Dossier IA44004582 | Réalisé par
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Maison, 11 quai Sadi-Carnot, Paimbœuf
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paimbœuf (commune)
  • Commune Paimbœuf
  • Adresse 11 quai Sadi-Carnot
  • Cadastre 1810 195  ; 1999 A 2ème feuille 190

Le terrain compris entre la rive et la rue Pierre-Jubau a été arrenté par la duchesse de Lesdiguières le 8 novembre 1694 à un marchand, Gabriel Le duc. De chaque côté de la rue du Général-De-Gaulle ont été construites deux maisons, l'une au sud appartenant au milieu du XVIIIe siècle à Jacques Croizet et la seconde du côté de la rivière appartenant à une famille de constructeur de navires, la famille Couraud. En 1767, cette dernière maison (propriété de Catherine Villaine, veuve de Julien Couraud) ressemble à la majorité de celles construites au nord de la rue lors de la première campagne : un niveau de caves dégagé du côté de la rive, une pièce servant de boutique, deux pièces à l'étage, une galerie en charpente du côté de la Loire. En 1785, la maison est acquise des héritiers Couraud par Jacques Villaine, maître forgeron. En 1791, il déclare la maison sur la rue et huit pièces et caves sur la rivière, ce grand nombre de pièces pourrait désigner la maison ici considérée ; elle a pu être construite entre 1785 et 1791. La même année il étend sa propriété à la parcelle mitoyenne à l'ouest appartenant alors à l'hôpital, (n° 22).

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 18e siècle

Cette maison construite en rive, ouvrant sur le quai, reprend le plan en L des maisons de la deuxième génération (1750-1775) mais sans la contrainte d'une première construction. Elle est composée de deux corps de deux étages carrés articulés par un escalier en charpente à balustres, le premier sur le quai de trois travées, le second au sud, en appentis, d'une pièce par niveau dont la cuisine au rez-de-chaussée ouvrant sur la cour. La différence de niveau entre la rue du Général-De-Gaulle et la rive génère une surélévation du rez-de-chaussée du corps principal du côté de la Loire, de petites ouvertures situées au-dessus du niveau de la rue éclairant la cave. La cour est accessible depuis le quai à l'ouest par un escalier droit en maçonnerie.

  • Murs
    • gneiss moellon
    • granite moellon
    • tuffeau pierre de taille
  • Toits
    tuile mécanique
  • Plans
    plan régulier en L
  • Étages
    rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier hors-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en charpente
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Rolle rentier de Mesdemoiselles Grou pour les rentes qui leur sont dues sur les maisons de Painbeuf. Arrentement le 8 novembre 1694 fait à Gabriel Leduc, marchand : 18 pieds et demi de terre à prendre en largeur dans la pièces des Embrasures. [1772].

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 757
  • Etude de Me Baullin. Attournance rendu par Catherine Villaine veuve de Julien Couraud sur une maison consistant en boutique sur un niveau de caves, chambres hautes, gallerie au nord, bornée au sud de l'autre côté de la rue par la maison de Jacques Croizet. 14 août 1767.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 4 E 90/42
  • Etude de Me Trastour. Aveu rendu au Marquis de Bruc par Michelle Grou. Article 122 : une rente foncière due par les enfants mineurs de Jacques Croizet, par leur oncle Jean Croizet, sur une maison située au sud de la rue et par Jullien Couraud, son père et sa sœur sur une maison du côté de la rivière. 15 février 1780.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 4 E 90/42
  • Etude de Me Trastour. Acte de vente par Julien Couraud et Marguerite Blineau, Jeanne Couraud et Joseph Couraud constructeur de navires à Saint-Domingue, à Jacques Villaine, maître forgeron et Marie-Anne Mainguy, d'une maison de deux caves, trois chambres basses, une chambre haute et une cour au nord. 20 septembre 1785.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 90/44
  • Registre de la contribution foncière. Section du haut Paimbœuf. Art. 137. Propriétaire : Jacques Villaine, forgeron. Nature de la propriété : boutique sur la rue, chambres au-dessus, cave, huit chambres et caves sur la rivière. 19 mai 1791.

    Archives communales, Paimbœuf
Date d'enquête 2004 ; Dernière mise à jour en 2004
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
Lelièvre Françoise
Lelièvre Françoise

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.