Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir, puis château de Kerfur

Dossier IA44003762 réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsmanoir de Kerfur, château de Kerfur
Parties constituantes non étudiéeschapelle, pigeonnier, mur de clôture, jardin d'agrément, verger, puits, ferme
Dénominationsmanoir, château
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Lieu-dit : Kerfur
Cadastre : 1819 M1 103, 104 ; 2000 XE 130, 136

La seigneurie de Kerfur appartient à la fin du XVe siècle à la famille de Kerguizec puis au début du XVIe siècle à la famille de Sécillon. À la fin du XVIe siècle, elle passe sous l'égide de la famille Gauthier puis sous celle de Chevigné. En 1649, Olivier de Chevigné échange sa terre de Kerfur contre celle de la Mélassière avec Arthur de Sécillon. Depuis, elle est restée dans cette même famille.

En 1683, Gillette du Bot, veuve de Louis de Sécillon, écuyer, rend aveu pour le lieu et maison noble de Querfur consistant en maisons et en deux logis vieux et nouveau, avant court, court, dans laquelle court il y a un puy et collombier, et au derrière dudit logis vieux, jardin, verger et jeune bois, le tout enclos et seint de murailles [ ]. Le bois de haute futaye [ ]. Au devant de l'avant court, un logis appelé la Châtaigneraie. [ ] Une maison couverte de ros et bourre servant de métairie.

L'ancien manoir a été entièrement reconstruit à la fin du XVIIIe siècle, peut-être vers 1780 d'après des travaux historiques. Cependant, des vestiges du XVIIe siècle, notamment deux cheminées dont l'une est couverte d'un linteau sculpté de grecques, sont conservées dans les parties attenantes à l'est et à l'ouest du logis. La chapelle daterait de 1772. Le logis de la Châtaigneraie a été détruit après 1819.

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : limite 16e siècle 17e siècle , (?)
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Dates1772, daté par travaux historiques
1780, daté par travaux historiques

Château construit en moellons de granit enduits et couvert d'un toit à croupe. De plan rectangulaire régulier, il s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un niveau de comble. On accède aux étages par un escalier en bois à balustres. La façade antérieure est percée de six travées de baies. Le comble est ajouré de lucarnes à fronton cintré, exceptée l'une d'elles qui est à fronton triangulaire. Au dessus de la porte d'entrée, une pierre en remploi figure les armes de la famille de Kermeno de gueules à trois macles d'agent. Le château est flanqué de deux bâtiments plus anciens ne possédant qu'un rez-de-chaussée et un comble à surcroît, probables vestiges du manoir antérieur. Au centre de la cour, close de mur et percée d'une porte charretière, demeure un puits qui pourrait dater du XVIIe siècle. La façade arrière ouvre sur un petit jardin à la française.

Mursgranite
enduit
moellon
Toitardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étages1 étage carré, étage de comble, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
croupe
pignon découvert
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant en charpente
États conservationsvestiges, remanié
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique. B 1458. Aveux rendus au Roi pour la maison et domaine de Kerfur. 1580-1782.

Documents figurés
  • Cadastre ancien, 1818-1820 (Archives départementales de Loire-Atlantique ; 7 P 2492).

  • Carte postale (Archives privées de Michel Ganche).

Bibliographie
  • AUCLAIR, Georges. Les vieux logis guérandais. Le château de Kerfur. Cahiers du Pays de Guérande, n° 13, 1966.

    p. 13.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Durandière Ronan