Dossier IM44008434 | Réalisé par
Tableau : Crucifixion avec le curé prévôt et huit chanoines
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Guérande - Guérande
  • Commune Guérande
  • Adresse place Saint-Aubin
  • Emplacement dans l'édifice bras sud du transept ; mur ouest
  • Dénominations
    tableau
  • Titres
    • Crucifixion avec le curé prévôt et huit chanoines

L'emplacement original de ce tableau dans la collégiale n'est pas connu. Cependant, son format et sa taille sont ceux d'un tableau d'autel.

L'œuvre a été largement restaurée en 1961 et P.-M. Auzas note que la toile "maladroitement roulée, comportait [auparavant] de multiples cassures". La date de 1642 aurait été inscrite sur l'ancien cadre du XIXe siècle, remplacé en 1961, selon Le Bras, mais il ne semble pas que la signature et la date aient été vues lors de la restauration. Cependant le classement de 1908 faisait déjà état de l'auteur et de la date.

Quilgars affirme que le prévôt représenté serait Jean de Kermeno, ce que confirme une inscription portée la même année sur la cloche de l'horloge (tandis que la liste des prévôts dressée par l'Abbé Grégoire indique Jacques de Kervisio).

Le type iconographique du crucifié accuse un archaïsme par la torsion externe de la tête, la réduction extrême du périzonium et la présence d'anges volants évoquant l'image médiévale du sang recueilli. L'œuvre est davantage un portrait collectif qu'un calvaire, et use hâtivement de la tradition iconographiques pour une scène biblique qui sert de cadre, mais non de prétexte, aux personnages locaux. Si ceux-ci sont peints avec plus de soin et de compréhension, ils figurent cependant en donateurs d'un tableau, œuvre votive qui pourrait provenir de l'autel de la Sainte-Croix, l'un des autels autrefois placés devant le jubé, à l'entrée de l'espace canonial par conséquent.

Tableau de forme sensiblement carrée, conjuguant la représentation du calvaire avec la mémoire du chapitre collégial. Le Christ a les bras largement étendus, la tête renversée vers l'arrière et les pieds cloués indépendamment, posés sur un curieux socle, bien différent du traditionnel subpedaneum. La Vierge et saint Jean sont disposés non de part et d'autre mais tous deux à la droite du Christ, et ont pour pendant le curé-prévôt. Celui-ci est en costume de cérémonie et porte mitre et crosse. Le pluvial et la mitre sont taillés dans le même brocart italien et les orfrois brodés d'or et de soie sont ornés de figures de saints brodées d'or et de soie. Autour de lui font cercle les huit autres chanoines, trois de chaque côté au premier plan, les deux derniers fermant la composition au second rang, vêtus de leur costume de chœur (tel qu'il sera repris dans la tenue d'hiver à la fin du XIXe siècle), et tenant la barrette à la main. Tous regardent non le Christ mais les spectateurs. Deux anges en vol sous les bras du Christ évoquent ceux qui recueillaient le sang du Christ dans les représentations de la fin du Moyen Age, mais esquissent sur ce tableau un geste vague. Le cadre de ce tableau est en bois, mouluré et doré.

  • Catégories
    peinture
  • Structures
    • surface, carré
  • Matériaux
    • toile, support peinture à l'huile
  • Précision dimensions

    Dimensions à l'ouverture du cadre : h = 258 ; la = 245. Dimensions totales (selon Lebras) : h = 340, la = 265. Hauteur incertaine.

  • Iconographies
    • scène biblique, Calvaire, ange, Dieu le Père
    • groupe de figures, chanoine, chapeau chanoine, debout, agenouillé, supérieur, prière, costume religieux
    • soleil: crépuscule
  • Précision représentations

    Les pieds du Christ sont juxtaposés sur deux subpedanem ; le texte du titulus est rédigé en entier.

  • Inscriptions & marques
    • signature, peint
    • date, peint
    • date, peint, illisible
  • Précision inscriptions

    Jacob Quatroulx 1642 (rocher sous la croix) ; Jacob pinxit (à gauche de l'inscription précédente).

  • État de conservation
    • œuvre restaurée
  • Précision état de conservation

    Oeuvre restaurée en 1961 par Malesset sous le contrôle de Pierre-Marie Auzas (châssis neuf à clés, enlèvements des ajouts et repeints) ; cadre neuf par M Lebeau.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
  • Protections
    classé au titre objet, 1908/12/05

Bibliographie

  • LE BRAS. Un peintre méconnu du XVIIe siècle : Jacob Quatroulx. Monuments historiques, 1968, III.

    p. 137-138.
Date d'enquête 1986 ; Dernière mise à jour en 2007
(c) Conseil général de Loire-Atlantique
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Monuments historiques
Articulation des dossiers