Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne école Saint Jean, 17 rue de Saillé

Dossier IA44004310 réalisé en 2005

Fiche

Précision dénominationde garçon
Appellationsécole Saint Jean
Destinationsécole, perception, bibliothèque
Dénominationsécole
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Adresse : 17 rue de
Saillé
Cadastre : 1989 AK 140

En 1827, la première institution des frères de Ploërmel est installée dans la rue Sainte-Catherine dans une maison donnée par Charles Fouquet de Kersalio, afin de servir d'école chrétienne de garçons (donation du 28 août 1827). Les bâtiments consistent en une salle, salon, office et cuisine au rez-de-chaussée, trois chambres et cabinet au premier étage, grenier au dessus, cour avec puits, grande écurie avec grenier au-dessus. Après des travaux faits vers 1848 par l'entrepreneur Louis Michée, les bâtiments sont délaissés car peu fonctionnels.

Suite à l'acquisition de l'ancien hôtel-Dieu par la ville de Guérande (en 1853), les frères s'installent dans les bâtiments nouvellement acquis, plus vastes. Le conseil municipal vote le 12 octobre 1856 la démolition des «mauvais bâtiments» pour agrandir la cour. Les bâtiments à détruire sont une maison en ruine et deux petites pièces contiguës au cellier. Les registres de délibération du conseil municipal de Guérande précisent lors de la séance du 28 décembre 1856, que l'école de garçon est transférée à l'hôpital Saint-Jean.

En 1872, devant le mauvais état des bâtiments à l'ouest de la place Saint-Jean, l'idée de remplacer les anciens bâtiments fait jour. L'architecte du département, Bourgerel, propose un projet de reconstruction intégrant au rez-de-chaussée classes adultes (partie avant sur la rue de Saillé), cellier, chambre de domestique et buchelier (partie arrière sur la place Saint-Jean), au premier étage bibliothèque et lingerie (partie avant sur la rue de Saillé), salle de dessin (partie arrière sur la place Saint-Jean). Un second projet du même architecte, non daté, propose une affectation différente des lieux : trois chambres de domestiques, office, parloir et vestibule au rez-de-chaussée, dortoir et infirmerie au premier étage.

Devant le coût des travaux (9034 francs), le conseil municipal demande un secours que la préfecture refuse. Il lance les travaux et vote l'acquisition de la maison voisine appartenant à la famille Bidan pour l'annexer à l'école. Les travaux sont attribués à l'entrepreneur guérandais Louis Michée. Selon les pièces d'archives, ils sont achevés en novembre 1872. Une nouvelle demande de secours pour les travaux de la maison Bidan est refusée en 1874 par le ministère. En effet, ce dernier estime que les salles prévues par l'architecte Bourgerel (salle de dessin, classe pour adultes et cabinet d'histoire naturelle) ne sont « guère utiles pour une ville comme Guérande». Finalement une aide de 3000 francs est attribuée en vue de la «reconstruction d'une maison d'école».

Vers 1882, un préau couvert en charpente est construit par Louis Michée.

Aà la suite des lois interdisant aux congréganistes d'enseigner dans les écoles publiques, les frères de Ploërmel quittent les lieux et s'installent dans de nouveaux bâtiments à l'entrée du faubourg Bizienne en 1891.

Au début du XXe siècle, après la reconstruction des halles de la ville, le bâtiment donnant dans la rue de Saillé accueille la justice de paix, une salle de musique et une salle pour la mutualité. Des travaux sont effectués : pose d'un escalier en pichepin, pose de cloisons en brique plâtrière enduite, restauration et remplacement des plafonds.

Plus tard, l'hôtel des impôts s'installe dans le bâtiment, avec la perception au rez-de-chaussée, le bureau et logement du percepteur au premier étage, le logement d'un employé de la perception au deuxième étage.

Aujourd'hui la bibliothèque occupe le rez-de-chaussée du bâtiment.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle

Le bâtiment se compose deux parties individualisées par le jeu des toitures à deux pans. La façade principale se développe sur la rue de Saillé. Elle présente une organisation de travées régulières de fenêtres cintrées au rez-de-chaussée et rectangulaires au premier étage. La porte décalée sur le côté ouvre sur un dégagement distribuant l'escalier tournant en bois du début du XXe siècle. La partie arrière, donnant sur la place Saint-Jean est flanquée à l'angle est d'une tourelle circulaire en surplomb à toiture conique.

À l'intérieur, au premier étage, le jambage d'une cheminée est visible sur le mur arrière. Il indique que la construction de l'école au XIXe siècle s'est faite en s'appuyant sur un bâtiment préexistant, sans respecter les niveaux de planchers.

Mursgranite
enduit
moellon
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
flèche conique

Le bâtiment présente essentiellement un intérêt historique. Il ne possède pas d'élément d'architecture particulier.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique. 2 O 69-3. École de garçons. Réparations (1848-1849) ; acquisition et restauration des bâtiments et dépendances de l´hospice pour y installer l´école communale de garçons (1853-1861) ; agrandissement et restauration (avec plans, 1872-1875) ; construction d´un préau (1880-1883). [1848-1883].

  • Archives communales de Guérande. 1 M 6. Installation d'une justice de prix, d'une salle de musique et d'une salle de mutualité. Série de prix, conditions d'exécution des travaux, procès verbal de réception, délibération, affiche, note.

  • Archives communales de Guérande. 4 M 3.

  • Archives communales de Guérande. 4 M 11.

  • Archives communales de Guérande. 4 M 85.

  • Archives communales de Guérande. 5 M 16.

Bibliographie
  • 150 ans au service de l´éducation. Historique de l´école Saint-Jean Baptiste. Le Croisic, coll. Chapeau Vivant, 1980.

    p. 7-12.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Dufrêche Frédéric
Frédéric Dufrêche

Société Atemporelle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.