Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 10 rue Vannetaise

Dossier IA44004246 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : 10 rue
Vannetaise
Cadastre : 1819 Z 8 ; 1989 AK 451

Le n°10 rue Vannetaise se compose de deux maisons.

En 1778, la partie nord est occupée par le soudoyen des chanoines de Saint-Aubin. Vendue bien national en 1791, elle est achetée par Augustin Vaillant, capitaine de navire qui la revend en 1810 au notaire Jean Augustin Larrey déjà propriétaire de la partie sud. À ce moment les deux maisons sont réunies et constituent un seul ensemble.

Le corps sud correspond à la première campagne de construction au XVIIe siècle. À une époque indéterminée, le bâtiment nord s'appuie contre ce dernier (visible sur la façade postérieure). Enfin la façade sur rue est reprise et les deux corps sont réunis pour former une seule habitation avec le percement du mur médian.

Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle

Le bâtiment adopte un plan rectangulaire parallèle à la rue. L'ensemble est construit en moellon de granite avec encadrements et chaînages d'angles taillés. La couverture d'ardoise avec faîtage de tuile est portée sur des pignons découverts. Le rez-de-chaussée est surmonté d'un étage carré et d'un étage de comble, partiellement habitable.

Tandis que le corps nord présente une façade à travées régulières avec fenêtres à feuillure au premier étage, le corps sud est percé d'ouvertures aux arrêtes chanfreinées et possède des lucarnes rabotées, décorées de motifs végétaux.

Le rez-de-chaussée est constitué de deux vastes salles. Elles sont séparées par un couloir traversant accueillant l'escalier en bois à balustres en planches découpées. Il monte jusqu'au comble et assure aujourd'hui l'accès aux étages des deux maisons. L'escalier qui distribuait autrefois les étages de la partie sud n'est pas conservé. Il est impossible de déterminer son emplacement. La partie sud conserve des poutres et un solivage ancien. À l'étage un remplissage de terre et de paille autrefois couvert d'un enduit de chaux assure l'isolation entre les niveaux. Deux cheminées en bois à trumeau de la fin du XVIIIe siècle retiennent l'attention. Le trumeau de la cheminée du rez-de-chaussée conserve une toile peinte. Dans le comble, les arbalétriers de la charpente sont régulièrement percés de trous circulaires pour recevoir un chevillage.

Le jardin se développe sur toute la largeur de la façade postérieure. On y observe une Vierge à l'Enfant en plâtre sous un dais de zinc ainsi qu'une citerne maçonnée et une vasque.

Mursgranite
moellon
Toitardoise, tuile
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert

La maison conserve des éléments de la fin du XVIIIe siècle (escalier, cheminées en bois). L'isolation des planchers avec un mélange à base de terre couvert de carrelage a rarement pu être observée en milieu urbain.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Bibliographie
  • LANCIEN, Josick. De l'occupation du sol dans la ville close de Guérande de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Les cahiers du pays de Guérande, n° 45, 2005-2006.

    p. 61-62.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Dufrêche Frédéric
Frédéric Dufrêche

Société Atemporelle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.