Logo ={0} - Retour à l'accueil

Abri troglodytique à usage de dépendances, dont un four, 13 rue Saint-Lazare, Fontevraud-l'Abbaye

Dossier IA49010734 réalisé en 2010

Fiche

Vraisemblablement daté de la fin du Moyen Âge (2e moitié XIIIe-milieu XVe siècle ?), cet abri troglodytique en site plat témoigne de l'ancienneté de pratiques qui consistent, indépendamment d'un bâti, à aménager des dépendances en sous-sol : ici un four et des espaces de stockage.

Parties constituantes non étudiéesfour
Dénominationsabri troglodytique
Aire d'étude et cantonFontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
AdresseCommune : Fontevraud-l'Abbaye
Lieu-dit : l' Ânerie
Adresse : 13 rue
Saint-Lazare
Cadastre : 1813 E 925 ; 2011 F 263

Cet abri troglodytique doté d'un four date de la fin du Moyen Âge (entre la seconde moitié du XIIIe et le milieu du XVe siècle). À la suite d'un partage de succession, il connut des transformations vers la fin du XVIIe siècle (après 1693) : ajout de doubleaux et de murs de confortement, rétrécissement de l'ouverture d'un arc par des alettes ; le règlement de l'usage du four entre les copartageant de 1693 est très précise.

Une galerie, à l'ouest, s'effondra à une date non déterminée (peut-être avant 1693, car elle est alors absente du descriptif).

Période(s)Principale : 2e moitié 13e siècle , (?)
Principale : 14e siècle , (?)
Principale : 1ère moitié 15e siècle , (?)
Secondaire : limite 17e siècle 18e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Il s'agit d'un abri troglodytique à usage de dépendances, aménagé en site plat et résultant de l'excavation d'une descente de cave et du percement de galeries dans des strates de calcaire coquillier.

Encadrée de murs de soutènement en moellons de tuffeau, la descente de cave est à ciel ouvert, avec degrés aujourd'hui très érodés. L'entrée de l'abri, à environ 6 mètres de la surface, est couverte d'un rouleau plein-cintre délimitant un tympan avec la voûte grossièrement brisée (remaniement ?) du vestibule.

L'abri est constitué de trois travées en enfilade, d'axe nord-sud, à roche en couverture et séparées par deux arcades brisées. Ces travées desservent des cavités latérales. Certaines des parois de l'abri sont maçonnées (en moellons ou en moyen appareil de tuffeau) et d'autres non.

La première travée, au nord, d'un plan proche du carré (environ 3x3 m) distribue, à l'ouest, par une ancienne porte basse couverte d'un arc brisé et chanfreiné, une galerie aujourd'hui effondrée ; à l'est, une large arcade brisée ouvre sur une salle peu profonde. Cette arcade fut diminuée par des alettes pour ne former qu'une étroite porte de communication, selon les consignes du partage de succession 1693.

Au sud de cette première travée et pour en réduire la longueur, un mur fut érigé selon les mêmes consignes et doté d'une porte qui précède l'arcade menant à la travée suivante.

Cette deuxième travée (environ 3x3 m) est dotée, à l'est, d'une cheminée et d'un four, très probablement contemporains de l'aménagement de la galerie, mais construits en un second temps. Occupant toute la largeur comprise entre les deux arcades qui délimitent cette travée, le faux manteau en arc brisé et chanfreiné et la hotte droite de la cheminée, reposent sur deux puissants corbeaux en quart-de-rond eux aussi chanfreinés. Entre le manteau et le four, un petit espace correspond au conduit de cheminée, de section circulaire et en partie appareillé, qui traverse les strates supérieures pour échapper en surface par une souche qui s'élevait au sol dans le jardin. En partie postérieure, le contre-cœur était percé d'une bouche qui donnait sur le four, creusé dans la roche et couvert d'une voûte appareillée. Le four ayant été abandonné par la suite (XIXe ou XXe siècle), la sole, en roc fut, selon un mode de transformation fréquent localement, défoncée jusqu'au niveau du sol et la bouche du four fut transformée en porte pour en faire un petit caveau.

Une arcade brisée et chanfreinée sépare la deuxième de la troisième travée, au sud, de volume plus réduit.

Mursmoyen appareil
moellon
Couvrementsroche en couvrement
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • AD Maine-et-Loire. 5 E 38 / 175. Notaires. Partage de la succession Chesneau-Rouault (18 mars 1693).

    Parmi les cinq lots établis lors de ce partage de succession, trois se divisent la cave (lots 1 à 3) avec un accès détenu en commun et évoquent les transformations à y faire qui correspondent aux remaniements modernes que l'on peut y relever (mur de séparation et alettes) :

    1er lot (Jacques le Court et sa femme) :

    « [...] la moitié dans une portion de la grande cave dont l'entrée est dans ledit jardin, laquelle portion est à prendre depuis et compris la dernière arcade de ladite cave à tirer au fond d'icelle cave ou à prendre ladite moitié du costé du four qui est dans ladite grande cave ; pour séparer laquelle moitié sera fait entre ce lot et le troisième et à leurs frais communs un parpin de pierre de taille qui sera relégué depuis et comprise la clef de ladite arcade à tirer d'une croix qui a esté faite dans l'endroit le plus au fond de ladite cave et sera ledit parpin élevé jusqu'au ciel de ladite cave ; pour aller dans laquelle moitié de portion de cave et pour y voiturer du vin et ce que semblera à celuy qui aura ce lot, aura ce mesme lot communauté avec les second, troisième et quatrième lot par ladite grande porte et allée et cour ; plus son usage audit four, le lundi et le mardi de chacune semaine pour y faire cuir tout ce que bon luy semblera et sera tenu pour un tiers de l'entretien tant du four que des ustensiles [...] ».

    2e lot (Pierre Chesneau le Jeune) :

    « [...] l'autre moitié de la susdite portion de cave estant à main droite et sera tenu de contribuer pour une moitié à la construction dudit parpin de séparation d'entre ce lot et le premier [...] ; son usage audit four le mercredi et le jeudi [...] ».

    3e lot (Catherine Chesneau) :

    « un petit bras de cave estant à main gauche en entrant dans ladite grande cave, lequel bras celuy qui aura ce lot pourra faire renfermer dans l'épesseur de l'arcade dudit bras ; son usage dudit four, le vendredi, samedi et dimanche [...] ».

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Maine-et-Loire, Angers. 5 E 38 / 175. Notaires. Partage de la succession Chesneau-Rouault (18 mars 1693).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine - Stalder Florian