Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de sellerie et portes-monnaies Sabouraud puis Guignard, rue de la Fosse

Dossier IA85002031 réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiéesatelier
Dénominationsusine de maroquinerie
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : L'Île-d'Elle
Lieu-dit : Bourg
Adresse : rue
de la Fosse
Cadastre : 1834 D 512 ; 2017 AD 255, 287 et 288

L'usine est fondée dans les années 1920 par deux frères, Clotaire (1879-1960) et Fulgence Sabouraud (1883-1967). Le premier, bourrelier, d'abord parti à Sarcelles, près de Paris, est revenu à L'Île-d'Elle pour créer la fabrique de sellerie, spécialisée notamment dans la fabrication de portes-monnaies de type "cuvette". Il obtient même le 10 octobre 1925 un brevet de "nouveau procédé permettant de coudre à la machine les articles de maroquinerie et de sellerie", appliqué à ce type de porte-monnaie. Un autre brevet d'invention, obtenu le 20 octobre 1958, permet d'améliorer encore la technique d'assemblage en angle. Autre innovation : en 1935, Clotaire Sabouraud met au point un ballon de football formé de douze puis dix-huit morceaux de cuir, en supprimant le laçage sur l'enveloppe du ballon qui cachait la valve ; plus tard, il inventera un nouveau procédé d'enveloppe faite de morceaux hexagonaux et pentagonaux.

Après la mort des frères Sabouraud, l'usine est reprise par le petit-fils de Fulgence, Jacques Guignard. Face à la concurrence des produits asiatiques, elle cesse ses activités en octobre 1996. La partie est de l'atelier, à l'angle de la rue de la Fosse et de la rue des Jardins, est remplacée dans les années 2000 par une nouvelle construction.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle

L'ancienne usine se trouve dans le bourg. Elle occupait une grande part de la partie sud de la rue de la Fosse. Quatre corps de bâtiments parallèles se succédaient le long de la rue, y présentant leur façade en pignon, percée d'une large fenêtre horizontale. L'entrée de l'usine se trouvait dans une partie en retrait entre deux de ces corps de bâtiments. Des bâtiments annexes, également accolés perpendiculairement à la voie, se trouvaient rue des Jardins, au nord des précédents.

Mursbéton enduit
Toittuile creuse
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
État de conservationdésaffecté
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Extrait de "Les industries de chez nous", Ouest Eclair, 30 avril 1941, concernant l'usine Sabouraud.

    Ce n'est pas une galéjade. Le portemonnaie cuvette a été créé à l'Ile d'Elle et ses fabricants, MM. Sabouraud frères, ont pris brevet dés 1926.

    Qu'est-ce que le portemonnaie cuvette ? C'est le réticule en forme de fer à cheval et dont les deux faces s'emboîtent exactement l'une dans l'autre, la première faisant office de tiroir-magasin. Vous ouvrez et vous faites glisser les pièces de monnaie dans la seconde qui se termine par un rebord elliptique.

    Ni fermoir métallique, ni fermeture éclair le portemonnaie "cuvette" ou "sabot" ressemble à un portefeuille.

    — Quels cuirs employez-vous ? avons-nous demandé à l'un des dirigeants ?

    — Les cuirs de porc, de vache, de chèvre, de mouton, le box ; bref, tous les cuirs qui existent pratiquement dans le commerce, mais nous ne les utilisons qu'en très faible épaisseur, de 8/10e à 1 millimètre.

    — Pourriez-vous nous expliquer la fabrication ?

    — Avec plaisir. Les feuilles de cuir sont découpées par des machines. Tous les morceaux sont ensuite réunis, c'est ce qui s'appelle : l'apprêt. Puis l'on procède au montage. Les portemonnaies sont cousus par des machines spéciales qui permettent d'imiter, à s'y méprendre, la couture main. Le portemonnaie cuvette est un portemonnaie fantaisie en grande vogue depuis quelques années.

    — Ainsi donc, pas de travail manuel ?

    — Ah ! si. En plus des porte-monnaies, nous confectionnons des étuis à cigarettes ; certains de ceux-ci sont réellement cousus à la main par des ouvrières à domicile. Ce sont, d'ailleurs, des articles de luxe qui se vendent avec facilité.

    — Vous n'avez pas lancé d'autres modèles de portemonnaies ?

    — Non, nous ne produisons strictement que le portemonnaie cuvette.

    — Grosse activité ?

    — En période normale, nous avons employé 17 ouvrières en atelier et 35 autres travaillant chez elles. Mais, actuellement, nous manquons de cuir.

    — Ne pourriez-vous avoir recours aux cuirs synthétiques ?

    — Même pénurie. C'est pourquoi, actuellement, nous "tournons" au ralenti. Et cependant, les commandes affluent."

    Avec une belle Insouciance, les jeunes ouvrières de la fabrique Sabouraud délaissent, pour un instant les portemonnaie dans lesquels rouleront, plus tard, des fortunes, - du moins espérons-le pour leurs propriétaires, — ont posé devant notre objectif. Elles ont eu de frais rires parmi quelques mots furtifs, échangés à voix basse. Les plus coquettes ont corrigé, d'un revers de main, des boucles brunes ou blondes folâtres..."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 1222 à 1228, 3559. État de section et matrices des propriétés du cadastre de L'Ile-d'Ellle, 1835-1958.

  • Centre de documentation du Parc du Marais poitevin, Saint-Denis-du-Payré. 2002-2003 : enquête anthropologique autour de la sellerie de L'Île-d'Elle.

  • Informations, documentation et notes de dépouillements d'archives transmises par M. Daniel Goguet (L'Île-d'Elle).

  • Informations transmises par M. Jacques Guignard (L'Île-d'Elle).

Documents figurés
  • Plan cadastral de L'Île-d'Elle, 1834. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 111).

Bibliographie
  • BOURDU Daniel (dir.). Le canton de Chaillé-les-Marais, coll. Mémoire en Images, Alan Sutton, 2004, 128 p.

    p. 117
  • GOGUET, Daniel. "Les ballons étaient Nellesais !", La Gazette marandaise, n° 365, mars 2013.

  • "Les industries de chez nous", Ouest Eclair, 31 avril 1941.

Multimedia
  • Sabouraud Frères, selliers à L'Île-d'Elle, film réalisé par le Parc interrégional du Marais poitevin, 2009.

Liens web

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis