Dossier d’œuvre architecture IA72000441 | Réalisé par ;
Barreau Pierrick (Rédacteur)
Barreau Pierrick

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois jusqu'en octobre 2020. Depuis novembre 2020, chercheur auprès du Conseil départemental de la Mayenne.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Bourgs et petites cités du Perche sarthois
  • inventaire préliminaire, documentation préalable
Minoterie, 5 rue de l'Église
Auteur
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays du Perche sarthois - Savigné-l'Evêque
  • Hydrographies l' Huisne
  • Commune Montfort-le-Gesnois
  • Adresse 5 rue de l' Église
  • Cadastre 1836 B3 817, 819-820  ; 2019 AC 172, 374
  • Précisions anciennement commune de Pont-de-Gennes
  • Dénominations
    minoterie
  • Parties constituantes non étudiées
    logement, cour, portail, dépendance

Probablement établi dès le Moyen Age par les seigneurs de Montfort, les origines du moulin à eau de Pont-de-Gennes ne sont toutefois pas connues avant le XVe siècle. Dans un aveu de 1406 rendu par le seigneur de Montfort au comte du Maine, on trouve parmi ses possessions "mes deux moulins de Gênes, l'un à blé l'autre à draps, sis en la rivière de Yaigne" (ancien nom de l'Huisne). En 1505, dans une transaction entre la dame de Montfort et la prieure de Pont-de-Gennes, il est dit que l'île dudit lieu près du moulin à draps des seigneurs de Montfort appartiendra désormais au prieuré Saint-Gilles. Un bail de 1552, toutefois lacunaire, entre le seigneur et le meunier, est également conservé.

A la Révolution, les biens de M. de Murat, seigneur de Montfort, sont préservés et passent au début du XIXe siècle à M. de Nicolaÿ, son gendre. Le moulin de Pont-de-Gennes en fait partie et appartient aujourd'hui encore à la même famille. Des bâtiments figurent à cet emplacement sur le plan cadastral napoléonien de 1836, mais seul le logement a conservé une partie de ses dispositions anciennes : plusieurs ouvertures chanfreinées pourraient dater du XVIIe siècle. Si les matrices cadastrales font état d'une diminution de construction pour l'année 1850, d'une nouvelle construction pour 1851, et d'une démolition en 1882 (enregistrée en 1885), ces modifications n'ont pu être identifiées sur le bâti actuel. En 1882 également, M. de Nicolaÿ obtient l'autorisation de modifier les ouvertures de la maison. Plusieurs ouvertures ont été refaites ou percées à la fin du XXe siècle ou au début du XXIe siècle.

Concernant le moulin proprement dit, alors utilisé pour la mouture du blé, un règlement d'eau est fixé dès 1833. A la même époque, Pesche le signale déjà comme l'un des plus importants du département. Les matrices indiquent sa reconstruction en 1848 (enregistrée en 1859), confirmée par les démarches de M. de Nicolaÿ auprès de l'administration pour obtenir un nouveau règlement d'eau. Un arrêté préfectoral du 26 septembre 1848 précise que le nouveau moulin, plus grand, s'avancera de 1,90 m "en aval du parement extérieur du bâtiment actuel". Les aménagements demandés sur le cours de l'Huisne ne seront définitivement réceptionnés qu'en 1860. Les matrices indiquent également la construction d'un moulin à chanvre en 1868 (enregistrement en 1871) à son tour démoli en 1882 (enregistrement en 1885). Dès la 2e moitié du XIXe siècle, le moulin est désigné comme une très importante minoterie "faisant le commerce d'exportation".

La minoterie actuelle est édifiée en 1885 : c'est alors l'une des plus importantes de la Sarthe. En 1910, elle dispose de deux roues hydrauliques lui permettant d'obtenir une puissance de 40 chevaux, quatre paires de cylindres et une paire de meules. Elle produit 8 000 quintaux de farine par an. Ravagé par un incendie en 1914, le bâtiment, dont il ne reste que les murs, est laissé à l'abandon. Néanmoins, le bélier hydraulique toujours présent dans les ruines est utilisé encore aujourd'hui pour alimenter les pièces d'eau du château de Montfort, en vertu d'une autorisation préfectorale de 1863. Construit et installé cette même année, il a été fabriqué par les Hauts Fourneaux et Fonderies Victor Doré du Mans.

  • Période(s)
    • Principale : 17e siècle, 4e quart 19e siècle
    • Secondaire : limite 20e siècle 21e siècle
  • Dates
    • 1885, daté par source

Édifiée sur la rive gauche de l'Huisne, la minoterie s'avance dans le cours de la rivière et se prolonge par une longue chaussée chargée de canaliser l'eau vers les roues hydrauliques. Orientée au sud, la façade principale compte cinq travées régulières sur trois niveaux. Les baies, toutes identiques, présentent un arc en plein cintre en brique et des sommiers et agrafes saillants en pierre de taille calcaire. Celles du premier et du troisième niveau possèdent des appuis saillants, tandis qu'un bandeau d'appui court tout le long de la façade au deuxième niveau. La façade arrière présente deux portes à décor de bossages. La toiture à longs pans et à croupes couverte d'ardoise a entièrement disparu dans l'incendie de 1914.

La roue hydraulique principale, en bois, subsiste à l'état de vestiges. L'arbre qu'elle actionnait et qui faisait fonctionner l'ensemble de la minoterie a totalement disparu. La seconde roue, en métal, fonctionne toujours et actionne un bélier hydraulique utilisé pour pomper l'eau de l'Huisne et alimenter les étangs et les bassins du parc du château de Montfort, via une canalisation souterraine de 1,4 km. La roue hydraulique en métal, qui effectue 11 tours par minute, pompe 238 m² d'eau par seconde (15 litres à chaque coup de piston). A proximité du bâtiment a été déposée une ancienne vanne en bois qui régulait le passage de l'eau dans le moulin. En amont, les anciens empellements sont toujours visibles mais le barrage a été entièrement modernisé et automatisé. Menacé de suppression, celui-ci a pu être sauvegardé.

Le logement anciennement attaché au moulin, placé perpendiculaire à la rue, est orienté au sud. Parmi les ouvertures non remaniées, plusieurs possèdent un encadrement chanfreiné. Un accès à la cave est couvert d'un linteau en arc segmentaire. Une dépendance se trouve à proximité.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • grès moellon enduit
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Énergies
    • énergie hydraulique produite sur place roue hydraulique verticale
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté, vestiges
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée
  • Éléments remarquables
    machine énergétique

Documents d'archives

  • Archives départementales de la Sarthe ; 122 AC 157. 1832-1833 : moulin de Pont-de-Gennes.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 7 F 90. Papiers de Lestang, compilés par Menjot d'Elbenne, communes de Montfort-le-Rotrou et Pont-de-Gennes.

  • Archives départementales de la Sarthe ; H 1579. 1505-1691 : domaines du prieuré Saint-Gilles de Pont-de-Gennes, moulin.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 8 M 115. 1844-1909 : foires et marchés de Pont-de-Gennes.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 O 121. 1839-1927 : chemin de grande communication n° 8 de Ballon à Bouloire, alignements et travaux, commune de Pont-de-Gennes.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 3 P 244. Matrices cadastrales, registres des augmentations et diminutions de construction de Pont-de-Gennes.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 7 S 132. 1830-1887 : moulins de Pont-de-Gennes.

  • Archives diocésaines du Mans ; boîte 1106. Papiers concernant la paroisse de Pont-de-Gennes.

  • Archives municipales de Montfort-le-Gesnois ; 3 O 5. 1833-1887 : moulins de Pont-de-Gennes.

Bibliographie

  • DEBUISSER, J.-P. Histoire de Pont-de-Gennes, Montfort-le-Rotrou, Saussay (avant 1789). Pont-de-Gennes : 1981.

    p. 29
  • Le patrimoine des communes de la Sarthe. Paris : Flohic éditions, 2000. 2 vol.

    p. 1206
  • NICOLAY de, Jean. Montfort à travers mille ans d'histoire. Mesnil-sur-l'Estrée : Imprimerie Nouvelle Firmin Didot, 2008.

    p. 121
  • PESCHE, Julien-Rémy. Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 1, 1829. Réédition Paris : Lorisse, 1999.

    p. 483
  • ROBVEILLE, Alphonse. Montfort-le-Gesnois, seigneurie et paroisse de Montfort-le-Rotrou. Paris : Res Universis, 1991.

    p. 93

Périodiques

  • ROBVEILLE, Alphonse, FROGER, Louis. "La communauté d'habitants de Pont-de-Gennes". La Province du Maine, 1908.

    p. 311

Documents figurés

  • Cartes postales anciennes, commune de Montfort-le-Gesnois. (Archives départementales de la Sarthe ; 2 Fi).

  • Collection Goisedieu de cartes postales et de photographies anciennes, commune de Montfort-le-Gesnois. (Collection particulière).

Date d'enquête 2005 ; Date(s) de rédaction 2005, 2019
(c) Conseil général de la Sarthe
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Pays du Perche sarthois
Barreau Pierrick
Barreau Pierrick

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois jusqu'en octobre 2020. Depuis novembre 2020, chercheur auprès du Conseil départemental de la Mayenne.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.