Logo ={0} - Retour à l'accueil

Presbytère, 3 rue de la Gare, Connerré

Dossier IA72058710 inclus dans Bourg de Connerré : faubourg du Lion (d'or) et avenue Carnot réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiéeslogement, mur de clôture, portail, cour, remise, grange
Dénominationspresbytère
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
AdresseCommune : Connerré
Adresse : 3 rue de la
Gare
Cadastre : 1836 C2 219 ; 2018 AB 186

Le cartulaire de l'abbaye de Saint-Vincent du Mans cite déjà en 1100 un presbytère à Connerré, alors cédé par le seigneur du lieu à ladite abbaye. Par la suite, le prieuré-cure fondé par les moines prend en charge la fonction paroissiale. Un presbytère n'est de nouveau mentionné à Connerré qu'au XVe siècle (le premier curé connu, Jehan Mailloche, officiait dans les années 1420), lorsque le prieuré devient prieuré simple. Selon un état de la paroisse de 1903, faisant référence à un mémoire disparu, "le presbytère actuel aurait été donné au XVe siècle par l'abbaye Saint-Vincent du Mans lorsque la dite abbaye fut obligée de nommer des titulaires séculiers pour la cure de Connerré qui lui appartenait depuis le XIIe siècle".

L'emplacement du presbytère à l'entrée du faubourg du Lion est attesté depuis le début du XVIIe siècle : sa position si éloignée de l'église et en dehors de l'enceinte fortifiée reste inexpliquée, peut-être est-elle due à une rivalité avec le prieuré. Si la volumétrie et les façades actuelles de la demeure pourraient dater de la fin du XVIIIe siècle, il s'agit vraisemblablement d'un édifice plus ancien reconstruit ou très remanié. En effet, un plan de 1771 figure, sur la façade postérieure, une excroissance (ronde ou carrée selon le plan) qui pourrait peut-être correspondre à une tour d'escalier hors œuvre, évoquant les logis des XVe-XVIe siècles. Cette excroissance, ainsi qu'un grand bâtiment de dépendance, disparaissent entre 1771 et le plan terrier de 1787.

Déclaré bien national à la Révolution, le presbytère, amputé de ses domaines fonciers, n'est pas vendu mais conservé par la commune pour y loger la brigade de gendarmerie à cheval nouvellement créée. Cette affectation est très provisoire, car suite au Concordat, la municipalité doit restituer un logement au curé ; l'écurie reste toutefois utilisée par les gendarmes pendant une bonne partie de la 1ère moitié du XIXe siècle. Selon un devis dressé en 1803 pour des réparations, le presbytère, construit sur caves, est divisé par un corridor donnant sur l'escalier en bois. Au rez-de-chaussée, on trouve à gauche une salle, à droite salon, cuisine et petites pièces froides précédés d'un vestibule et cabinet. La distribution est la même à l'étage avec trois chambres et des cabinets. Un grenier est aménagé sous les combles.

Sur le plan terrier et sur le cadastre napoléonien de 1836, la propriété est encore entourée d'une cour et de vastes dépendances. Les matrices cadastrales ont enregistré, en 1843, la construction d'une maison à l'emplacement de la grange. Celle-ci et l'ensemble des communs sont démolis en 1859 pour faciliter la circulation au carrefour du Lion, dans l'angle entre la grande route du Mans et l'ancien chemin de Montfort. En compensation, une nouvelle dépendance est ensuite accolée à droite de la maison. La toiture est refaite en 1894. Malgré des projets d'installation de l'école filles (1884), puis d'un dispensaire (1944) dans le presbytère, celui-ci ne changera pas d'affectation. A l'exception de la cheminée du salon datable du XVIIIe siècle, l'intérieur semble avoir été entièrement refait au cours du XIXe siècle. Le sous-sol et le mur-pignon ont été remaniés dans la 2e moitié du XXe siècle. L'intérieur a été rénové en 1996.

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle, 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Le corps de bâtiments, orienté à l'est, comprend un logement, une remise et une grange, le tout couvert de toits à longs pans et à croupes. La maison compte quatre travées sur chaque façade ainsi qu'une corniche de briques. Les ouvertures, en arc segmentaire, présentent un appui en pierre de taille et un encadrement de briques. Le comble est éclairé par deux lucarnes en bois en arc segmentaire. Le rez-de-chaussée surélevé (l'accès de la cave se trouve sous la terrasse) comprend un vestibule avec escalier droit en bois, un salon à gauche, salle à manger et cuisine à droite. L'étage est occupé par des chambres. Seule la cheminée du salon, peinte en faux marbre, offre un décor intéressant (moulures, médaillon avec motif végétal).

Mursmoellon enduit
Toittuile plate
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours en charpente
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Précision représentations

Cheminée du salon avec médaillon et motif végétal.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 F 12. Papiers Denis, histoire civile et religieuse de Connerré.

  • Archives départementales de la Sarthe ; G 1035. 1787 : terrier de Connerré.

  • 1803-1907 : presbytère et ancien collège de Connerré.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 2 O 90/6
  • Archives départementales de la Sarthe. 3 P 91. Matrices cadastrales, registres des augmentations et diminutions de construction de Connerré.

  • Biens nationaux non vendus pour service public.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 Q 63
  • 1791, 9 mars : expertise des domaines de la cure de Connerré, saisis comme biens nationaux.

    Archives départementales de la Sarthe, Le Mans : 1 Q 536
  • Archives départementales de la Sarthe ; 4 V 1. 1846 : renseignements statistiques sur les églises et presbytères de la Sarthe.

  • Papiers concernant la paroisse de Connerré.

    Archives diocésaines, Le Mans : Boîte 758
Documents figurés
  • 1771 et 1787 : plan du bourg et plan terrier de Connerré. (Archives départementales de la Sarthe ; 1 Fi 663).

  • 1836 : plan cadastral napoléonien de Connerré. (Archives départementales de la Sarthe ; PC\091).

  • Collections particulières de cartes postales et de photographies anciennes, Connerré. (Collection particulière).

Bibliographie
  • CHARLES, R. Abbé, MENJOT D'ELBENNE, Samuel. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Vincent du Mans (ordre de saint Benoît), publié et annoté. Mamers : imprimerie Fleury, 1886-1913.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Pierrick Barreau

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.