Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à farine, puis minoterie dite minoterie Rioux - le Moulin-de-Neuilly, Neuilly-le-Vendin

Dossier IA53000602 réalisé en 2005
Appellationsminoterie Rioux
Dénominationsmoulin à farine, minoterie
Aire d'étude et cantonMayenne - Couptrain
Hydrographiesla Mayenne la Landelle
AdresseCommune : Neuilly-le-Vendin
Lieu-dit : le Moulin-de-Neuilly
Cadastre : 1813 B 270, 271 ; 1991 ZE 52 à 55, 109, 110

Le moulin de Neuilly figure sur le plan cadastral de 1813. Ses bâtiments sont fortement remaniés durant le 2e et le 3e quart du XIXe siècle. D'après l'acte de vente du 10 octobre 1850, il est composé d'un corps de bâtiment renfermant le moulin "doté de trois roues", "en face" d'"un autre corps de bâtiment renfermant l'habitation du meunier, un cellier, une cave, une étable et une écurie, un toit à porcs adossé à la maison" et d'un troisième bâtiment - ajouté entre 1813 et 1850 dans l'alignement du logis - servant de "fournil avec deux petits toit à porcs y adossés". En 1874, le moulin possède quatre paires de meules, "dont deux anciennes activées chacune par une roue en-dessus et deux nouveau modèle, activées par une troisième roue en-dessus". Amand Rioux (né en 1838) le loue à partir des années 1880, puis son fils (né en 1864), prénommé aussi Amand, l'achète en 1917. Au total, cinq générations de Rioux (dont quatre Amand Rioux) l'exploitent jusqu'à aujourd'hui. En 1905, les meules sont remplacées par des broyeurs à cylindres. Après la Première Guerre mondiale, un hangar de chargement est installé entre le moulin et les étables, puis le moulin est légèrement surélevé. Un moteur à gaz pauvre est installé en 1920 pour pallier les insuffisances de la force hydraulique. En 1947, le moulin est reconstruit et les roues sont remplacées par une turbine Francis. Le logis, allongé dans les années 1930, est surélevé dans les années 1950 ou 1960. Le matériel de mouture est remplacé en 1962 par des machines de la marque Schneider, puis en 1974 de la marque Berga. Entre 1975 et 1985 sont construits les silos à farine et les silos à blé sale et le matériel de nettoyage de la marque Socam est remplacé par du matériel de la marque Berga. La minoterie est entièrement électrifiée en 1987 et des machines de la marque Sangati installées. La fosse de réception à gros débit est construite entre 1988 et 1991 et le circuit de production entièrement automatisé. La fabrication d'aliments pour animaux est arrêtée en 1990. En 1993, les broyeurs à cylindres de marque Sangati sont remplacés et les silos à blé propre sont montés. En 1994 est créé un deuxième poste d'expédition de la farine en vrac et en 2000 un poste d'expédition du son son et du remoulage. La ligne d'ensachage est automatisée en 2001. En 2007 sont installés un broyeur et une balance de la marque Bühler. Le remaniement et l'extension du bâtiment abritant l'accueil et les bureaux datent de 1999, l'agrandissement du fournil et la création d'un espace de formation de 2000. La capacité de production journalière de farine, évaluée à 33 quintaux en 1917, 70 en 1936, 200 en 1962 et 600 en 1974, est montée à 1500 quintaux en 1987. 160000 quintaux de farine boulangère sont produits chaque année. La minoterie Rioux appartient au quatrième groupement d'intérêt économique meunier français, "Festival des pains", anciennement "Meuniers de France". Elle emploie 36 personnes : le directeur et son épouse, 7 employés administratifs, 6 ouvriers chargés de la production, 2 ouvriers chargés du stockage, 7 commerciaux et 12 chauffeurs.

Période(s)Principale : Temps modernes
Principale : milieu 19e siècle
Principale : milieu 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Dates1947, daté par source
1993, daté par source
1994, daté par source
1999, daté par source
2000, daté par source
2001, daté par source

Le moulin était alimenté grâce à deux retenues, communiquant entre elles par un aqueduc situé sous la route. La première au nord reçoit les eaux du ruisseau de la Landelle. La seconde est installée sur un canal d'environ 1500 mètres dérivant de la Mayenne. L'ouverture de ses vannes au sud permettait le fonctionnement des trois roues en-dessus de l'usine. La minoterie est dotée d'une structure à poteaux et poutres en béton. Ses murs sont crépis. Sa toiture est en ardoise. L'ancien logis-étable, très remanié et partiellement intégré dans des constructions récentes, est construit en moellons. Sa surélévation est crépie. Il est couvert d'ardoise. Les autres bâtiments, à l'exception du bâtiment abritant l'accueil et les bureaux, du fournil-espace de formation et de l'ancien garage à camions transformé en habitation (situé à l'entrée près de la route), sont pourvus d'une structure métallique bardée de tôle. Ils sont couverts de tôle et de fibrociment.

Mursbéton pan de béton armé crépi
métal pan de métal essentage de tôle
moellon sans chaîne en pierre de taille crépi
Toitardoise, tôle nervurée, matériau synthétique en couverture
Étages1 étage carré, comble à surcroît, sous-sol, en rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à longs pans brisés
appentis
Énergiesénergie thermique
énergie électrique
Typologiesmoulin à retenue sur dérivation
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Ravitaillement. Tableau des minoteries et moulins d'après l'importance de leur production, 1914, 1917.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 6 M 629
  • Ravitaillement. Liste des moulins et minoteries du département, 1935.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 6 M 630
  • Enquête préalable au contingentement de la production des moulins, 1936.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 6 M 631
  • Règlements du moulin de Neuilly-le-Vendin, 1849-1852, 1871, 1875.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 2 S 831
  • Règlement du moulin de Neuilly-le-Vendin, 1922-1923.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : S 90274
Documents figurés
  • Règlement du moulin de Neuilly-le-Vendin. Plan parcellaire établi à partir du plan cadastral / dessiné par E. Perreau. 1874. 1 dess. : encre et aquarelle.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 2 S 831
  • Règlement du Moulin de Neuilly-le-Vendin. Procès-verbal de visite des lieux : localisation du repère provisoire / dessiné par E. Perreau. 1874. 1 dess. : encre.

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 2 S 831
  • La Mayenne illustrée. Neuilly-le-Vendin. Moulin de Neuilly. Pré-en-Pail : Davoust, avant 1910. 1 impr. photoméc. (carte postale).

    Collection particulière
  • Neuilly-le-Vendin. Le moulin. [s.l.] : [s.n.], vers 1920. 1 impr. photoméc. (carte postale). (8).

    Collection particulière
  • Environs de La Pallu (Mayenne). Le moulin de Neuilly. [s.l.] : Gibon, 2e quart 20e siècle. 1 impr. photoméc. (carte postale).

    Archives départementales de la Mayenne, Laval : 5 Fi
  • La minoterie de Neuilly-le-Vendin / photogr. par la famille Rioux. [1947-années 1990]. Ens. de phot. pos.

    Collection particulière
Périodiques
  • Compte rendu de la journée du "Moulin et du pain". Moulins de la Mayenne, bulletin de liaison de l'association des amis des moulins de la Mayenne, n°27, octobre 1997, p. 2-5.

    p. 5
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Nicolas Foisneau

Chercheur à l'Inventaire général, au service du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.