Dossier collectif IA44003641 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Les blockhaus de Guérande
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

  • Dénominations
    blockhaus
  • Aires d'études
    Guérande
  • Adresse
    • Commune : Guérande

42 ouvrages allemands intégrant le Mur de l'Atlantique construit entre le printemps 1942 et le printemps 1944 par l'organisation Todt ont été repérés sur la commune de Guérande (Fig. 1). Ces ouvrages s'inscrivaient dans le secteur dit de La Turballe (secteur TU) structuré par l'état-major allemand. Ce secteur s'étendait de la Vilaine jusqu'au sud-ouest de la commune de Pornichet. Il englobait les communes de Mesquer, Piriac-sur-Mer, La Turballe, Guérande, Le Croisic, Batz-sur-Mer, Le Pouliguen, La Baule et Pornichet.

Le secteur TU était occupé par le premier et le second bataillon du 983e Régiment d'Infanterie de la 275e Division d'Infanterie. Les 19e et 29e compagnies d'Infanterie de forteresse venaient compléter ce dispositif (Fig. 2).

Deux régiments d'infanterie possédaient des batteries d'artillerie sur la commune de Guérande. Le III/AR 275 tenait deux de ses trois batteries au Clos-Bertin (8/AR 275) et à la Garenne (9/AR 275), la dernière se situant aux Carpadoux (7/AR 275) sur la commune de la Turballe. Le II/AR 275 disposait deux de ses trois batteries à Villejames (4/AR 275) et à Cannevé (5/AR 275). La dernière était postée aux Landes (6/AR 275) sur la commune de La Baule.

Outre ces trois batteries d'artillerie, les ouvrages fortifiés situés sur Guérande se composaient d'un poste d'observation basé à Clis (Fig. 3), destiné à orienter les batteries d'artillerie du Clos-Bertin, de La Garenne et des Carpadoux, et d'un ensemble de blockhaus à usage passif probablement liés au commandement à Kerquessaud.

Par ailleurs, divers édifices actifs et passifs dont la fonction reste parfois incertaine ont été repérés à l'intérieur même de la ville ou dans les faubourgs.

Les types d'ouvrages

Deux types d'ouvrages peuvent être distingués : les ouvrages actifs et les ouvrages passifs.

Les ouvrages actifs

Les ouvrages actifs regroupent les ouvrages fortifiés à vocation offensive. Une partie d'entre eux sont équipés de grandes embrasures de tir avec une grande pièce centrale qui accueillait le canon comme la casemate de type H 667 défendant le poste d'observation de Clis (Fig. 4). Elles peuvent également abriter des canons de plus faibles calibres (105 mm) comme les casemates de type H 669 (Fig. 5) observés à Cannevé (Fig. 6), à Villejames (Fig. 7), à La Garenne ou au Clos-Bertin (Fig. 8).

Les ouvrages passifs

L'ouvrage passif, à caractère défensif, est équipé d'une, de deux, voire de trois entrées étroites. Il ne possède aucun armement exception faite parfois d'une mitrailleuse de protection rapprochée installée au sommet d'un tobrouck intégré à l'édifice. C'est un abri pour la troupe généralement à une pièce (type H 668, à Villejames et à Cannevé ; Fig. 9 et 10) ou deux pièces. Cela peut également être un abri pour le stockage de munitions mais aussi un poste de commandement comme celui observé à Kerquessaud (type L 479) (Fig. 11), un poste de tir, un poste de transmission, une infirmerie, etc.

Les sites

6 sites principaux ont été localisés à Guérande : 4 batteries d'artillerie (Villejames, Cannevé, Le Clos-Bertin et La Garenne), un site d'observation (Clis) destiné à orienter les tirs des batteries du Clos-Bertin, de La Garenne et des Carpadoux (La Baule), un site lié au commandement (?) (Kerquessaud) et divers édifices urbains ou dans les faubourgs plus ou moins bien identifiés.

Les batteries d'artillerie

Villejames

Batterie d'artillerie composée de 4 ouvrages actifs (casemates de type H 669) et de 4 ouvrages passifs (au moins 3 bunkers de type H 668).

Cannevé

Batterie composée de 4 ouvrages actifs (casemates de type H 669) et de 2 ouvrages passifs (abris de type H 668).

Le Clos-Bertin

Batterie d'artillerie composée de 4 ouvrages actifs (casemates de type H 669) et de 2 ouvrages passifs.

La Garenne

Batterie d'artillerie composée de 4 ouvrages actifs (casemates de type H 669) et reste d'une ancienne tour (?).

Le site d'observation de Clis

Site d'observation composé d'un ouvrage de défense ou d'observation en ruine. De deux bunkers passif et d'un ouvrage actif (casemate de type H 667).

Le site de commandement (?) de Kerquessaud

Site composé de 5 ouvrages passifs dont un de type L 479.

Les ouvrages divers

9 ouvrages parmi lesquels deux actifs (Saillé et Kercandon), 1 passif (22 faubourg Saint-Michel) et 6 non reconnus (14 boulevard du Général-de-Gaulle, 109 faubourg Saint-Michel, Centre ville, 9 rue de Kerjeanne, Kervrenel).

  • Toits
    béton en couverture
  • Murs
    • béton armé
  • Décompte des œuvres
    • bâti INSEE 7 625
    • repérées 42
    • étudiées 4

Bibliographie

  • ANDERSEN BÖ, Patrick. Le mur de l'Atlantique en Bretagne, 1944-1994. Rennes : Éditions Ouest-France, 1994.

  • LEMERLE, Éric. Inventaire des vestiges constitutifs de l'ancien mur de l'Atlantique en Loire-Atlantique. Nantes : Direction régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire, 1997. 2 vol.

Annexes

  • Tableau de repérage.
Date d'enquête 2007 ; Date(s) de rédaction 2007
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Ville de Guérande