Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir (?), puis ferme - les Trais, Saulges

Dossier IA53003368 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéesmotte, étable à vaches, étable à chevaux, grange
Dénominationsmanoir, ferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes d'Erve-et-Charnie - Meslay-du-Maine
AdresseCommune : Saulges
Lieu-dit : les Trais
Cadastre : 1838 I6 35, 42  ; 1982 I 165, 265, 281

D'après Daniel Pichot, la motte des Trées (orthographe utilisée jusqu'au XIXe siècle) peut être mise en relation avec le défrichement partiel de la forêt en 1205. Le premier seigneur connu, Robert des Trées est mentionné en 1218. En 1414, Guillaume de Launay rend aveu à Henri Le Vayer, seigneur de Ballée, pour son lieu des Trées composé d'"hébergement, motte, douve, fuye, courtil, trois cents journaux de boys et les landes de Souvale". Avant 1475, les terres des Trées et de Chantepie sont associées sous l'autorité de Louis Roussigneul. La seigneurie passe à Jean de Mareil par son mariage avec Jeannne Roussigneul, puis à Jean Possard qui la vend en 1524 à François Guérin. Des de Guérin, elle passe, par le mariage de Jeanne de Guérin avec Philibert de Landepoutre et celui de leur fille Urbaine de Landepoutre avec Guy-Louis de Longueil au milieu du XVIIe siècle, aux seigneurs des Chesnais à Bouessay. Pour son fief des Trées, le seigneur de Ballée rendait aveu, au XVIIe siècle, non au comte de Laval, mais au marquis de Sablé. Seule la motte témoigne encore du statut seigneurial des Trées. L'"hébergement" seigneurial a été remplacé, sans doute au XVIIIe siècle, par un logis de ferme remanié dans les années 1950. L'étable-grange, antérieure à 1842, a été surélevée dans le troisième quart du XXe siècle. L'étable à chevaux a été construite dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Période(s)Principale : 1er quart 13e siècle , (?)
Principale : 18e siècle
Principale : Temps modernes
Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

La motte présente un diamètre d'environ 20 mètres et une hauteur de 3 à 4 mètres. Ses douves, encore en eau en 1900 (Angot), ont été asséchées et partiellement comblées. Les bâtiments de la ferme sont disposés sur les trois côtés d'une cour régulière. Le logis, en rez-de-chaussée, est construit en moellons de calcaire marbrier. Il est pourvu d'une toiture à croupes en ardoise. Une de ses fenêtres est en tuffeau taillé. Ses autres baies sont en ciment. L'étable-grange, également construite en moellons de calcaire marbrier, a été surélevée au moyen de parpaings de béton. Sa couverture est en ardoises en fibrociment, ses baies sont dotées de piédroits en moellon et de linteau en bois. L'étable à chevaux, parallèle au logis, est construite en moellons de grès sombre et est actuellement couverte de tôle. Ses ouvertures sont de même type que celles de l'étable-grange. Les Trais appartiennent au type IIA des fermes.

Murscalcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
grès moellon sans chaîne en pierre de taille
parpaing de béton
Toitardoise, matériau synthétique en couverture, tôle ondulée
Étagesen rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesLa typologie des fermes est établie en fonction de l'importance des remaniements entrepris après l'établissement du cadastre en 1838. Type I : simple remaniement de l'existant. Type II : reconstruction partielle ; IIA : remaniement du logis ; IIB : remaniement complet ou reconstruction sur place du logis ; IIC : reconstruction du logis avec remaniement des dépendances principales. Type III : reconstruction complète. Type IV : construction ex nihilo.
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • CHAPPEE J. Archives du Cogner. Série E. Articles 145-262. Paris, Champion, 1907. Série E. Articles 145-262.

    Chartrier des Chesnais : fiefs des Trées, de Chantepie, etc... , art. 183-194, p. 141-181 ; Linières et Ballée : art. 221-253, p. 214-304
Bibliographie
  • ANGOT, Alphonse-Victor (abbé), GAUGAIN, Ferdinand (abbé). Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne. Laval : A. Goupil, 4 vol., 1900-1910.

    t. 3, p. 799 ; t. 4, p. 902
  • MARE Eric. Mottes et manoirs de la Mayenne. Nantes : Service régional de l'archéologie, 1992. [Ouvrage dactylographié].

    p. 65
  • PICHOT, Daniel. Le Bas Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d'une société. Laval : Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne, 1995, supplément n°7.

    p. 81, 82, 315
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Mayenne - Foisneau Nicolas
Foisneau Nicolas

Chercheur à l'Inventaire général, au service puis direction du Patrimoine du Conseil départemental de la Mayenne, de 2001 à 2020.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Davy Christian
Davy Christian

Chercheur au service Patrimoine de la Région Pays de la Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.