Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir puis château, rue du Château

Dossier IA72059003 inclus dans Avenue du château réalisé en 2020

Fiche

  • Le château côté sud.
    Le château côté sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • Avenue du château
      Semur-en-Vallon, rue du Gué-Hubert, rue du Château
    • cour
    • fossé
    • parc
    • mur de clôture
    • communs
    • portail
    • chapelle seigneuriale
    • pigeonnier
    • ferme
Parties constituantes non étudiéescour, fossé, parc, mur de clôture, communs, portail, chapelle seigneuriale, pigeonnier, ferme
Dénominationsmanoir, château
Aire d'étude et cantonPays du Perche sarthois - Saint-Calais
AdresseCommune : Semur-en-Vallon
Adresse : rue du
Château
Cadastre : 1830 A1 227 à 244 ; 1830 C4 426 à 433 ; 2020 AB 39 0 41 107 ; 2020 AD 86 à 89, 152, 153

La succession des propriétaires du château de Semur est relativement bien connue grâce aux travaux des historiens et érudits depuis le XIXe siècle. En revanche, la chronologie de la construction reste difficile à établir faute de documents et d’étude archéologique du bâti. De plus, l’intérieur des bâtiments n’a pas été vu lors de l’inventaire.

Les premiers seigneurs de Semur apparaissent dans les textes dès le XIe siècle : les textes qui les mentionnent ne sont toutefois pas relatifs à la châtellenie elle-même, sur laquelle on sait bien peu de choses, si ce n’est qu’elle dépendait de Saint-Calais et par là-même de Vendôme. Par exemple, dans la 2e moitié du XIIe siècle, Hugues de Semur et son fils permettent la fondation du prieuré de Pontvallain. Il ne reste pas trace, semble-t-il, du château initial. Peut-être y eut-il une motte castrale, mais il paraît peu probable qu’il s’agisse de l’île artificielle du parc, trop petite. Il est plus aisé d’imaginer qu’elle fut peut-être recouverte par l’actuel terre-plein du château, et que peut-être la "douve du parc" délimitait une basse-cour au nord. La toponymie et la topographie de Château-Gaillard, à moins d’un kilomètre au nord du château, est intrigante mais le parcellaire ne livre aucun indice. Roger Verdier l’interprète comme un talus fortifié par une enceinte en terre et propose d’y voir le siège primitif de la seigneurie, ce qu’il est difficile de vérifier en l’absence de fouilles archéologiques.

Du manoir des Le Cirier au château

Avant 1320, la châtellenie passe à une grande famille bourgeoise mancelle qui cherche à s’émanciper de sa condition roturière, les Le Cirier (ou Le Sirier). Elle accède à la noblesse probablement grâce à son engagement dans la lutte contre les Anglais pendant la guerre de Cent ans, avant 1465, date d’un aveu de Guillaume Le Cirier seigneur de Semur à Saint-Calais. Les Le Cirier apparaissent par la suite à plusieurs reprises dans diverses donations faites aux couvents du Mans et de Vendôme. On attribue sans trop de doute à cette famille l’édification du manoir ayant servi de noyau au château actuel : celui-ci, daté de la 2e moitié du XVe siècle, semble avoir formé un bâtiment en T si l’on en juge par les vestiges de pignons découverts et d’amortissements sculptés encore visibles à chaque extrémité des toitures du corps central. De plus, la façade sur jardin a conservé son caractère médiéval, avec ses petites baies chanfreinées, ses demi-croisées à appuis moulurés, sa lucarne à gâble en pierre, ses archères-canonnières. Au cours du XVIe siècle, une longue galerie est construite dans la mode de la Renaissance, encore citée pour sa beauté par Le Paige à la fin du XVIIIe siècle mais détruite dans les décennies suivantes. On peut supposer, sans certitude toutefois, que le site est fortifié dans la 2e moitié du XVIe siècle, avec le creusement des fossés, la construction de tours aux angles de la plateforme et d’un châtelet à deux tours avec pont-levis.

Les travaux d’agrandissement postérieurs, notamment la grande façade régulière à fronton et à grandes fenêtres sur la cour et les deux pavillons latéraux à tour, paraissent pouvoir être attribués au XVIIe siècle. Peut-être font-ils écho à l’obtention (ou à l’usurpation) du titre de baronnie de Semur que les Le Cirier auraient obtenu en 1630, d’après Paul Cordonnier. Quant au pigeonnier, il arbore la date 1609 sur sa lucarne. Le 20 juin 1643, Jean Le Cirier très endetté est contraint de vendre la terre de Semur à Philippe de Picher (ou La Roche-Picher) et à sa femme Louise de Beauxoncles pour 154 440 livres. Selon Pesche, l’acte de vente indique que le château consiste alors "en salle, chambres hautes et basses, cabinets, garde-robes, cuisine, cour, galeries haute et basse ; granges, étables, écuries, pressoirs à vin ; une chapelle et autres bâtiments étant dans ladite cour ; le tout enclos de fossés à eau, fermant à pont-levis ; item un grand pressoir et un grand colombier, hors et proche ledit enclos, etc. ; item le grand jardin dudit château, enclos de murailles ; item un parc, proche icelui, aussi enclos de murailles".

Les évolutions du site jusqu’à nos jours

Par la suite, la châtellenie passe par les mariages d’Élisabeth de Picher, dame de Semur, à François-Urbain de Menon, comte de Turbilly et de Bresteau, en 1661, puis au marquis Aimery des Feugerets, en 1668. Du décès, en 1709, de Louise de Picher comtesse de Turbilly, fille du premier mariage, les archives diocésaines du Mans conservent un inventaire des biens levé au château, qui donne l’état de l’ameublement au début du XVIIIe siècle, mais ne permet guère de se représenter l’organisation des bâtiments (une quinzaine de salles et chambres sont citées). Une description précise des très nombreuses pièces du chartrier de Semur est également réalisée, mais l’ensemble des documents, qui permettrait de reconstituer l’histoire du château et du bourg, aurait aujourd’hui disparu. De nouveaux mariages font à nouveau changer la seigneurie de mains : Madeleine-Antoine des Feugerets épouse en 1733 René-Ursin Durand de Pizieux, puis Marie-Jeanne Guéau de Courteilles, veuve de Nicolas-Ursin Durand, s’unit en 1777 à Étienne du Temple de Beaujeu. En 1789, Madame de Courteilles se dit dame de Semur et déclare son "château, jardin, douves, vivier, parcq, vignes, avenue, prés, bois taillis en plusieurs pièces et cinq étangs". Pendant toute cette période, le château semble assez peu habité et fait sans doute l’objet de peu d’entretien. Néanmoins, la petite chapelle accolée au pavillon ouest semble avoir été édifiée au cours du XVIIIe siècle, et diverses ouvertures sur les communs et la grosse tour sont reprises à cette période et au siècle suivant.

A la Révolution, le château n’est pas saisi ; l’ensemble des bâtiments existe déjà au début du XIXe siècle, comme en témoigne le plan cadastral napoléonien de 1830. Par échange, le château devient la propriété d’Alexandre de La Goupillière, marquis de Dollon, qui le vend en 1831 à la comtesse Céline de Chertemps de Seuil. Celle-ci y réside et porte beaucoup d’attention à la commune de Semur : fondation d’une école libre de filles, aide à la reconstruction du presbytère, construction d’une tuilerie… A son décès en 1866, le domaine échoit à son neveu Louis-Marie-Joseph duc d’Aumont et de Villequier, lequel passe l’essentiel de sa vie à explorer l’Égypte. Néanmoins, les matrices cadastrales indiquent qu’il fait réaliser des travaux au château dès 1867 : il s’agit vraisemblablement du remaniement, dans le style néogothique, du pavillon est, sur lequel il fait apposer ses armoiries. Peut-être une restauration plus complète avait-elle été envisagée, non réalisée à cause des longues absences du duc. D’autres travaux réalisés sans doute plus tôt dans le XIXe siècle, mais à une date incertaine, devaient contribuer à donner au château une allure "romantique". Ainsi, le portail avec ses deux tours est remanié et orné de faux mâchicoulis. Il est possible, comme le suppose Paul Cordonnier dans ses notes, que la curieuse tour postérieure ait été surélevée, voire construite, pour coiffer le château d’un pseudo donjon dont la girouette porte haut les armes du duc d’Aumont. Les bâtiments sont semble-t-il pillés pendant la guerre de 1870, en l’absence du propriétaire.

Décédé sans alliance en 1888, le duc d’Aumont lègue à son tour le château de Semur à son brillant intendant (certains disent fils naturel) Aristide Gavillot qui y meurt en 1911, le restituant alors à Charles de Saint-Méloir, petit-neveu du duc. En 1913, il est racheté par Léopold Guéau de Gravelle, marquis de Réverseaux de Rouvray, et son épouse Béatrix Hurault de Vibraye qui font supprimer des bâtiments parasites et restaurer le château, alors ouvert au public et aux sociétés savantes. En 1931, la Société Historique et Archéologique de l’Orne décrit ainsi "les cheminées des XVe et XVIe siècles, un beau plafond peint sous Louis XIII et une série de superbes tapisseries en Aubusson royal, d’après les cartons de Joseph Vernet". En 1934, celle du Maine écrit que les visiteurs "admirent les salons ornés de belles tapisseries, de beaux meubles ; la bibliothèque, pittoresquement aménagée dans une ancienne chapelle ; le parc avec ses pelouses et ses grands arbres ; les douves qui accusent le caractère féodal de cette belle demeure". En 1953, le château passe au neveu de Béatrix Hurault, René Hurault marquis de Vibraye, qui poursuit la restauration du château, dont la famille est toujours propriétaire aujourd’hui.

Le château est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 22 décembre 1927. Peu de modifications extérieures sont à signaler au cours du XXe siècle, comme le montrent les cartes postales anciennes. Des bâtiments de ferme sont édifiés au-delà de l’étang sans doute dans le 1er quart du XIXe siècle. Le perron est refait et la petite porte principale à linteau droit vient remplacer une porte néogothique en arc brisé. D’importants travaux de réparation aux charpentes et de réfection des couvertures sont réalisés en 1990.

Période(s)Principale : 2e moitié 15e siècle, 2e moitié 16e siècle, 17e siècle, 1er quart 17e siècle, 18e siècle
Secondaire : 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 20e siècle, 1er quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle
Dates1609, porte la date

Le château de Semur-en-Vallon se trouve légèrement au nord du centre-bourg, au pied du chemin de Lavaré et à l’extrémité d’une longue et large avenue désaffectée donnant sur la route de Coudrecieux. Le logis et une partie des communs son aménagés sur une plateforme ceinte de fossés qui furent sans doute en eau : le ruisseau de la Cour des Bois passe à proximité immédiate et a été aménagé notamment pour créer un vivier et une retenue pour un moulin. D’autres bâtiments dépendant du domaine gravitent autour du château à l’est et au sud.

Le château

La partie la plus ancienne du château, au centre, est un bâtiment en T surmonté d’une haute tour irrégulièrement circulaire dans l’œuvre posée près de la jonction des toitures. La façade sud, sur cour, a perdu son caractère médiéval avec ses quatre travées de grandes fenêtres, son fronton à niche garnie d’une cloche et ses deux petites lucarnes en arc segmentaire en bois. En revanche, la façade nord, côté parc, a conservé ses pignons découverts, ses petites baies et ses demi-croisées irrégulièrement percées, ses archères-canonnières cruciformes. Les baies sont pour la plupart chanfreinées et pourvues d’appuis moulurés pour les demi-croisées. Deux lucarnes en bois sont visibles sur le corps principal et une lucarne à traverse et à gâble en pierre est percée sur le retour, côté est. Le sommet des angles du bâtiment est orné d’amortissements sculptés d’une tête de personnage et d’animaux (chiens?). On remarque la présence d’une corniche en quart-de-rond, seul élément présent sur les deux façades. La tour est percée, à son sommet, d’ouvertures en plein cintre et couronnée d’une girouette aux armes de la famille d’Aumont (d’argent au chevron de gueules accompagné de sept merlettes de même, quatre en chef et trois en pointe).

Le bâtiment en T est flanqué à l’est et à l’ouest de deux pavillons symétriques, chacun coiffé d’une haute toiture à quatre pans et accosté d’une tour d’angle circulaire. Les volumes, les toitures, la corniche à denticules et la disposition des ouvertures en travées sont approximativement identiques. En revanche, la forme des ouvertures du pavillon est et le traitement de la cheminée diffèrent depuis la restauration du XIXe siècle. Les baies ont été agrandies et garnies d’appuis moulurés, les lucarnes pourvues de gâbles à crochets et fleurons néogothiques agrémentés d’armoiries, dont celles d’Aumont. Les toitures des tours sont coiffées chacune d'un toit conique surmonté d'un campanile à deux niveaux de tailles décroissantes, chacun essenté d'ardoisé et coiffé d'un dôme couvert d'ardoise. Une petite chapelle à toit galbé et à baies en arc segmentaire est accolée au pavillon est.

A droite du château se trouve un corps de dépendances flanqué du côté des douves d’une petite tour carrée et d’une grosse tour d’angle ronde à toit conique et percée de canonnières. Les portes et fenêtres des communs sont en anse de panier ou en arc segmentaire et le fenil est accessible par quatre lucarnes en bois essentées d’ardoise. Trois des quatre angles de la plateforme du château sont cantonnés de petites tours circulaires, dont une directement greffée sur la grosse tour. L’entrée de la plateforme du château est gardée par un portail en plein cintre surmonté d’un gâble triangulaire, accosté de deux autres tours circulaires garnies de faux mâchicoulis. Le pont en bois est précédé de deux chasse-roues, débris de colonnes torses provenant sans doute d’un retable. Une terrasse est délimitée dans la cour par une longue balustrade réputée provenir de l’ancien château de Vibraye.

Les constructions périphériques

En dehors de l’espace ceint de fossés, de nombreux éléments constituent le domaine du château. Au nord s’étend un vaste parc approximativement rectangulaire et clos de murs, cerné par la rue Haute, le chemin de Château-Gaillard et celui des Murs. Près du château étaient aménagés les anciens jardins d’agrément, le verger et le potager, avec de petits édifices faisant office de serre et de chenils. Un grand corps de communs longe le chemin des Murs. Au-delà au nord, séparée par un fossé dit « douve du parc », se trouve une grande prairie avec une petite île artificielle et un édicule circulaire qui semble être un pigeonnier de taille modeste. Plus au nord encore, un bois occupe les confins du parc.

A l’est du château, de l’autre côté du chemin des Murs, l’étang artificiel du château est encore en place. A proximité sont visibles les anciennes meules en pierre du Grand moulin qui se trouvait au sud de la retenue. Ses vestiges sont encore en place, réaménagés au début du XXe siècle en petite centrale pour alimenter le château en électricité. Au bout d’un petit chemin se situent des bâtiments de ferme et le grand pigeonnier du château, de forme circulaire. Celui-ci, réaménagé en remise comme l’indique la grande porte au rez-de-chaussée, a conservé son bandeau et sa corniche moulurée, une petite baie en arc segmentaire et une lucarne à baies cintrées géminées, surmonté d’un fronton couronné d’une boule en pierre. Les bâtiments agricoles dans le prolongement présentent des ouvertures en plein cintre et de nombreux décors de briques : encadrements d’ouvertures, chaînages harpés, bandeau, corniche.

A l’extrémité de l’avenue du château, au sud, sont placés les restes de deux pavillons carrés et d’autres bâtiments de ferme relevant du domaine. Enfin, au nord et à l’est, la toponymie conserve la trace de diverses activités qui ont pu être en lien avec le château : le Fourneau, Forgeon, le Pavillon des Vignes.

Murspierre moellon enduit
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble, étage en surcroît
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
pignon découvert
toit conique
dôme circulaire
État de conservationétat moyen
Techniquessculpture
ferronnerie
Représentationsarmoiries ornement animal, chien ornement figuré, tête humaine
Précision représentations

Amortissements des angles des murs du manoir médiéval, côté nord, ornés d'une tête humaine et de chiens (?).

Armoiries ornant la girouette en ferronnerie et les lucarnes du pavillon est.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Sites de protectionsite inscrit
Protectionsinscrit MH, 1927/12/22
Précisions sur la protection

1927/12/22 : inscrit MH

1942/12/31 : site inscrit

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Sarthe ; B 5468. XVIIIe siècle : juridiction de la châtellenie de Semur.

  • Archives départementales de la Sarthe ; C 53. 1729-1790 : taille et capitation, paroisse de Semur.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 13 F 1074. Collection Calendini, commune de Semur-en-Vallon.

  • Archives départementales de la Sarthe ; GG 1 à 118. 1616-1790 : registres paroissiaux de Semur.

  • Archives départementales de la Sarthe ; 18 J 608. Collection Paul Cordonnier, commune de Semur-en-Vallon.

  • Archives diocésaines du Mans ; boîtes 1396 et 1397. Papiers concernant la paroisse de Semur-en-Vallon.

  • DRAC des Pays de la Loire. Documentation CRMH : château de Semur-en-Vallon.

  • CHAPPEE, Julien, DENIS, Louis-Jean (abbé). Archives du Cogner. Paris : Champion, 1919-1926.

Documents figurés
  • Collections de cartes postales et de photographies anciennes, commune de Semur-en-Vallon. (Collection particulière).

Bibliographie
  • CHAUDUN, Nicolas, DURAND, Jean-Louis, GALARD, Gilles de. Répertoire des manoirs de la Sarthe (XVe-XVIe s.). Paris : éd. Nicolas Chaudun, 2013.

  • FORCE, Duc de la, CORDONNIER-DETRIE, Paul. Les châteaux de la Sarthe. Paris : J. Delmas et Cie, 1961.

    p. 5
  • GRANDIÈRE, Roger. Les manoirs ruraux et leurs seigneurs à la fin du XVe siècle (1450-1530), l'exemple du Haut-Maine. Mémoire de maîtrise soutenu en 1987 à l'Université du Maine, sous la dir. de Robert Philippe, tapuscrit. Le Mans : Conseil Général de la Sarthe, 1991.

  • Le patrimoine des communes de la Sarthe. Paris : Flohic éditions, 2000. 2 vol.

    p 1649
  • VERDIER, Roger. VERON, Henri. 400 mottes, fortifications, enceintes en terre du Haut-Maine. Le Mans : éditions du Racaud, 1978.

    p. 51-52
Périodiques
  • BOUDET, Maurice (Madame). "Excursion de la société en Dunois et Vendômois". Revue Historique et Archéologique du Maine, t. 12, 1934.

    p. 185-187
  • CORDONNIER, Paul. "Le château de Semur". Revue Historique et Archéologique du Maine, t. 53, 1963.

    p. 56-62
  • EPSTEIN, Anne-Monique. "Le château de Semur-en-Vallon". Patrimoine et Culture en Perche Sarthois, revue de la Société du Pays Fertois, t. 3, juin 2006.

    p. 10-13
  • LAVANDIER, Jean. Articles sur l'histoire de Semur-en-Vallon publiés dans la Gazette communale, années 1990 et 2000.

  • LEMEUNIER, Frédéric. "Château de Semur-en-Vallon". La Province du Maine, t. 73, juillet-septembre 1971.

    p. 336
  • SAINT-PIERRE, Marquis de. "Excursion archéologique". Revue de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, t. 50, 1931.

    p. 22-24
  • SALCH, Charles-Laurent. Donjons et manoirs du XIIe au XVe siècle en Maine oriental (Sarthe). Châteaux-forts d'Europe, n° 37-38, 2006.

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Pays du Perche sarthois - Barreau Pierrick
Barreau Pierrick

Chercheur auprès du Pays du Perche sarthois jusqu'en octobre 2020. Depuis novembre 2020, chercheur auprès du Conseil départemental de la Mayenne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.