Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fontaine de Saint-Mainbœuf, 86 rue Saint-Mainbœuf, Fontevraud-l'Abbaye

Dossier IA49010710 réalisé en 2010

Fiche

Cette fontaine est à noter tant pour sa structure, que l'on peut estimer dater d'un large XVIe siècle, que pour les traditions folkloriques qui lui furent associées.

Appellationsde Saint-Mainboeuf
Dénominationsfontaine
Aire d'étude et cantonFontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
Hydrographiesruisseau de Saint-Mainbœuf
AdresseCommune : Fontevraud-l'Abbaye
Lieu-dit : la Fontaine de Saint-Mainbœuf
Adresse : 86 rue
Saint-Mainbœuf
Cadastre : 1813 F1 394

La documentation médiévale (rare pour ce secteur de Fontevraud où l'habitat était très peu présent avant le XIXe siècle) ne fait aucune mention d'une quelconque fontaine ou source Saint-Mainbœuf.

Parmi les confronts d'un jardin, en 1482, il n'est mentionné là qu'un ruisseau désigné comme une bournée, c'est-à-dire un lit formé du ruissellement d'eaux pluviales, issu des reliefs de la Grande Forêt, à l'est, et qui semble rejoindre, à l'ouest, le cours de l'Arceau. En novembre 1605, une reconnaissance de la même parcelle mentionne cette fois-ci un ruisseau venant de la fontaine Saint-Maimbeuf. Peut-être faut-il identifier comme désignant cette fontaine le rézervoir construit vers 1600, toujours aux abords de cette même parcelle de jardin, à moins qu'il ne s'agisse, dans ce dernier cas, d'un des réservoirs de retenue d'eau que l'on trouvait au XVIIe siècle sur le cours du ruisseau du moulin de la Courvoiserie, autre confront de ce jardin.

Il est en tout cas vraisemblable que cette fontaine ait été construite entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle. À l'examen, les maçonneries, même si elles furent ponctuellement reprises par la suite, sont d'ailleurs cohérentes avec une édification au cours de cette période.

Ce n'est donc peut-être que tardivement, pas avant le XVIe ou le XVIIe siècle, que placée sous le vocable de Saint-Mainbœuf (du nom d'une chapelle voisine détruite en 1970), l'eau de cette fontaine fut associée au culte de ce saint dont l'invocation passait pour guérir les maladies des yeux, selon une tradition orale indiquant que l'on venait encore là dans ce but dans les premières décennies du XXe siècle.

La fontaine est déclarée comme propriété communale à l'état des sections du cadastre napoléonien de 1813.

À la fin du XXe siècle, les moellons des parois de la fontaine et du parapet étaient en grande partie disjoints. Elle fut alors restaurée par la commune en 2000-2001, avec notamment le soutien de la Fondation du patrimoine et de l'Association de sauvegarde du patrimoine de Fontevraud. La fontaine était à l'origine à ciel ouvert, mais il fut, à cette occasion, décidé de la doter d'une toiture.

Période(s)Principale : 15e siècle , (?)
Principale : 16e siècle , (?)
Principale : 17e siècle , (?)
Secondaire : limite 20e siècle 21e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

En forme de profond réservoir, cette fontaine collecte des eaux, souterraines ou de ruissellement, qui dès lors prennent le nom de source Saint-Mainbœuf, pour alimenter le lavoir des Roches une soixante de mètres en aval, avant de rejoindre l'Arceau. Ce tracé actuel ne résulte cependant que de modifications des derniers siècles, les lits des cours d'eau de Fontevraud ayant en effet presque tous été modifiés au fil du temps, notamment aux environs de l'abbaye et un peu plus au nord.

La fontaine est constituée d'une fosse quadrangulaire d'un peu plus de 4 mètres de côté par environ 5,5 mètres de profondeur, creusée jusqu'à un sol imperméable qui forme le lit de la source. Les parois en ont été stabilisées par des murs de soutènement en moellons de tuffeau équarris à tête dressée qui montent jusqu'à former un parapet protégeant les abords de la fontaine. Un escalier droit en maçonnerie établi contre la paroi nord permet de descendre jusqu'au fond de la fontaine où l'on accède à l'eau, L'arrivée et l'écoulement de la source ont été aménagés sous forme de canalisations maçonnées et voûtées.

Jusqu'alors à ciel ouvert, la fontaine fut dotée d'un toit en pavillon sur poteaux, couvert d'ardoises, à l'issue des restaurations de 2000-2001.

Mursmoellon
Toitardoise
Couverturestoit en pavillon
Escaliersescalier intérieur : escalier droit en maçonnerie
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • AD Maine-et-Loire. 101 H 159. Abbaye de Fontevraud. LARDIER, Jean (dom). Volume septiesme, inventaire des titres de la Petite Recepte de Font-Evraud divisé en 3 cantons, etc., manuscrit, Fontevraud, 1658 (1658, mis à jour jusqu'en 1756).

    Sous le numéro 179, qui renvoie à une rente de douze livres de chanvre dues au titre de la Fresche de la Courvoiserie, le cours d'eau et la fontaine apparaissent sous diverses mentions :

    - reconnaissance du 28 janvier 1482 (n. s.), concernant trois boissellée de terre ou environ séant à la Courvoiserie joignant le ruisseau du moulin d'une part, d'autre part au cours de la bournée

    - transaction du 11 novembre 1600, portant obligation d'arrérages de 6 lt. de chanvre moitié de douze, l'autre moitié ayant esté cy devant déduite pour raison d'un chemin et d'un rézervoir pris par Madame de cette cour sur le chenevrau sujet aux 12 lt. ;

    - reconnaisance du 15 février 1605, relative à une pièce de terre en chenevreau contenant quatre boissellée ou environ près le moulin de la Courvoiserie, joignant d'une horée le ruisseau dudit moulin, d'autre le ruisseau venant de la Fontaine Saint-Maimbeuf .

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Maine-et-Loire. 101 H 159. Abbaye de Fontevraud. LARDIER, Jean (dom). Volume septiesme, inventaire des titres de la Petite Recepte de Font-Evraud divisé en 3 cantons, etc., manuscrit, Fontevraud, 1658 (1658, mis à jour jusqu'en 1756).

  • AD Maine-et-Loire. O 559. Communes. Fontevraud-l'Abbaye. Plan géométrique de la fontaine Saint-Mainbœuf dont les eaux alimentent les lavoir et abreuvoir situés dans le canton des Roches, commune de Fontevrault", encre sur papier (1821).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine - Stalder Florian