute porte en plein cintre surmontée d'un jour rectangulaire ouvre dans un couloir donnant accès à la tour d'escalier. Un mur de refend qui sépare en deux la cage d'escalier permet de recevoir les volées de marches, les repos et les paliers. Les marches monolithes en bois avec un revers délardé d'un large chanfrein sont couvertes de planches récentes. Dans la cage d'escalier, des petits supports d'angles portaient peut-être un système d'éclairage. Une porte murée sur le mur ouest communiquait avec le comble de la maison accolée située au n°3 rue du Beau Soleil. Un jambage chanfreiné avec des traces de feu sur le mur ouest indique que la cage d'escalier était équipée d'un petit foyer pour le chauffage ou l'éclairage.

L'intérieur de la maison à été bouleversé au XXe siècle : ajout d'un escalier en bois entre le rez-de-chaussée et le premier étage, destruction des cloisons. Le bâtiment conserve plusieurs cheminées installées sur les pignons. Au rez-de-chaussée, la cheminée présente des piédroits taillés en biais surmontés de consoles moulurées en pyramide renversée. On remarque les bases décorées d'un motif sculpté dont la forme rappelle la mitre de l'évêque. Cette cheminée monumentale date de la fin du Moyen Âge. Au premier étage, deux cheminées du XVIIe siècle sont visibles : au Sud une cheminée dont les jambages droits s'élargissent pour former deux consoles convexes portant le linteau, au Nord une cheminée avec jambages droits portant une paire de corbeaux en quart de rond. Les cheminées du deuxième étage présentent des caractéristiques stylistiques comparables à celles du niveau précédant. On note l'emploi d'une corniche de calcaire qui distingue la cheminée sud du deuxième étage.

On remarque dans la cage d'escalier plusieurs vantaux de porte que l'on peut dater du XVIIe siècle.

Selon la tradition, la cave aujourd'hui remblayée était couverte d'une voûte de pierre détruite lors de l'installation du restaurant dans la seconde moitié du XXe siècle.

L'espace mitoyen séparant les n°12 et 14 atteste que le bâti est implanté sur un parcellaire ancien. Cette grande maison présente deux périodes de construction au XVe et au XVIIe siècle. Le premier état a laissé peu de traces. La cheminée monumentale et peut être la partie inférieure de l'escalier peuvent lui être attribuées. Au XVIIe siècle (1635, selon la date portée sur la lucarne) l'ensemble est entièrement remanié. La structure générale avec ses éléments de décor et de confort date de cette période.

Le motif sculpté sur les bases de la cheminée du rez-de-chaussée pose question.

Mursgranite
enduit
moellon
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à deux pans
pignon découvert
croupe
Escaliersescalier hors-œuvre

Cette maison présente les caractères de l'habitat cossu du XVIIe siècle connu dans la ville intra muros. La structure générale à deux étages carrés sous comble avec une très grosse tour d'escalier hors œuvre surprend par ses dimensions. La tour d'escalier

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • LANCIEN, Josick. La maison du député, 3 rue du Beau Soleil. Lettre aux amis de Guérande, n° 12, octobre 2005.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Dufrêche Frédéric
Frédéric Dufrêche

Société Atemporelle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.