Logo ={0} - Retour à l'accueil

Station de la ligne des tramways de la Sarthe du Mans à Mamers puis lotissement concerté, 12-14 rue de Horncastle et 2-22 Rue Léo Delibes.

Dossier IA72058489 réalisé en 2015

Fiche

Parties constituantes non étudiéesimmeuble à logements
Dénominationsgare, lotissement concerté
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Maine 301 - Bonnétable
AdresseCommune : Bonnétable
Adresse : 12-14 rue , de Horncastle, 2-22 rue
Léo Délibès
Cadastre : PCI 2016 AL 113-126

La ligne des tramways de la Sarthe fut déclarée d'utilité publique en 1895 et ouverte en 1897. Construite selon le plan-type établi par l'ingénieur Faliès, la station Bonnétable-ville comprenait trois voies principales et plusieurs voies transversales desservies par trois plaques tournantes ainsi qu'un bureau et un abri pour les voyageurs. La station fut complétée vers 1902 par une nouvelle gare, bâtiment à étage distribué en bureau et logement de chef de gare, peut-être construit sur les plans de l'ingénieur Louis Harel de La Noë. La ligne fut fermée en 1947.

Vers 1952, la station fut démolie à l'exception de la gare réaffectée au service des Ponts et Chaussées. Sur l'emprise ainsi dégagée, l'Office Public Départemental d'H.L.M. créa un lotissement concerté de 12 logements répartis en cinq bâtiments à étage (deux bâtiments de trois logements et trois bâtiments de deux logements), au gabarit réglé sur celui de l'ancienne gare et distribué par une impasse reprenant le tracé de l'ancienne voie ferrée. Selon les plans dressés en 1952 par les architectes manceaux J.M. Leroux-Hugon et Henri Commissaire et modifiés l'année suivante, il était prévu un gros-oeuvre à ossature de béton armé et remplissage de briques et de parpaings de ciment, une charpente en bois et une couverture en tuiles mécaniques. Chaque logement doit comprendre une cave en sous-sol, au rez-de-chaussée une salle d'eau, un débarras, une remise avec accès indépendant puis au fond la cuisine et la salle de séjour, et à l'étage trois chambres et cabinet de toilette. Les travaux furent exécutés en 1954 conformément aux plans par les entreprises de maçonnerie Guérin à Tuffé, de charpente Besnardeau et de couverture Lamour. Il s'agit des premiers logements HLM de la ville.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates1954, daté par source
Auteur(s)Auteur : Faliès Alfred
Alfred Faliès

Ingénieur, promotion 1853 de l'Ecole Centrale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Harel de la Noé Louis
Auteur : Leroux-Hugon J.M.
J.M. Leroux-Hugon

Architecte associé à Henri Commissaire, au 17 rue Berthelot, Le Mans. Les deux sont associés à H. Séjournet 3 rue Viete à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Commissaire Henri
Henri Commissaire

Architecte associé à J.M. Leroux-Hugon, au 17 rue Berthelot, Le Mans. Les deux sont associés à H. Séjournet 3 rue Viete à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

L'ancienne gare, à un étage carré, est construite en maçonnerie enduite, avec baies à chambranles de briques ou en ciment, et couverte d'un toit à longs pans et d'ardoises.

Le lotissement concerté comprend l'ancienne gare et cinq bâtiments de gabarit similaire, dont trois distribués en deux logements et deux distribués en trois logements. Les trois premiers sont situés de part et d'autre de l'ancienne gare, deux sur le même alignement et le troisième en retrait d'alignement. Les deux grands bâtiments sont placés perpendiculairement aux premiers, l'un à l'entrée du lotissement et le second au fond de l'impasse.

L'ancienne gare compte un étage carré. Elle est en maçonnerie enduite, possède des baies à chambranles de briques ou en ciment, et couverte d'un toit à longs pans et d'ardoises. elle est très remaniée.

Les autres bâtiments comptent un sous-sol et un étage carré. Ils sont en maçonnerie enduite. Les baies principale de l'étage, côté rue, sont munies de balcons, les toit à croupes sont couvert de tuiles mécaniques. Chaque cave est desservie par un escalier extérieur et chaque logement par un escalier dans l'oeuvre.

Mursmaçonnerie enduit
Toitardoise, tuile mécanique
Plansplan rectangulaire régulier
Étagessous-sol, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur
escalier dans-œuvre
États conservationsremanié, bon état
Statut de la propriétépropriété d'un établissement public départemental
propriété privée (?), Certains logements semblent aujourd'hui propriété privée.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 29/31. Matrice des propriétés foncières 1838-1913. (3 P 29 : folios 1 à 700. 3 P 30 : folios 701 à 1400, avec table alphabétique générale des propriétaires pour les trois volumes. 3 P 31. folios 1401 à la fin).

  • Archives départementales de la Sarthe : 3 P 40 / 38-39. Matrice des propriétés bâties 1882-1911. (3P 38 : cases 1 à 600. 3 P 39 : cases 601 à la fin, avec table alphabétique générale des propriétaires pour les deux volumes).

  • Archives départementales de la Sarthe : 3 P 40 / 40-42. Matrice des propriétés bâties. 1911-1975. (3 P 40 : cases 1 à 696, avec table alphabétique générale des propriétaires pour les trois volumes. 3 P 41 : cases 697 à 1516. 3 P 42 : cases 1517 à la fin).

  • AD Sarthe : 727 W 443. Direction départ de la construction 1961-1963. Bonnétable 12 logements.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 727 W 443
Bibliographie
  • SABLE Lucien. Terres de Bonnétable (terres d'histoire et de légende). La Ferté-Bernard, Bellanger et fils, 1971.

    p. 131
  • WAGNER, CLaude. Les tramways de la Sarthe : du XIXe siècle aux années 2000. Le Mans : Éd. de la Reinette, 2003. 287 p.

    p. 147
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Hardy Julien